Dissolution de la Commission nationale de la lutte contre la prolifération des armes légères : La société civile dénonce et interpelle le président de la transition

0

Les organisations de la société civile dénoncent l’abrogation du décret portant création de la Commission nationale de la lutte contre la prolifération des armes légères par le président de la Transition, « très mal conseillé ». Elles interpellent le colonel Assimi Goïta.

Les représentants de la société civile qui composent la Commission nationale de la lutte contre la prolifération des armes légères, ont animé, une conférence de presse le jeudi 12 août 2021, au secrétariat permanent de la lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres. Objectif : dénoncer de vive voix le Décret N° 2021-0486/ PT-RM du 02 août 2021 portant abrogation du décret N° 2021-035/ PT-RM du 14 mai 2021, portant création de la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armées légères et de petits calibres. Ce texte qui dissout cette commission a été signé par le président de la Transition le Colonel Assimi Goïta, le 02 août 2021.

Selon le président du Réseau d’action sur les armes légères au Mali et en Afrique du l’ouest (RASALEO), Amadou Maïga, le gouvernement du Mali, champion dans le domaine, a signé et ratifié la Convention de la CEDEAO consacrant la Commission nationale de la lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres, laquelle convention est encore en vigueur. «  Ce sont les organisations de la société civile, qui sont allées au combat, qui se sont battues, qui ont fait des plaidoyers, pour que le Mali signe cette convention. A partir du moment où c’est devenu une convention, c’est clair et net, vous êtes obligés d’harmoniser la loi nationale … La convention stipule que cette commission doit être logée à la plus haute instance du pays, c’est-à-dire, à la Présidence ou à la Primature. En 2017, nous avons même été surpris de voir la commission se retrouver de la Présidence au ministère de la Sécurité. Ce n’est pas interdit, nous avons gardé le profil bas.  Maintenant, à notre grande surprise, nous avons appris que le décret a été abrogé. Ce qui veut qu’il n’y a plus de commission. Donc aujourd’hui, nous, société civile, nous ne comprenons pas vraiment et nous pensons que les plus hautes autorités n’ont pas eu la bonne information et nous voulons que la commission nationale qui a été consacrée par la Convention de la  CEDEAO soit rétablie…» a-t-il martelé.

Fatoumata Maïga de la Coalition nationale de la société civile pour la lutte contre la prolifération des armes légères dira que le Mali traverse une situation sécuritaire inédite qui préoccupe tout le monde, avec les attaques incessantes, la libre circulation des armes. «…Avec la porosité des frontières, les armes entrent, les groupes armées n’ont pas rendu les armes malgré la signature des accords. En dehors de tout ces aspects, les armes sont vendues au marché aussi. Il n’y a pas un mécanisme de contrôle qui permet de développer des stratégies pour le suivi de la lutte contre la circulation illicite des armes », a fait savoir Mme Fatoumata Maïga, avant de s’interroger : « Avec ce décret d’abrogation, le secrétariat seul peut-il faire face à ce problème sans la commission nationale ?»

Dr Mariam Djibrilla Maïga, de l’Association des Femmes de l’Initiative de Paix a fait comprendre que dissoudre la commission nationale de la lutte contre la prolifération des armes légères et dire que la sécurité et la défense sont la priorité de la transition, sont contradictoires. « Je pense que le président de la transition a été mal conseillé sur ce coup », a-t-elle laissé entendre.

Bintou Diarra

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here