Les aventures de Aba et de Dika : Les vacances continuent

    10

    Il  était 20 heures lorsque Dika est venue voir Aba dans sa chambre. Les deux sont restés longtemps debout à se regarder. Finalement ils s’asseyent et causèrent. C’était un moment important pour Aba, car c’était la première fois que Dika franchissait le seuil de la chambre de Aba, sans la présence de qui que ce soir. La première fois c’était avec la présence de Anglais. Aba a longtemps rêvé de cela  pendant des années.

     

    Dans la chambre Aba s’allongea dans sur son lit et Dika en fait autant. Aba avait commencé à se faire des imaginations au point qu’il ne dit mot pendant une bonne minute. Que dois je faire ? Comme tout jeune à l’âge de             Aba avait juste une envie, embrasser Dika et pourquoi pas aller loin. A cet âge de la jeunesse, beaucoup pensent que pour qu’une fille soit la tienne, il faudrait l’embrasser et pour qu’elle ne t’oublie jamais il faut coucher avec elle. Faire l’amour  pour la jeunesse n’est pas un tabou, surtout pour la jeune génération, malienne, de surcroit bamakoise. Les jeunes, non seulement parlent de sexe, mais beaucoup connaissent déjà, à cause de l’influence des nouvelles technologies, où regarder un film pornographique est monnaie courante. Alors que la sexualité est toujours un sujet tabou chez les adultes, les jeunes pour leur part ont évolué à vitesse grand V. Aujourd’hui, ils favorisent les expériences  aux sentiments amoureux. Le sexe est partout, dans le langage comme dans les relations avec l’autre ; le jeune n’a pas conscience des effets de son comportement sur sa santé et sur la société. Dika était elle de cette génération ? Avait elle déjà connu son premier rapport sexuel ? Ce sont entre autres les questions qui étaient venues dans la tête de Aba ? Mais, selon Aba, tout portait à croire que non car, Aba savait que Dika avait reçu une bonne éducation. Cela se voyait à travers son comportement. Dika était respectueuse et à travers les causeries, ses parents tiennent à son éducation et de ce fait tout portait à croire qu’elle est une pucelle.

    Aba n’avait jamais parlé de sexe avec Dika. C’est vrai que les deux étaient aujourd’hui proche et parlaient de beaucoup de choses, mais jamais de sexe.

    Cette nuit les deux sont restés coucher l’un à coté de l’autre jusqu’à une certaine heure. Tout le temps passé, c’est Aba qui parlait, de ses sentiments et de l’absence de Dika. Comme le poète Lamartine dans le lac, Aba s’est mis à fabriquer des poèmes   « Tu sais Dika, je ne sais pas quoi te dire, mais cela fait des années que nous nous connaissons et plus le temps passe plus je t’aime. Je sais que cela peut te sembler bizarre mais je n’ai cessé de penser à toi depuis la dernière fois nous nous sommes vus. Une chose est sure, nous ne vivons pas ensemble, toi tu es de l’autre coté et moi ici mais, je suis sur d’une chose, je t’aime. Je sais que ce n’est pas tout à fait réciproque mais l’amour que j’éprouve pour toi est tellement fort que ce n’est pas possible que tu ne ressentes rien envers moi ».

    Pendant tout ce temps que Aba parlait, Dika ne faisait que manipuler son téléphone. Elle ne disait mot, et elle semble comprendre tout ce que Aba était en train de dire.

    -Tu ne veux rien dire, demanda Aba à Dika,

    -Non, répond Dika

    -Et pourquoi ?

    Parce que je ne sais quoi dire

    Quelques minutes après cette discussion, Dika se leva du lit et demanda à partir parce que, selon elle sa cousine est en train de l’appeler au téléphone.

    Aba a voulu l’accompagner mais elle lui demanda de rester.

    Il  est donc resté dans sa chambre cette soirée sans sortir. Il était d’un coté content de la présence de Dika dans sa chambre, mais de l’autre coté, le silence de Dika l’avait mis dans une mauvaise posture. Dika n’a jamais mentionné de ses sentiments envers Aba, à part cette soirée où elle a envoyé un message à Aba lorsque ce dernier était en déplacement chez elle.

    Aba était sur d’une chose après le départ de Dika, rien n’était acquis, même s’il savait que Dika l’appréciait beaucoup.

    Aba et la toubab, première rencontre

    Le lendemain Aba reçoit un appel de son oncle du village. Vous souvenez vous ? C’est ce dernier qui avait donné le contact d’une blanche qui travaillait avec une coopération bilatérale au Mali. Elle avait été au village de la maman de Aba pour une visite touristique ? C’est là où il a rencontré l’oncle à Aba. L’oncle a tellement aidé la toubab qu’un contact est resté entre eux. Il a donc demandé à Aba s’il a appelé la toubab ou s’ils se sont déjà vus. Mais Aba répond par la négation car il n’avait pas eu le temps de rencontrer la bonne dame à cause de la venue de Dika.

    Mais il a néanmoins promis à l’oncle de passer voir la dame.

    Trois jours après le coup de fil de l’oncle, un week end, Aba décida d’aller voir la toubab. Mais auparavant il l’avait appelé pour demander sa disponibilité. Avec cet Appel, Aba s’est rendu compte que la bonne dame est anglophone et qu’elle avait un niveau de français très bas, mais comme Aba parlait déjà  l’anglais, la communication fut facile.

    Elle habitait dans un joli quartier de Bamako et dans un prestigieux appartement. Quand Aba est arrivé, il fut surpris  de voir que la  fille est très jeune par rapport à ce qu’Aba imaginait. En plus de sa jeunesse, elle était aussi très belle. A vu d’œil, on dirait une star de cinéma. Quand elle a ouvert la porte à Aba, ce dernier s’est mis à regarder la fille comme si c’était sa première fois de voir une blanche.

    • Mais rentre dixit la toubab
    • Ok, répond Aba qui rentra aussitôt et s’assoit sur un fauteuil et fait face à l’étrangère.

    A suivre !

     

        

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    10 COMMENTAIRES

    1. le journalisme c’est vraiment ca aussi; bon vent à la Sirène que je lis de plus en plus

    2. je suis vraiment ému/ belle initiative de ce journal, c’est vraiment interessant, vivement la suite

    3. JE VEUX SAVOIR c’est un homme ou une femme qui fait cette rubrique: je l’apprécie vraiment

    Comments are closed.