Africa Virtual Hospital : “Pour que chaque Malien parvienne à se soigner peu importe où il se trouve”

0

Filiale du Groupe FAMIB,  Africa Virtual Hospital (AVH) est un hôpital 100% en ligne qui offre des solutions à distance. Il a été mis en place par un jeune Malien (37 ans) informaticien et ingénieur de commerce international.  Dans l’entretien qui suit avec le fondateur,  Amadou Diawara explique que l’AVH  traite également toutes les questions  liées à la criminalité, à la drogue et au  genre notamment les violences faites aux  femmes et aux enfants. Au siège de FAMIB, sis à Djicoroni Para sur la route de Sébénikoro, Mali Tribune est allé à la rencontre d’Amadou Diawara  pour en savoir davantage sur cette plateforme.

 Mali Tribune: Bonjour monsieur Diawara ! Comment l’idée de la création d’Africa Virtual Hospital est venue en vous?

Amadou  Diawara: Déjà nous sommes dans la digitalisation. C’est notre Centre de recherche technologique d’innovations et d’industrie créative qu’est le Groupe FAMIB qui  regroupe AVH. Après avoir mis en place une Université virtuelle (Université Virtuelle du Mali) et le Complexe Virtuel Kingui (du préscolaire jusqu’au BAC) qui ont été une belle réussite, ce projet est ainsi né avec d’autres volets  qui font de nous une référence en Afrique puisqu’on l’a fait à titre privé alors dans  certains pays c’est le l’Etat qui le fait. Le Groupe FAMIB a donc lancé aussi une plateforme virtuelle pour faire des Concerts, des sketchs  en live , et aussi les Kingui Viso qui est une plateforme de visioconférence gratuite avec environ 1000 participants. Après tout cela, nous on s’est encore posé la question de savoir quelle réponse on peut donner en cette  période de Covid-19 pour que le Mali soit respecté sur le plan international sans oublier les autres maladies tel  que le paludisme  qui tue plus de monde que le Coronavirus. C’est dire que nous allons travailler sur la durée.

C’est cette réflexion qui nous a amenés à donner le nom “Africa Virtual Hospital” . L’idée était que ça soit d’abord un produit africain et pour les femmes et enfants. Vue le contexte socio-politique et sécuritaire du Mali, les femmes et les enfants méritent un regard particulier. De ce fait, on est  allé chercher des médecins bénévoles  qui ont accepté de nous aider. Aujourd’hui nous environ 7 médecins qui travaillent avec nous ici. Au-delà de ces 7 médecins de chez nous, nous sommes allés chercher des médecins européens très expérimentés et très bien équipés pour faire de la télémédecine. Aussi, nous bénéficions d’un accord d’accompagnement d’un pionnier de la médecine malienne en la personne de Dr Ousmane Ly. L’initiative a beaucoup émerveillé la Banque Mondiale qui nous a envoyé un e-mail très favorable. Mieux, nous avons même eu la chance de recevoir la visite du ministre de la Santé (NDLR Michel Hamala Sidibé) dans nos locaux. Il a été très content de notre plateforme et on espère qu’il demandera à l’Etat de s’y intéresser. La raison est que cette plateforme est la meilleure que le Mali puisse avoir en terme de santé car elle va donner à tous les hôpitaux du Mali et même les CSCOM la possibilité d’inter-réagir et voir en temps réel les différents  cas de maladies et de les prendre en charge.

Mali Tribune: Comment la plateforme Africa Virtual Hospital fonctionne?

A.D: Tout est en ligne. Par exemple quand  les gens sont victimes des violences, ils peuvent venir faire             leur déclaration de façon anonyme et on a des psychologues qui vont les prendre en charge. Pour le cas de la drogue, on a aussi des experts dans ce domaine pour les aider à sortir de cette situation en leur apportant le soutien psychologique.

En ce qui concerne la santé, les clients prennent les tickets et les médecins sont là sur rendez-vous en fonction des cas. Ensuite la plateforme envoie directement un lien pour la visioconférence. Alors le médecin vous diagnostique après avoir échangé avec vous et il vous envoie l’ordonnance de façon électronique, si nécessaire. Il est à noter que la visioconférence est possible même avec le téléphone portable. En tout cas, c’est une prise en charge rapide des cas de maladie. Au-delà de tout cela, il y a aussi des vidéos de sensibilisation en plusieurs langues (Bambara, Français, Anglais, Soninké, Fulfuldé, Tamashek etc.)

Mali Tribune: Quels sont vos liens avec les autres hôpitaux du Mali ?

A.D: Pour le moment on ne travaille pas avec les hôpitaux du Mali car pour cela il nous faut un partenariat, un mandant de l’Etat. Donc nous attendons que l’Etat nous sollicite pour cela puisque  nous avons déjà écrit,  exprimé notre souhait d’accompagner le pays d’autant plus que nous avons la chance que le Mali soit l’un des meilleurs pays en terme de médecine. Pour preuve,  plusieurs pays envoient leurs étudiants étudier chez nous. Aussi, Africa Virtual Hospital a mis en place une bibliothèque en ligne à la disposition des jeunes médecins qui leur permet d’avoir tout le contenu sur la santé. Là on est en partenariat avec l’école de médecine de Toulouse qui nous donne  tous  les contenus pour nos universitaires. Donc avec ces contenus ils peuvent se documenter et se former  pour devenir des bons médecins. L’un des objectifs pour Africa Virtual Hospital c’est aussi d’enrôler chaque médecin Malien en l’inscrivant sur notre plateforme. Sur la plateforme, on a mis aussi un modèle économique appelé “Revolutionnering” qui permet à chacun des trois parties à savoir le médecin consultant, l’ordre des médecins et Africa Virtual Hospital de gagner quelque chose sur chaque consultation.

Mali Tribune: Quels son vos objectifs à court, moyen et long terme avec Africa Virtual Hospital ?

A.D: Avec cette initiative, on veut que chaque Malien parvienne à se soigner peu importe où il se trouve et à des moindres coûts. A long terme, on veut que chaque médecin Malien soit aussi un médecin du monde  en parvenant à donner son coup de main partout où le besoin se fera sentir.

Mali Tribune: Vous avez expliqué qu’Africa Virtual Hospital appartient au Groupe FAMIB. Alors une petite explication sur ce Groupe.

Comme je l’avais dit, FAMIB  est un Centre de recherche technologique d’innovations et d’industrie créative. Nous ne sommes que dans la recherche de solution  innovante pour répondre aux Objectifs du Développement Durable (ODD). Ainsi, on veut que le Mali soit le centre de notre Groupe puisqu’on est déjà présent au Rwanda, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Niger, etc. Pour le moment, 90% de nos revenus viennent de la France et du Maroc. Nous avons aussi un bureau à Toulouse, à New York et à Londres. A mon avis le Mali doit être fier de FAMIB puisque c’est la seule entreprise qui arrive à être présente à New York, en France , au Rwanda, etc  avec la vente des  solutions  alors qu’elles sont  développées ici au Mali. Donc compte tenu de cela nous invitons les autorités du Mali à s’intéresser à ce que  l’on fait car le Groupe s’agrandit à l’international mais tout ce que  l’on gagne en terme de compétence et d’argent on essaye de l’investir au Mali.

Interview réalisée par Alassane CISSOUMA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here