Le bon exemple camerounais dans la sécurisation des lieux de cultes contre Boko Haram : Les chrétiens sécurisent les mosquées les vendredis et les musulmans sécurisent les églises les dimanches

0

Pour faire un front commun contre les attaques de la secte islamiste  nigériane Boko Haram, qui, ces derniers temps, a pour cibles privilégiées, les lieux de cultes, les fidèles musulmans et chrétiens ont décidé de se donner la main au Cameroun. Ainsi, les vendredis lors de la prière, ce sont les chrétiens qui sécurisent les mosquées pendant que leurs frères musulmans prient et les dimanches, ce sont les églises qui sont sécurisées par les musulmans pendant que les chrétiens participent à la messe. Un bel exemple de cohabitation entre ces deux religions qui mérite d’être magnifié.

En effet, c’est face aux  nombreuses attaques de la secte islamiste nigériane Boko Haram qui a récemment prêté allégeance à l’organisation de l’état islamique et qui a pour  cibles privilégiées, les lieux de cultes pour faire le maximum de victimes que les camerounais ont décidé de s’organiser à leur manière pour faire la riposte. Ainsi, les populations ont décidé  de diversifier la forme de lutte contre ces sanguinaires de Boko Haram, surtout dans la région de l’extrême nord camerounais qui fait frontière avec le Nigeria, fief de la secte.

Selon le gouverneur de la région extrême-nord du Cameroun Mindjiyawa Bakary, la nouvelle technique de riposte contre Boko Haram consiste  pour les chrétiens de sécuriser les mosquées quand les musulmans  prient le vendredi et pour les musulmans de sécuriser les églises les dimanches lorsque les  chrétiens participent à la messe le dimanche.

A l’en croire, ce plan de riposte vise à faire face  au nombre croissant d’attaques kamikazes dans les mosquées et églises. Il s’agit aussi de permette aux fidèles des deux religions de continuer à faire leurs prières normalement. Cette nouvelle technique d’autodéfense, a ajouté le gouverneur, est déjà en expérimentation dans  certains villages de l’extrême nord du Cameroun et va être étendue à toute la région.

En plus de cette technique, des comités de vigilance sont mis en place dans les villages avec comme mission la surveillance de ces villages, mais aussi, la collaboration avec les forces de défense  dans la lutte contre Boko Haram. Ces comités de surveillance qui  font des patrouilles avec des flèches et machettes procèdent à l’arrestation des suspects et ont déjà réussi à déjouer plusieurs attaques terroristes de la secte Boko Haram.

A noter que la région extrême nord du Cameroun, selon nos sources a, depuis 2013, connu 315 incursions des terroristes de la secte islamiste Boko Haram, en plus de 12 incidents sur mines et 32 attentats suicides.

Ces derniers temps, leurs cibles privilégiées sont les lieux de culte : églises et mosquées.  D’où cette riposte organisée par les autorités de la région extrême-nord du Cameroun qui fait frontière avec le Nigeria. Un bel exemple qui mérite d’être salué.

D Diama

 

PARTAGER