Mali: Barkhane s’en prend aux katibas du Gourma

7

La semaine dernière sur RFI, le commandant de la force Barkhane annonçait, l’extension des opérations dans la région du Gourma, dans la partie centrale du Mali. Barkhane vient d’y conduire un opération d’envergure, impliquant près de 700 soldats français aux côtés des forces armées maliennes : l’opération conjointe « Tiésaba-Bourgou ». Notre envoyé spécial Olivier Fourt a participé à la mise en place de cette opération.

Le ratissage des forces françaises et maliennes aura duré une dizaine de jours, durant lesquels Barkhane s’est attaqué aux katibas des forêts de Foulsaré et de Serma, des zones connues pour accueillir les bases-arrières de terroristes dans la région. Selon l’état-major des armées à Paris, plus d’une trentaine de membres de groupes armés terroristes (GAT) ont été mis hors de combat.

Barkhane n’a pas opéré en zone inconnue dans le Gourma. En 2016, en 2017, et encore en début d’année, l’armée française a déjà combattu dans cette vaste zone de savanes connue pour abriter des caches terroristes, mais cette fois-ci Barkhane a engagé massivement ses moyens.

Selon nos informations : 500 militaires sur le terrain, 200 en soutien… 150 véhicules partis de la base de Gossi, une dizaine d’hélicoptères de combat et de manoeuvres stationnés à Hombori pour les besoins de l’opération, trois Mirage 2000 basés à Niamey.

Objectif : aller chercher les terroristes qui s’abritent dans les épaisses forêts d’épineux de la région. L’opération s’est déroulée en deux temps et devait certainement viser les groupes des katibas de « Serma » et Ansaroul Islam actif dans le nord du Burkina Faso.

La manoeuvre a été retardée de près de 48 heures pour des raison météo. La nouvelle s’est propagée rapidement. Dès le 30 mars, des informations commençaient à circuler concernant des frappes françaises dans la région. Dans la forêt de Foulsaré, le Groupe Tactique Désert 1 (GTD1) a envoyé ses commandos pour une reconnaissance complète avec l’appui de la compagnie malienne. Des armes, des munitions, des explosifs ont été retrouvés, mais les jihadistes avaient quitté la zone avant l’arrivée de Barkhane. C’est durant cette opération qu’un blindé (VAB) de Barkhane a sauté sur un engin explosif, entraînant la mort d’un capitaine d’une trentaine d’années, Marc Laycuras, une attaque revendiquée par Aqmi.

Dans la forêt de Serma, au sud de la localité de Boni, le 7 avril, cette fois-ci les forces françaises ont eu plus de succès : 4 frappes aériennes ont été réalisées et un hélicoptère Tigre, engagé en appui direct des commandos au sol. Bilan : plus de 30 membres de groupes armés tués ou capturés, selon l’état-major français, là ou l’armée malienne annonçait pour sa part lundi dans un communiqué 15 terroristes neutralisés et 14 motos récupérés.

Les forces burkinabè, elles, avaient été déployées afin de faire barrage aux groupes terroristes et les « empêcher de s’exfiltrer vers la zone Sud de l’opération », assure l’état-major à Paris.

Selon nos informations, l’opération s’est déroulée sur une zone de 80 kilomètres sur 40. L’opération « Bourgou » ouvre la voie à d’autres opérations françaises dans la région, une partie des forces employées devant rester basées dans la région en prévision de nouvelles missions.

Par Olivier Fourt Publié le 10-04-2019

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Hummmm… 30 éléments mis hors de combats ?!?! J’espère qu’ils n’ont pas arrêté des innocents éleveurs d’animaux. Après toutes la médiatisation du déplacement de barkhane ou barkabané dans cette région, je doute fort qu’un vrai terroriste s’y soit encore surpris par un bombardement. Nous savons tous que les vrais terroristes vivent à Kidal. Pourquoi aller créer l’amalgame ailleurs ? C’est de la pure foutaise, tout ça !

  2. la franSS a fait exactement le même coup à la côte d’ivoire du président Gbagbo … ils ont coupé le pays en 2 et laissé les rebelles prendre le contrôle d’une partie du pays, bouaké …
    Dans le cads du mali, la franSS a laissé les rebelles touaregs, leurs amis d’après le ministre des armés franSSaises, faire de la région de Kidal leur base arrière …

    les maliens n’ont encore rien vu…, bient la guerre va venir à djenné, ensuite segou, ensuite Bamako, a ce moment là le reveil sera brutal pour les maliens …

    Le mali aura lapix quand le mali mettra dehors la franSS et l”‘onul !

  3. …SOUVENEZ VOUS ET FAITES LA RELECTURE DE LA DIVISION DU SUDAN EN SUD ET NORD…
    L ONU A PROTEGE, FINANCE, ARME LES SUD SOUDANAIS PENDANT LONGTEMPS PUIS ONT DISTRAIT LES SOUDANAIS AVEC UN SOIT DISANT PROBLEME DU DARFOUR (DEUXIEME FRONT) CETTE DIVERSION A DONNE LA FORCE AU SUD DE PRENDRE L INDEPENDANCE, VOILA LE MEME SCENARIO AU MALI CENTRE…

    LES TUERIES SONT COORDONNEES PAS PAR LES MALIENS MAIS DE L ETRANGER ET PAR CEUX QUI SONT LA POUR ”AIDER”…

  4. …LA FRANCE COUPE LE CHEMIN DU NORD POUR QUE LES SEPARATISTES Y SOIENT A L AISE ET EMPECHERA L ETAT MALIEN A Y METTRE TOT OU TARDS L ORDRE, DU CENTRE LA FRANCE CONTROLERA ET LE NORD ET LE CENTRE ET LE SUD….

    …LES MALIENS DOIVENT FAIRE PARTIR LA FRANCE ET LA MINUSMA, CES DEUX OEUVRENT A LA PARTITION DU MALI…

  5. Bien joué. dans cette asymétrique, une coopération entre les forces Barkane et les FAMA donnera forcément des résultats probants.
    Paix à l’âme du jeune capitaine français tombé sur le champ de l’honneur. Que l’âme des terroristes neutralisés pourrisse en enfer. Amina.
    Vive la coopération FAMA- Barkhane.
    Vive le Mali, vive la France.

  6. Tant que Kidal reste un no-man-land pour les Maliens/Maliennes, la france aura un lieu au Mali ou preparer et entrainner des criminelles contre des paisibles citoyens/citoyennes du Mali. La solution vient d’abord de la liberation de Kidal par les francais et amis. La france est venue au Mali pour rester et pour donner la chance aux autres imperialistes et surtout a leur patron d’utiliser cette base de la france au Mali. Dans tout cela c’est IBK qui me fait pitie car il a sa main dans la gueule du loup, grace a Dioncounda Traore et son complot avec la france contre le Mali pour des interets personnels, qu’il faut negocier pour la faire sortir

  7. Cette force imperialiste et du mal ne va pas tromper la vigilence des Maliens/Maliennes qui ne font que souffrire du double jeu de la france en soufflant du chaud et du froid en meme temps. C’est la france seule qui donne des informations sur ses actions au Mali et les pauvres journalistes reprennent les memes choses sans verifier la credibilite de ces informations. Si la france tue des gens, ce ne sont que les pauvres Maliens/Maliennes et ses propre criminelles soi-disant terroristes qui refusent d’obeire aux ordre de la france. Qui a mis sur pieds les Katibas? qui a les moyens financiers et logistiques d’entretenir les Katibas? j’espere que ce n’est pas les pauvre paysans Maliens cas meme. De grace, je demande aux journalistes Maliens de ne pas reprendre les propagande de la france sur un champs qui leur ai interdit de se promener ou meme de s’informer sur les faits sur le terrain. La france aussi bien que tous les imperialistes occidentaux ne sont pas digne de confiance et surtout pas de la part des Africains/Africaines qui sont humilies. appauvris, discrimes, exploites et tues a longueur de journee par ces violents du monde.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here