Reboisement 2022 : la ville de Banamba perpétue la traditionnelle campagne de plantation d’arbres

1

Pour la quatrième année consécutive, les populations de la commune urbaine de Banamba ont perpétué la traditionnelle cérémonie de reboisement.  L’édition de 2022 a permis de planter des centaines  de pieds d’arbres.

En présence des autorités communale, préfectorale et  le détachement des eaux et forêts de Banamba  ainsi que l’ex-député ADP-Maliba de Banamba,  la quatrième  édition  de la campagne de reboisement a été lancée, le dimanche 14 août dernier.  Pour cette édition, a-t-on appris, ce sont  des centaines de pieds d’arbres qui seront plantés et entretenus par les populations de Banamba. Avant de procéder à la plantation  des arbres,  le représentant de la chefferie et le maire de Banamba ont, à l’unanimité, salué la perpétuation de cette journée de reboisements qui, selon eux, contribue à la protection de l’environnement et à l’amélioration du cadre de vie du cercle de Banamba, confronté comme beaucoup de localités aux alias dû au changement climatique. « Qu’il soit la période électorale ou pas, les projets de développement doivent être encouragés », a déclaré le maire de commune.

Cette édition parrainée par l’ex-député, Mamadou N’Fa Simpara, a été occasion pour lui de justifier les raisons de soutien à la protection de l’environnement et à l’écosystème de Banamba. Selon lui, la ville de Banamba est leur patrimoine  commun qu’ils doivent protéger contre la poussée du désert. «  L’arbre est la source de vie. C’est grâce à lui que Dieu nous donne  de l’eau pour nous permettre de vivre sur la terre », a déclaré  Mamadou N’Fa Simpara, ajoutant que l’arbre permet d’équilibrer l’air, donne de la matière pour soigner les espèces humaines. Et l’ex-député de poursuivre que  cette journée de plantation  est une perpétuation de la campagne de reboisement que les autorités maliennes organisent chaque année pour insister les populations à planter les arbres. A Banamba, a-t-il dit, cette campagne de reboisement commence à donner un second souffle à l’environnement tant des centaines  d’arbres plantés l’année passée poussent.  Sur tout le long des quatre artères,  indique le parrain, l’on y voit  les nouveaux arbres plantés poussés en file indienne. Avant la campagne prochaine, Mamadou N’Fa Simpara a plaidé auprès des notabilités, la représentation des eaux et forêts et la préfecture de fournir  de l’espace afin qu’ils puissent augmenter le nombre d’arbres à planter. « Nous exhortons toutes les tendances de Banamba à nous rejoindre à ce projet de reboisement »,  a-t-il lancé.

A sa suite, le commandant des  eaux et Forêts, le colonel Broulaye Dembélé, a témoigné le taux de réussite de 60% des arbres plantés lors de la campagne passée. Selon la  direction nationale des eaux et forêts,  les superficies reboisées au Mali  s’élèvent à 436 567,97 ha. Pour un  taux de réussite moyen de  47 %. L’insuffisance pluviométrique et le manque d’entretien des parcelles sont deux grandes raisons avancées qui expliquent ce faible taux de réussite, selon les spécialistes.

Pour sa part, le préfet de Banamba, Abdoulaye Guindo, dira que cette campagne traduit la volonté  des autorités de relever le défi de reboisement  comme solution à la déforestation,  la dégradation des terres, aux alias climatiques du réchauffement  qui, selon lui, menace l’environnement. Toujours dans ce registre,  le préfet  a lancé un appel aux chefs des hameaux et les villages des différentes communes du cercle de Banamba  à reboiser les surfaces non couvertes par la forêt pour protéger l’écosystème. « La terre est notre patrimoine commun que chacun doit protéger », a souligné le préfet, concluant que « le reboisement améliore la qualité de vie et attenue les émissions de carbones ».  Le reboisement des surfaces  victime de déforestation est devenu au fil des ans un défi majeur pour les autorités. Chaque année, le Ministère de l’environnement  lance une vaste campagne de reboisement. L’édition 2022 prévoit la plantation de 221, 92 hectares

 Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here