Dialogue avec Ansar dine et Mnla : Les officiels maliens rencontrent les groupes armés ce matin

15

C’est dans un contexte particulier que la délégation des premiers émissaires officiels du Mali, conduite par Tiéman Coulibaly, ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, s’est rendue à Ouagadougou pour rencontrer le médiateur de la Cedeao dans la crise malienne, Blaise Compaoré. Les officiels maliens ont eu une première rencontre avec le président burkinabé, en prélude à celle qu’ils auront ce mardi avec les représentants des groupes armés Ansar Dine et Mnla.

Cette rencontre arrive à un moment où la contestation gonfle à Bamako et au sein de la diaspora malienne, contre la médiation du président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, jugée partiale. Des voix s’élèvent dont celles de l’Alliance des démocrates patriotes pour la sortie de crise (ADPS), le regroupement politique dirigé par l’ancien Premier ministre Soumana Sako, et de certaines associations de Maliens en France, pour appeler les autorités maliennes à rejeter cette médiation. Si certains parmi ces contestateurs rejettent toute négociation avec les groupes armés Ansar Dine et Mnla, d’autres prônent une appropriation par les Maliens de la solution de la crise. Ce qui permettra au médiateur de prendre connaissance des propositions maliennes de voies de sortie de crise.  Pour une gestion démocratique de la crise malienne, la Coalition pour le Mali a organisé des assises de l’occupation avec la participation des régions occupées  les 3 et 4 Octobre sur un financement du gouvernement hollandais. Pour une gestion démocratique de la crise, la Coalition s’est mise à l’écoute des populations des régions sous occupation : Gao, Kidal et Tombouctou. Cette première délégation officielle du Mali dans la voie du dialogue pour rencontrer le médiateur et les groupes armés saura-t-elle tenir le bon bout en vue de cette appropriation par le Mali de la solution de la crise ?

En outre, cette visite des émissaires maliens se situe dans un contexte marqué par le tollé général qu’a provoqué, en Afrique et à Paris, le rapport du Secrétaire général de l’ONU sur la situation au Mali et destiné au Conseil de sécurité. Un rapport qualifié au Mali de partiel, partial et contenant des allégations non fondées.  Selon toute vraisemblance il ne s’agirait pas à Ouagadougou ce mardi, d’une entame des négociations avec Ansar Dine et Mnla, mais d’un dialogue préliminaire. Avant cette rencontre entre les protagonistes, le médiateur burkinabè doit se convaincre qu’ils parleront le même langage, et cela ne sera possible que lorsque la partie malienne est sûre que les rebelles mettront fin à leurs exactions contre les populations des zones occupées, l’application de la charia et la reconnaissance de l’intégrité territoriale du Mali. Or si le mouvement islamiste Ansar Dine affirme avoir pris ses distances avec Aqmi, qu’en est-il de l’application de la charia ? En prélude, la délégation malienne de trois personnes aurait été rencontrée hier lundi par le président Blaise Compaoré.

L’esquisse de négociation n’est pas une renonciation à la guerre implacable

Les membres Ançardine

Il serait question pour le médiateur de soumettre au pouvoir malien de transition un « agenda de pourparlers » avec Ansar Dine et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Cependant cette esquisse de négociation n’est pas une renonciation à la guerre implacable qui est également en préparation. Dimanche 2 décembre, le président malien Dioncounda Traoré et son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, à l’issue de leur entretien à Niamey, ont regretté un recul de l’ONU, concernant une intervention armée africaine dans le nord du Mali occupé par des islamistes armés. Le président malien a confirmé lors de la conférence de presse conjointe avec le président nigérien Issoufou Mahamadou qu’une délégation malienne se rendait à Ouagadougou pour voir « les préalables d’un dialogue entre le Mali et certains groupes qui opèrent au Nord, qui ont manifesté mais désirent entrer en négociation avec les autorités maliennes … Bien entendu, nous sommes prêts également à nous asseoir autour d’une table avec eux et à parler avec eux ». Le président malien a passé en revue les 500 soldats du colonel malien Alhaji Ag Gamou, cantonnés à Niamey, expliquant l’importance stratégique de ce contingent dans le cas de la reconquête du nord du Mali.  De son côté, le Premier Ministre Cheick Modibo Diarra est arrivé hier lundi 3 décembre 2012 à Ndjamena où il a été accueilli par son homologue tchadien, Emmanuel Madingar. Le Chef du Gouvernement doit être reçu par le Président tchadien Idriss DEBY ITNO qu`il  tiendra informé des  efforts en cours au plan national et international pour surmonter la crise malienne. Il évoquera à cette occasion la détermination des forces de défense et de sécurité à reconquérir les territoires occupés dans le pays. Il va également souligner l’importance du soutien des partenaires du Mali parmi lesquels le Tchad. Le Mali attend une résolution du Conseil de Sécurité sur le déploiement d`une force militaire internationale en vue de la reconquête des régions occupées. La France entend jouer, encore une fois, un rôle capital dans l’élaboration d’une nouvelle résolution pour satisfaire à la demande malienne.

B. Daou

Commentaires via Facebook :

15 COMMENTAIRES

  1. Les Maliens qui ne sont pas plus belliqueux que d’autres, savent absolument tout de la négociation avec les dirigeants du MNLA et d’Ançardine pour l’avoir pratiquée jusqu’à l’indigestion depuis des décennies. Il est vrai que les rebelles d’alors – dont nombre sont toujours là – étaient engagés sous d’autres étiquettes, dans des configurations d’alliances différentes mais le résultat a été invariable : ni les accords, ni les concessions, ni la décentralisation, encore moins l’impunité tacite octroyée n’ont réussi à empêcher les mêmes protagonistes de tirer tout le profit possible des avantages concédés puis de reprendre les armes à la moindre occasion et de tuer pour imposer des vues de plus en plus maximalistes jusqu’à cette ultime fiction d’un Etat indépendant sur un territoire où ils sont ultra-minoritaires.

    Oui, l’armée malienne ne doit plus compter que sur ses propres forces pour récupérer à la sueur de son front, ce qu’elle aura perdu à la vitesse de ses jambes. Aide-toi, le ciel t’aidera a-t-on coutume de dire. C’est tout le Mali qui sera donc derrière son armée pour laver l’honneur souillé de la patrie. En déclenchant les hostilités face à ces illuminés jihadistes, le Mali ne sera jamais seul dans son combat. Des pays comme le Nigeria, le Niger et l’Afrique du Sud ne resteront pas insensibles à son combat.
    D’autres pays africains, conscients du mépris de la communauté internationale face au drame de tout un continent, sauront se mobiliser et nous aider. Mais on n’a plus le choix, malgré nos lacunes diplomatiques et communicationnelles, malgré la déchirure politique, malgré la crise de trésorerie, il nous faut nous résigner à aller au combat. Un combat pour l’honneur et la dignité retrouvée. Un combat qui fera que le Mali sera de nouveau respecté et craint.
    Avec le double langage diplomatique actuel, ne pas agir c’est accepter de fait la partition du pays. Attendre encore des mois, c’est permettre à cette énigmatique communauté internationale de nous amener vers des négociations biaisées qui consacreront la dislocation du pays pour aller vers un fédéralisme suicidaire. Armée malienne, la balle est dans ton camp. A toi de donner tort à tous ces spécialistes te décrivant comme moribonde et inefficace. A toi de te montrer à la hauteur de la grandeur de ce Maliba très mal en point.

  2. IL SERAIT JUDICIEUX DE NE PAS OUBLIER :

    – D’ETABLIR UN GUIDE ET UNE PLATEFORME DE NEGOCIATION,
    – DE LE FAIRE SIGNER PAR LES PARTIES PRENANTES ET
    – DE RENDRE LE CADRE DE DIALOGUE PLUS INCLUSIF ENCORE EN Y INTEGRANT DES REPRESENTANTS DE TOUTES LES COMMUNAUTES DES DIFFERENTES REGIONS ET DE LA DIASPORA MALIENNE.

    Bonjour,
    Félicitations pour la première rencontre entre les représentants du Mali, le MNLA, Ansar Dine et la médiation (Blaise Compaoré et Djibril Bassolé). Elle s’est déroulée à Ouagadougou le 04 décembre 2012.

    Les participants se sont entendus sur la cessation des hostilités, la constitution d’un cadre de dialogue inclusif ouvert aux représentants des communautés vivant au nord du Mali et sur des principes de dialogue (respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Mali, le rejet de toute forme d’extrémisme et de terrorisme, le respect des droits de l’homme, de la dignité humaine, des libertés fondamentales et religieuses et de la laïcité).

    C’est un premier pas très important mais pour plus de représentativité, il aurait été plus judicieux d’ouvrir le cadre de dialogue à des représentants des communautés, n’acceptant pas le terrorisme, vivant dans les autres régions du Mali et à ceux de la diaspora Malienne car elles sont aussi concernées.

    Les Maliens doivent tout faire, maintenant, pour mettre le Mali au centre de leurs préoccupations. Ils doivent tout faire pour que LES NÉGOCIATIONS ARRANGENT LE MALI ET TOUTES SES COMMUNAUTÉS en exigeant le respect des conditions (pour les groupes armés MNLA et Ansar Dine, dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) et des principes dont le refus du terrorisme tout en rendant justice : ne pas accepter l’impunité et exiger le respect des droits de l’homme (incluant le respect de la dignité humaine et des libertés).

    Ces principes et ces conditions constituent l’ENGAGEMENT RESPONSABLE.

    Ils contribuent à établir la CONFIANCE entre les Maliens.

    Il est indispensable qu’il y ait un guide et une plateforme de négociation pour une sortie durable de la crise Malienne intégrant ces principes et ces conditions à respecter pour négocier.

    Ce guide et cette plateforme, qui doivent être signés par les parties prenantes, aideront à établir la confiance entre elles.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: [email protected]

    • Bonsoir Dr. Ag Rhissa…

      J’espère que vous vous portez bien…et merci pour vos contributions dans le sens de l’unité et la paix….

      Contrairement à vous…je ne vois rien de salutaire dans cette rencontre avec ceux que je considère personnellement comme des terroristes … quelque soit leur nationalité ou ethnie…. TOUT CE QUE JE VOIS ICI C’EST LE “PRIX BASSOLE” POUR LE MNLA QUI EST DÉSESPÉRÉ … ET UNE PERTE DE TEMPS AVEC L’ANSARDINE….

      Pourtant ce “PRIX BASSOLE” dont a bénéficié les vauriens putschistes de Kati est une MERDE POUR LE FUTURE …PUISQUE CE SONT DES CRIMINELS ET L’AMNISTIE NE CHANGE PAS CELA … DONC QUELLE EST LA LESSON???

      Est ce sage de recharger le MÊME REVOLVER AVEC LEQUEL ON S’EST TIRÉ DANS LES PIEDS A PLUSIEURS REPRISES DANS LE PASSÉ ???

      JE PENSE QUE NON!!!

      CES NÉGOCIATIONS SONT DU DÉJÀ-VU….IYAD N’EST PAS TOMBÉ DU CIEL…un fruit de ces genres de NÉGOCIATIONS et il le sait ….

      Là ou je suis peut être d’accord avec vous … est l’inclusion de toute la diaspora dans de future concertations durant ou après la reconquête du nord par la guerre…et sans les terroristes du MNLA … ANSARDINE ou autres terroristes….

      CELA PARCEQUE LE PAYS EST DIVISÉ ET LES SENTIMENTS NÉGATIVES ET DE DIVISIONS ONT BEAUCOUP GRANDI…

      CES BANDITS DU SUD (CNDR POUR ETRE CLAIR) ET DU NORD ONT PORTÉ DE TRÈS GROS PRÉJUDICE AU MALI ET À TOUTES SES COMMUNAUTE … Surtout aux TOUAREGS POUR CE QUI EST DU MNLA…et je n’arrêterai pas de les maudire…

      J’ai lu votre lettre ouverte au président … qui est vraiment très réfléchi…mais je ne suis pas sûre que TOUTES VOS PROPOSITIONS SONT ADÉQUATES POUR LA SITUATION…

      LE MALI A ÉTÉ AGRESSÉ SANS PROVOCATION ET LES AGRESSEURS ONT FAIT FUIR L’ARMÉE MALIENNE… DONC QU’EST CE QUE LE MALI A À OFFRIR AUX ENVAHISSEURS EN S’ASSEYANT À LA MÊME TABLE AU NOM DE NEGOCIATION OU DIALOGUE ???

      OU ÉTAIT CE DIALOGUE AVANT LES ATTAQUES ET LES CRIMES DE CES TERRORISTES???

      Avez vous regardez sur YouTube l’attaque et le massacre d’AGUELHOK???
      Moi je l’ai regardé hier seulement… ET DU MNLA À L’ANSARDINE AU MUJAO … TOUS DES TERRORISTES QUI DOIVENT COMBATTU À JAMAIS PAR LES ARMES….

      Le MALI A TOUT INTÉRÊT A COMBATTRE CES FLÉAUX DE PRISES D’ARMES… AU SEIN DE L’ARMÉE ET AU NORD….OU CONTINUER DANS LE CYCLE INFERNAL DE “UN PAS EN AVANT ET DIX EN ARRIÈRE”…

      Si le MALI DISAIT QU’IL Y’AVAIT RENCONTRE AVEC DR. AG RHISSA… MOUSSA AG ALLAIT Y VOUR DU POSITIF…MAIS JAMAIS AVEC DES TERRORISTES….

      Moussa Ag, qui pense que Dr AG Rhissa ne perçoit pas nécessairement le MNLA ou l’ANSARDINE COMME DES GROUPES TERRORISTES…POURTANT C’EST CE QUE ILS SONT AUX YEUX DE MOUSSA AG

  3. moi je me demande ils vont negocier quoi avec ces gens là?,leur charia?,l’etat de azawad?, ou les integre dans la fontion public ou dans l’armée? il faut arretez avec ces negociation budon,soi ces gens son des malien comme tout les malien il doivent travaille pour le bien de leur village et ville comme tout le monde,il faut savoir que le mali un est pays pauvre,dans presque tout les village au mali ce gens du village qui travaille pour le bien de leur village,alors ces gens là doivent faire autant,ou ils prenent les armes comme ils on fait il faut le commbattre sans hesitation,ou sinon ils on mieux que les reste des malien,ca fait combien des negociation en peu des temps,l’armé du mali qui decoivent,je ne sais pas ce qu’ils entendent,qu’on vienent faire leur travaille?pauvre de nous 😳 😳 😳 😳 ,au gouvernement arretez ce soi-disant negociation,il y na rien a negocier,ils on assasiner des centaine des gens,vous osez allez serré la mains de ces gens là,vous signé du n’importe quoi ca n’engage que vous,pas les peuples malien,les peuples malien est contre ces negociations 😥 😥 😥 😳 😳 😳 😥 😥 😥 😥

  4. ce lui qui est prèssè ne va loin.
    toute fason le Mali ne peut jamais divise.croyes moi.

  5. Ne laissez pas la haine et la vangeance vous aveugler car cette négociation ne signifie aucunement une faiblesse de l’Etat malien mais plutôt la voie de la sagesse.Je peine à vous supplier de voir la réalité en face car la guerre ne se fait pas sans conséquence humaine. Evitons tant qu’il est possible de verser le sang. On connaît toujours quand commence la guerre mais pas sa fin. Donnons la chance au dialogue et à des négociations.Qui est aujourd’hui au mali capable de distinguer un ansardine, un MNLA d’un malien du Sud ou du Nord. C’est douloureux de les accepter mais c’est le moindre mal. Voyez en Afrique du Sud pendant l’apartheid, voyez au Rwanda, en Somalie. De grâce ne craignons pas une guerre qu’on peux éviter.
    Un burkinabè qui aime ce pays

    • Mon cher bajust….

      Merci de ton soutient et espoir pacifiste envers la résolution du problème Malien….

      Malheureusement je ne suis pas d’accord avec ton point de vue et cela … basé sur le passé et les circonstances qui ont mené à la situation actuelle…

      Personnellement … j’ai toujours pensé et je pense toujours qu’il n’y a pas de gagnant dans une guerre … surtout fratricide…À PART LE VENDEUR ET FABRIQUANT D’ARMES … BIEN SÛRE … et cela n’est ni le MALI ni l’ennemi AGRESSEUR….

      Cependant…cette guerre est nécessaire du côté Maliens pour recouvrir l’intégrité territoriale du pays et pour amener l’agresseur devant la justice … et pour sécuriser le futur de nos enfants….

      SOIT ON FAIT CETTE GUERRE AUDJOURD’HUI OU NOS ENFANTS FERONT UNE PIRE GUERRE DANS LE FUTURE….

      Je ne vais pas me lancer dans trop de détails chronologiques…mais révises l’histoire de ce fléau … révise le passé de IYAD … et surtout révise les circonstance de cette dernière agression … ça doit te changer les idées ….

      IL N’Y A PAS DE HAINE … MAIS SIMPLEMENT UNE QUESTION DE PRINCIPE ET DE SOUVERAINETÉ ….

      ILS SONT RENTRÉS PAR LE TOIT AVEC LE FEU…MIS LE FEU À LA MAISON COMMUNE…PENDANT LA PORTE A TOUJOURS ÉTÉ OUVERTE … D’AILLEURS LE MUR AVANT DE LA MAISON N’EXISTAIT MÊME PAS….

      LE MALI A TOUJOURS NÉGOCIÉ ET N’A JAMAIS REJETÉ SES CITOYENS SUR UNE BASE OU UNE AUTRE….MÊME LES CITOYENS DES AUTRES PAYS…

      EN TANT QUE BURKINABÉ … TU DOIS LE SAVOIR …

      Moussa Ag, qui apprécie le support du frère burkinabé et a des dizaines d’amis burkinabé … TOUS DE VRAIS INTÉGRES …PROBABLEMENT COMME TOI… mais pas comme le putschiste négociateur BLAISE COMPAORE ….

    • voila qui est bien dit car si l intervention militaire a lieu et que le chas s installe tout ce monde de la cedeao rentrera chez lui et laissera les maliens seuls dans la ….

  6. Le mali á l´heure actuel,est veritablement á l´epreuve,car faisant face á une double situation certes complexe.D´un côté une armée,jusqu´á lá respectée,aujourd-hui insoumise,voir difficile á mobiliser,pour la maledresse d´un capitaine,qui en pseudo-sauveur,devient l´enlisseur du mali dans les tunels de l´incertain.D´autre part,une classe politique enclune au poids du fameux capitaine qui se soucie plus des privilèges,et de sa securité personnelle en se terrant avec armes et bagages á kati,d´une part,et d´autre part les pressions de tout bord,au calcul politique de la fameuse communauté internationale,france,CDEAO,pays du champs,blaise compaoré,au point d´empirer la situation d´avantage.Certes,la négociation est toujours la finalité pour toute guerre,et négocier des fois même avec le diable s´impose,ce n´est nullement une humiliation,mais plûtôt une necessité.Je l´ai ecrit une fois sur ce site,et je recidive,An sar-dine est une organisation terroriste,qu´il faut voir avec méfiance,car dans ses rangs il y a des étrangers pour la plupart des mauritaniens comme moi,algériens,nigeriens,et j´en passe,qui doivent-être exclus,voir même poursuivis pour agression á un pays souverain.Par contre le MNLA,qui n´est pour autant le saint des saints,est composé de citoyens maliens,admis comme tels,et avec lexquels,il faut negocier pour une paix durable au mali.

  7. les 500 soldats du colonel malien Alhaji Ag Gamou

    Je deteste cet regroupement ethnique, c’est du n’importe quoi!!!

  8. Je dirais même que nos leaders qui font ces négociations avec ces groupes bandits armés sont complices dans cette affaire. Je ne peux pas comprendre: quelqu’un qui veut pas entendre parler de ton nom, quelqu’un qui cherche tous les moyen à te détruire, pourquoi aller s’asseoir sur une table ronde pour dire des choses inutiles avec ce dernier?
    Au contraire vous aller donner d’autres opportunités à ces rebelles pour bien préparer d’autres opérations plus pires que ça.
    Ouvrons nos yeux un peu les malien. Tout ce qui est sure ces bandits irons jusqu’au de leurs rêves. Que ça soit cette année ou plusieurs années après ils continuer leur lutte.La seule solution c’est de les détruire tous.Et cela ne se fait pas par négociation.

  9. c’est lâche et irresponsable de négocier l’avenir de notre grand Mali ” Wa Maliba” avec un groupuscules e bandits armés et terroristes.quelle honte, quelle humiliation! maliens nous sommes fiers de l’être mais pas dans le mensonge!
    Ben Zabo “WA MALIBA”: jusqu’à quand vont-ils continuer à enfoncer notre grand Mali dans cette situation malheureuse et honteuse qui n’a que trop duré? réveille-toi peuple malien!
    http://www.lepontlevie.be/Camm/BenZabo/

  10. Dans tous les cas la délégation qui est à Ouagadougou ne represente pas le peuple malien dans sa totalité? a bon entendeur salue?dans tous les cas ne blaguer pas avec ces gens ils sont dangereux quand tu leur donne ton bras ils coupent ta tete, le MNLA ne represente rien aujourd’hui au Nord?

Comments are closed.