Spéculation foncière : Les APM demandent plus de soutien au combat du ministre Bathily

0

La ville garnison de Kati était, le samedi 2 avril 2016, la capitale des victimes de la spéculation foncière. Réunies à la faveur  d’un meeting des Associations Pour le Mali (APM), ces victimes (pour la plupart des paysans), venues de 32 villages à travers le pays, ont réaffirmé leur adhésion totale au combat du ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières, Me Mohamed Ali Bathily. Pour un aboutissement de ce combat, mené pour les plus pauvres, les intervenants au meeting du samedi ont plaidé pour un soutien des plus hautes autorités à la guerre menée par le ministre Bathily.

Munis de pancartes, les victimes de la spoliation foncière se sont exprimées aussi à travers des slogans comme : «laissez nos morts se reposer» en référence au cimetière de Sikoulou, dans la région de Koulikoro, sur lequel un titre foncier a été établi par des spéculateurs. Autres slogans forts qu’on pouvait lire : «propriétaires de 30 hectares à N’Toubana dédommagés à 60 hectares à N’Tabacoro, les députés spéculateurs réclament encore les 30 hectares de N’Toubana».

Aux noms des chefs de quartiers de Kati, le coordinateur Fodé Koné a salué l’engagement du ministre Bathily. Tout en reconnaissant que la question de la spéculation foncière n’est pas nouvelle, le coordinateur des chefs de quartiers de Kati a soutenu qu’elle a pris une tournure dangereuse ces dernières années. «Le président IBK ne s’est pas trompé en portant son choix sur vous pour diriger ce département et vous pouvez compter sur notre accompagnement» a-t-il conclu.

Après ce mot de bienvenue et l’adresse du maire de la ville de Kati (qui a aussi adhéré au combat du ministre Mohamed Bathily), la parole a été donnée aux victimes. Tour à tour, les représentants des villages de Sirakoro-Niaré, Dio, Diago, N’Toubana et Fanafièkoro, pour ne citer que ceux-là ont exposé leurs situations les unes aussi graves que les autres mais avec un mode opératoire des spéculateurs presque identique.

Sis à Sirakoro-Niaré, ce sont 783 hectares de terres qui ont été accaparés par une agence immobilière, à l’insu du village et des autorités communales de Kati comme cela a été attesté par le maire Hamala Haïdara. À Diago, les spéculateurs se sont emparés de 800 hectares.

Les spoliés ont aussi demandé aux plus hautes autorités plus de soutien aux actions du ministre Bathily. Parmi les intervenants à cette rencontre, il y avait également le représentant de Tièlè. Dans cette commune de 14 villages, les villages de Dongoro et Dratoumou sont menacés de déguerpissement. Les dernières bornes des terres vendues à l’insu des villages sont à quelques mètres des maisons. En clair, dans ces deux villages il n’y a plus de terre cultivable.

Venus prêter mains forte au ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières, des députés élus à Kati ont exprimé leur soutien au ministre Bathily. L’Honorable Bourama Tidiane Traoré a souligné la complexité de la question foncière. Il a aussi regretté le malentendu qui a opposé récemment certains députés de Kati au ministre des Domaines. «Désormais, nous serons à vos côtés pour soutenir nos mandants car plus de la moitié des litiges fonciers du pays se trouve dans notre cercle» a-t-il précisé sous un tonnerre d’applaudissements.

En réponse aux nombreuses sollicitations, Mohamed Ali Bathily a saisi ce cadre de d’échanges pour expliquer l’objectif des APM qui est de soutenir les pauvres sur toute l’étendue du territoire. Tout en promettant des visites de terrain dans les localités dans lesquelles il a été sollicité, le ministre Bathily a déclaré qu’il se battra, contre vents et marées, pour la réussite de la mission à lui confiée par le président la République. Aux victimes, il a, en substance, demandé une solidarité agissante contre les prédateurs fonciers. Avant de saluer le soutien des plus hautes autorités à ses multiples actions.

Yaya Samaké

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER