L’onde de choc dans la région après l’attaque jihadiste de Ouagadougou

0
L'onde de choc dans la région après l'attaque jihadiste de Ouagadougou
Un client quitte le Splendid Hotel après avoir récupéré ses bagages, à Ouagadougou, le 17 janvier 2016. © REUTERS/Joe Penney

Solidarité, émotion et peur… L’attaque terroriste qui a fait 29 morts, vendredi soir, en plein centre de Ouagadougou, a ravivé l’inquiétude de la menace jihadiste dans les pays frontaliers du Burkina Faso et dans toute la sous-région. Tour d’horizon.

  • Côte d’Ivoire : la plus grande diaspora burkinabè

En Côte d’Ivoire, voisin du Burkina Faso, les attaques terroristes survenues à Ouagadougou ont été très suivies. D’autant que le pays abrite la plus grande diaspora burkinabè.

Les attentats au Burkina Faso ont longuement occupé les conversations en Côte d’Ivoire, même si la vie semble suivre son cours normal. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #YakoBurkina a été créé pour témoigner de la solidarité des Ivoiriens au peuple burkinabè.

Aujourd’hui, les Ivoiriens se disent inquiets de cette situation. « Ça fait peur. S’ils ont pu frapper au Burkina, s’ils ont pu frapper au Mali, on se dit pourquoi pas chez nous, confie Kezo Vrinsia, chargé de communication. On ne sait pas quelle sera la prochaine destination des jihadistes. »

Attaque jihadiste à Ouagadougou: un air de déjà vu

Au sein de la communauté burkinabè vivant en Côte d’Ivoire, on se sent impuissant, surtout loin de chez soi. Les attaques sont encore très présentes dans les pensées et on prie pour que cela ne se reproduise plus. « On ne s’attendait pas à ce qu’un événement d’une telle violence survienne au moment où le peuple burkinabè a su maintenir la paix et l’ordre pour organiser des élections libres, transparentes et apaisées. C’est injuste, mais nous ne pouvons rien faire », regrette Mamadou Sanogo, président du Conseil national des Burkinabè de Côte d’Ivoire.

Les attaques de Ouagadougou ont soulevé parmi la population ivoirienne des questions sur l’efficacité de leur système de sécurité. Aussi ont-ils été nombreux à souhaiter plus de coopération à ce niveau entre les pays de la sous-région.

  • Sénégal : l’ombre du terrorisme de plus en plus proche

……..Lire la suite sur rfi.fr

SOURCErfi.fr
PARTAGER