Bamako : La police prend à bras-le-corps l’insécurité

8
Moussa Ag Infahi, DG de la Police Nationale : « Plus de 10 000 personnes ont été interpellées courant l’année 2016 »
Moussa Ag Infahi, DG de la Police Nationale

Devant le phénomène du grand banditisme et son corolaire de victimes, la police malienne a décidé de sévir en menant plusieurs actions dont le but est de garantir la quiétude des populations, en particulier à Bamako.

Avec les attaques enregistrées ces dernières semaines dans la capitale du Mali, une forme de psychose s’est emparée des Bamakois. Zoumana Traoré commerçant détaillant à Sogoniko, garde encore en mémoire les récents braquages. `Tout récemment un commerçant des halles de Bamako a été tué à son domicile pour de l’argent`.

Habitant du quartier populaire Magnambougou situé en commune VI, Mohamed Lamine Touré estime que la recrudescence de l’insécurité dans la capitale a pour fondement l’augmentation de la consommation des stupéfiants. `Je pense que le problème est surtout lié à l’augmentation de consommation d’alcool et de drogues`.

Selon Moussa Ag Infahi, Directeur général de la police, l’usage de ces substances illicites contribue en grande partie à la situation galopante d’insécurité constatée par les populations dans plusieurs quartiers de Bamako.

« Dans l’analyse que nous faisons de l’insécurité, la consommation de ces stupéfiants influe sur le comportement des gens, c’est pourquoi nous demandons aux chefs de famille de revenir à l’éducation traditionnelle. Quand on regarde la manière dont ces crimes sont commis et un homme qui tranche la gorge d’un autre dans un « SOTRAMA ». Cela signifie qu’il ne jouit pas de toutes ses facultés“.

Le Directeur général de la police qui en appelle surtout à la responsabilité des chefs de famille, souligne que les services de son département sont à pied d’œuvre pour juguler le phénomène, en attestent les descentes musclées ces derniers jours dans les nids criminogènes de la capitale.

“Nous avons renforcé les patrouilles motorisées et pédestres en impliquant les unités d’intervention qui sont des unités spéciales“, a précisé Moussa Ag Infahi”.
Expliquant que ces opérations se poursuivront, le DG de la police a insisté sur la franche collaboration de la population pour la réussite des actions en cours.
`C’est un devoir pour chaque citoyen de dénoncer un malfaiteur, un crime ou un délit. Aujourd’hui la ville a grandi et il y a de nouveaux habitants et de nouvelles habitudes, en conséquence, le comportement des gens a changé`, a-t-il déclaré.

Source : MIKADO FM

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. “vincent 1 Fév 2019 at 14:54
    Lastus, je partage votre point de vue car il faut fermer tous ces bars et maisons de passe qui finalement ne sont que des nids à bandits et prostituées”

    Eeeeeeeeeeh Allah! Faut pas faire ça DÉH !
    ON VA ALLER OÙ, SI ILS SONT FERMÉS ?😁😁😁😁😁😁😁😁

  2. Oui cela est une très bonne chose, mais certainement que la justice les lâcherons par un non-lieu comme il est de coutume dans ce pays dont les institutions sont dans une déliquescence sans limite, nous sommes dans une situation sans espérance, c’est dommage et très dommage; c’est sûr et très sûr que d’autres bandits s’érrigerons très prochainement en groupes bien organisés et nantis d’anciennes expériences pour détruire les efforts des citoyens de ce pays. Tant que toutes les institutions ne seraient pas fortes nous ne pourrions espérer d’aucun succès car une institution travaille bien et les autres travaillent mal, c’est le chaos total.

  3. Ce n’est pas seulement une question de police………………… Il faut également que la jstice fasse son travail…………………… ca ne sert à rien d’arrêter et d’incarcérér un brigand aujourd’hui et de le evoir dans les rues un mois après………………………………… Par ailleurs, la police devrait s’attaquer aux gros bonnets. Vu les photos des soit-disants dealers de drogue qui circulent sur les réseaux sociaux, on dévine qu’il s’agit des maillons faibles d’une chaîne qu’il faut absolument démanteler. Les gros sont à Bamako et souvent en accointance avec le pouvoir…………………… Enfin le Gouvernement devrait fermer tous les bars qui poussent en désordre à Bamako, mettre en place de nouvelles réglémentations pour l’ouverture de bars comme en occident afin que ceux-ci ne soient plus des nids à bandits ou à prostituées!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Lastus, je partage votre point de vue car il faut fermer tous ces bars et maisons de passe qui finalement ne sont que des nids à bandits et prostituées. Nous avons pris l’habitude de tout copier de l’occident sans faire la différence entre ce qui nous convient ou pas. Le malien ne sait pas boire, il exagère dans tout ce qu’il fait. La drogue et l’alcool pour des gens qui n’ont même pas à manger. C’est aberrant. Merci.

  4. “La police prend à bras-le-corps l’insécurité”………EN ARRÊTANT DES…VOLEURS DE DJAKARTA “😁😁😁😁

    Nous voilà donc RASSURÉS 😎

  5. LES GENS DOIVENT POUVOIR VITE DÉNONCER ET SURTOUT DANS LE STRICT ANONYMAT.
    Souvent, les services de sécurité interviennent APRÈS les crimes.
    Pourquoi ne pas intervenir en permanence AVANT ou PENDANT les crimes avec l’aide de n’importe qui ?
    Intervenir de temps en temps peut être très bien supporté par n’importe quel TÉMOIN ANONYME.
    SUGGESTIONS
    – En mettant un NUMÉRO UNIQUE D’URGENCE accessible à toute la population du Mali et dans toutes les localités du Mali.
    (Tout le monde a un téléphone).
    – Toujours éduquer , inciter et motiver la population à aider en diffusant continuellement ce numéro par tous les médias. (téléphoner, photos, vidéos à envoyer, etc..)
    – Faire diffuser, aussi, ce numéro unique par Orange, Malitel et Telecel (comme leurs promotions)
    – Créer un servvice de traitement des données recueillies dans toutes les localités. (Ex.: téléphonistes)
    – Ce service de traitement doit être lié à tous les postes de contrôle, à toutes les patrouilles et unités d’intervention rapide.
    – Cesser de mettre en danger les gens qui aident la Sécurité, en les félicitant publiquement après une arrestation. Les aides doivent toujours rester strictement CONFIDENTIELLES.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here