Journée portes ouvertes 2015 : La résolution 1325 au menu

0

Organiser un débat franc et direct entre les hauts représentants des Nations Unies au Mali et les représentantes des organisations féminines de la société pour évaluer la mise en application de la résolution 1325 sur Femmes, Paix et Sécurité dans le contexte malien afin de proposer des priorités d’actions à mener en vue d’améliorer la situation des femmes en période de conflit et post-conflit, tel était les objectifs visés par cette journée portes ouvertes 2015 (2ème édition) tenue mercredi dernier au Centre Aoua Kéïta en présence des associations et organisations féminines. Le thème retenu était : ” la participation des femmes et des jeunes femmes dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali”.

Pour évaluer la mise en application de la résolution 1325 sur Femmes, Paix et Sécurité dans le contexte malien, les associations et organisations féminines du Mali ont organisé le mercredi 11 novembre 2015, la deuxième édition de la journée portes ouvertes. C’était en présence des leaders des organisations et associations féminines du Mali. Cette journée avait pour but aussi de faire le bilan d’un an des réalisations des Nations Unies en termes de la mise en œuvre des recommandations et priorités des femmes identifiées lors de la Journée Portes Ouvertes 2014 ; identifier les défis, les lacunes, les obstacles et les progrès dans la mise en œuvre de la résolution 1325 adoptée en 2000 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies ainsi que les leçons retenues. Le thème retenu pour cette année était : ” la participation des femmes et des jeunes femmes dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali “.

Dans ses mots de bienvenue aux participants, la présidente du comité d’organisation, Mme Sanogo Gnagna Sène, a mis l’accent sur l’important rôle que doivent jouer les femmes et les jeunes dans la résolution de la crise politico-sécuritaire et institutionnelle au Mali. Car, ils sont les premières victimes et font d’eux des réfugiés et des déplacés. Elle a salué la communauté internationale, à travers la MINUSMA pour son rôle joué qui a permis de sauver des vies humaines.

Aussi, elle a salué la signature de l’Accord de et de réconciliation nationale issu des pourparlers d’Alger le 15 mai et parachever le 20 juin 2015. Un processus dont les jeunes et les femmes ont pleinement joué leur partition. Cependant, la présidente du Comité d’organisation a déploré le peu d’implication des femmes et des jeunes dans les aspects de protection, prévention et de la participation qui constitue d’ailleurs une faiblesse à la gouvernance démocratique. Laquelle doit se reposer sur une forte participation citoyenne, a-t-elle martelé.

La représentante du Réseau Paix et sécurité  des femmes dans l’espace CEDEAO, Me Saran Kéïta, a salué le comité d’organisation pour les efforts louables consentis pour la réussite de cette journée portes ouvertes.

La représentante de l’Onu-Femmes s’est appesantie sur le rôle joué par les jeunes femmes pour la paix et la sécurité au Mali. Elle a fait la genèse de cette organisation onusienne qui a pour but d’établir  l’égalité entre les sexes.

Au nom de l’unité-genre de la MINUSMA, la représentante par intérim s’est réjouie de la tenue de cette rencontre entre les organisations et associations des jeunes, c’est-à-dire de la société civile sur la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Une résolution qui a été d’ailleurs qualifiée d’historique car portant sur la participation des femmes dans la gestion et la prévention des crises. Un volet longtemps ignoré dans les conflits et post-conflit. C’est la première fois aussi que le Conseil de Sécurité traite cette question de façon disproportionnée.

Au cours de cette journée, les échanges ont porté sur la participation et l’implication de la jeunesse dans la mise en œuvre et le suivi de l’Accord de paix et de réconciliation nationale prévue dans la résolution 1325 : les avancées, les insuffisances et obstacles, etc. ; la protection des victimes des violences liées au conflit au Mali, etc.

L’organisation de cette journée portes ouvertes sur la résolution 1325 a permis de répondre à la question de l’implication de la jeunesse dans la mise en œuvre et le suivi de l’accord de paix.

Il faut noter que la résolution souligne l’importance d’une pleine participation active des femmes dans les conditions d’égalité à la prévention et au règlement des conflits ainsi qu’à l’édification et au maintien de la paix. Ces deux journées portes ouvertes ont été organisées avec le soutien de la MINUSMA à travers son unité genre.

 

Youssouf Sangaré

PARTAGER