Lancement du PAADEC : Bamako active son processus de ville verte

0

Ville partie à la Convention des Maires en Afrique subsaharienne (CdM ASS), Bamako a lancé le processus d’élaboration de son Plan d’Action pour l’Accès à l’Energie Durable et le Climat (Paadec). La cérémonie officielle de lancement a été présidée, ce vendredi 2 juillet, par le ministre de l’Administration territoriale.

 

70% des villes sont affectées par les changements climatiques. «90% de ces villes sont côtières », a révélé Marie Anne Serve, coordinatrice internationale du Paadec. Cela n’est le cas de Bamako qui est cependant confrontée à l’une des démographies les plus galopantes d’Afrique subsaharienne. Ces villes sont confrontées à des défis climatiques majeurs notamment l’assainissement et l’accès à l’énergie durable.  

 

Regroupant 250 villes, la Convention des Maires en Afrique subsaharienne, issue de la Convention Mondiale des Maires pour le Climat et l’Énergie, soutient les gouvernements locaux contre le changement climatique et appuie l’accès à l’énergie propre pour les populations. Bamako lance ainsi le processus d’élaboration de son Plan d’Action pour l’Accès à l’Energie durable et le Climat.

 

Bamako est chanceuse, car toutes les villes parties à la CdM ASS ne bénéficient pas d’appuis technique et financier. Cependant, a indiqué le ministre de l’Administration territoriale, lieutenant-colonel Modibo Maïga, moins de 90 jours après son adhésion à la convention, la cité des trois Caïmans a bénéficié d’un appui financier de 229 millions FCFA. « Cette convention sera le déclencheur d’une véritable lutte contre le changement climatique », a assuré le ministre Maïga.

 

Le Paadec comporte cinq axes dont ceux visant l’efficacité énergétique et la rationalisation de la gestion des éclairages publics. Au parc national de Bamako, où a lieu le lancement du Paadec, des projets pilotes ont été présentés au public, à l’image de « Bamako Boli » : une marche urbaine mensuelle, « journée sans voitures », pour sensibiliser sur la problématique de l’environnement.

 

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here