Macky Sall au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique : « Quand on doit combattre des djihadistes, on ne doit pas y aller avec les casques bleus qui sont pour le maintien de la paix »

2

Du 6 au 7 décembre s’est tenu à Dakar, Sénégal, le 7e forum international  sur la paix et la sécurité en Afrique.  Lors de l’ouverture dudit Forum, le Président sénégalais, Macky Sall a fait savoir sa position sur la présence des casques bleus au sahel Mali.

 La situation sécuritaire au Sahel constitue une grave menace pour les pays côtiers en particulier et l’Afrique de façon générale. C’est dans ce contexte que s’est tenu du 6 au 7 décembre à Dakar,  le 7e forum international sur la paix et la sécurité en Afrique qui a vu la participation de plusieurs chefs d’Etat, de gouvernement et des présidents d’institutions  parmi lesquels Cyril Ramaphosa de l’Afrique du Sud, Mohamed Bazoum du Niger, Umaro Sissoco Embaló de la Guinée Bissau, Florence Parly, ministre des Armée françaises, Charles Michel, Conseil européen et Moussa Faki Mahamat, Commissaire de l’Union africaine. Dans son discours d’ouverture, le Président sénégalais Macky Sall a brossé la situation sécuritaire qui prévaut au Sahel avec l’extension de cette menace jihadiste qui guette les pays côtiers. Déjà le Bénin et le Togo ont récemment été touchés par des attaques dans le nord de leur pays, tout comme la Côte d’Ivoire un peu plus tôt cette année.

Au Mali depuis 2013, il y a une mission de maintien de la paix pour aider notre pays à se stabiliser. Force est de constater que près de 9 ans de présence, cette mission onusienne a de la  peine à stabiliser le pays malgré qu’elle est suffisamment robuste pour faire face à la menace djihadiste.

Devant la tribune du forum, Macky Sall se demande si les opérations de maintien de la paix constituent-elles la réponse adéquate face au phénomène du djihadisme ?  Selon lui, la réponse est non : « Quand on doit combattre des djihadistes, on ne doit pas y aller avec les casques bleus qui sont pour le maintien de la paix », a-t-il affirmé. Pour lui, les interventions contre les terroristes nécessitent la mobilisation de soldats et que la solution n’est pas les Nations unies. Il faut que la question soit abordée de manière responsable.

Lors d’une visite au Mali, Jean-Pierre Lacroix, le chef des opérations de paix des Nations Unies a affirmé que le mandat de la Minusma est suffisamment robuste pour aller contrer les acteurs terroristes lorsqu’il le faut. Mais quand on fait le constat sur le terrain, c’est autre chose. C’est pour cette raison que Macky Sall plaide pour une mission avec des hommes qui combattent pour imposer la paix et non des casques bleus pour la maintenir.

Ousmane Mahamane    

 

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Les casques bleus sont au Mali à cause de la rébellion de 2012 et c’est le MNLA qui s’était promené à travers l’Europe pour dire que les autres maliens voulaient les faire disparaitre et la communauté internationale sans chercher à comprendre quoi que ce soit, elle s’est précipitée pour mettre en place cette mission et quand elle à compris, elle s’est rendue compte que ce mouvement Touareg avait menti, aujourd’hui tout le monde sait que cette mission est inutile et il faut rapidement en finir, car personne ne veut faire disparaitre les Touareg, c’est d’ailleurs le contraire qui est plus plausible, mais malheureusement pour eux les autres sont cent mille fois plus nombreux qu’eux.

  2. Vive et merci Monsieur le Président Macky SALLE, pour votre sincérité et votre clairvoyance !

     On sait pourquoi les soldats des Nations Unies sont nocifs pour la paix dans les pays où ils se trouvent déployés.
     Jamais ils ne quittent un pays avant d’y passer dix ans au minimum et, ce sont eux les pires pyromanes.
     Il faut être un hypocrite criminel pour alléguer que ces vautours maintiennent quelle paix ? qu’eux-mêmes monnayent pour perdurer sur place.
     Vraiment, il y a dans le monde des idiots qui ignorent que les gens les vomissent pour im bé cilité outrageante chaque fois qu’ils prennent la parole.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here