Mise en place des autorités transitoires au nord : Les élus locaux interpellent IBK

82
Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l'Etat, lors de son adresse à la Nation le 31 décembre 2015
Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l'Etat, lors de son adresse à la Nation le 31 décembre 2015

Les élus locaux des Régions de Tombouctou, Gao et Kidal s’opposent à la mise en place des autorités transitoires et interpellent le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta.

Dans trois correspondances datées du 25 janvier 2016 et adressées au Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, les élus locaux de tous les échelons sans distinction d’appartenance politique se disent très inquiets de l’élaboration d’un projet de loi portant installation des autorités transitoires dans les collectivités des Régions de Tombouctou, Gao et Kidal. Ils affirment ne pas comprendre une telle démarche du Gouvernement dans la mesure où une loi vient de proroger les mandats des organes des collectivités jusqu’à la tenue des prochaines élections communales et régionales. Ils jugent inopportune la mise en place des autorités transitoires. Dans les mêmes correspondances, les élus appellent à l’accélération du processus de cantonnement des combattants des groupes armés mais aussi à la tenue des échéances électorales pouvant installer de nouvelles autorités locales.

En interpellant le Président de la République, les élus des Régions de Tombouctou, Gao et Kidal se démarquent des responsables des groupes armés qui se battent depuis quelques mois au sein du comité de suivi de l’accord pour la paix et la réconciliation pour l’installation des autorités transitoires. Selon un élu qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat, la mise en place des autorités transitoires prévue dans l’accord n’est qu’une éventualité. Un autre élu qui n’arrivait pas à retenir sa colère avance que l’installation de ces autorités nécessite la mobilisation de moyens financiers colossaux qui peuvent être investis dans l’organisation rapide des élections communales et régionales.

Pourquoi cette distinction entre le reste du pays et les régions du nord ? Ce projet de loi conforte-t-il les responsables de la CMA qui tiennent toujours à leur idée séparatiste ?

 Affaire à suivre !

  Chiaka Doumbia

PARTAGER

82 COMMENTAIRES

  1. Les élus des Régions de Tombouctou, Gao et Kidal, les responsables des groupes armés ,comité de suivi de l’accord pour la paix et la réconciliation et le gouvernement doivent parler de la même voix afin de faire comprendre les dispositions de l’accord et pour permettre l’installation des autorités transitoires.

  2. Article 3 : Les Institutions de l’Etat malien prendront les dispositions requises pour l’adoption des mesures règlementaires, législatives, voire constitutionnelles nécessaires à la mise en œuvre des dispositions du présent Accord, en consultation étroite avec les Parties et avec le soutien du Comité de suivi prévu par le présent Accord.
    Je crois donc que c’est dans cette logique que la révision constitutionnelle et l’installation des autorités transitoires doivent intervenir.

  3. Ils affirment ne pas comprendre une telle démarche du Gouvernement dans la mesure où une loi vient de proroger les mandats des organes des collectivités jusqu’à la tenue des prochaines élections communales et régionales 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
    Bien que faisant partie du MALI le Nord connait une situation particulière car la plus grande partie de la mise en œuvre repose sur cette région. Parmi ces actions il est prescrit l’installation de ces autorités transitoires. Le Csa doit donc expliquer ces dispositions de l’accord aux acteurs civiles.

  4. Il faut dire que l’accord de paix, signé une première fois par le gouvernement et les groupes armés loyalistes le 15 mai, a été difficile à décrocher. Longtemps accusé de ne rien faire pour régler la situation dans le Nord, durement critiqué en coulisses par ses partenaires régionaux et internationaux, IBK a fini par passer la vitesse supérieure. Quant à l’application diligente de cet accord, il faudrait que toutes les parties s’y mettent. Cela va de l’intérêt de la nation. 😀 😀 😀 😀 😀

  5. Je pense qu’il est plus difficile de faire la paix que la guerre. En effet, pour une paix durable, il faut le sacrifice et le courage de tout un chacun pour y arriver. Parce qu’il n’y a de paix durable que celle qui ne s’achète au prix d’aucune faiblesse. Par conséquent, je demande à toutes les parties signataires de l’accord d’Alger de s’y investir et d’éviter toutes actions tendant à freiner le processus de paix.
    VIVE LE MALI UN ET INDIVISIBLE ❗ ❗ ❗

  6. Pour ma part, je pense que tout accord connait quelque fois des difficultés dans sa mise en oeuvre. Mais, j’ai foi que cet accord est la panacée de sortie de crise que notre pays connait. J’aimerais que chaque partie signataire face preuve de sacrifice et responsabilité car le Mali est la chose commune et il y va de l’intérêt de tous.

  7. L’accord de paix a été obtenu après d’énormes sacrifices. Cependant, certains paramètres restent à être mis en œuvre notamment l’intégration des cadres du Nord dans les instances de décisions, l’ouverture de la période intérimaire et autres ; qui incluent encore d’autres sacrifices.

  8. Je pense à mon modeste avis que la paix tant souhaité ne saurait arriver que si nous nous donnions les moyens pour y parvenir. Cependant, pour y parvenir, toutes les parties signataires de l’accord de paix devraient y mettre du cœur dans sa mise en oeuvre. Lorsque l’on unit étroitement ces deux mots : paix et liberté. La paix nous donnera la liberté ; la liberté nous donnera la paix, et, par surcroît, la paix et la liberté donneront à tout le monde l’ordre, le travail et le bien-être. C’est par le maintien de l’ordre quand même qu’il faut assurer le triomphe de la liberté et le châtiment de l’impuissance.
    VIVE LA PAIX AU MALIBA! ❗ ❗ ❗ ❗

  9. A l’unisson et à l’effort conjugué de tous c’est-à-dire les partis politiques, la CMA, la plate forme et la population, nous pourrons parvenir à une application stricte de l’accord d’Alger qui favorisera la paix et la réconciliation tant souhaitée. 😀 😀 😀

  10. Je crois que les responsables locaux du nord ne devraient pas douter de la volonté des autorités de Bamako quant à la mise en œuvre de l’accord de paix car au final le gouvernement Malien a posé plus d’actes de bonnes foi dans cette lancée .
    Ils doivent donc comprendre la position du gouvernement sur qui la plus grande part de l’accord repose. Ils doivent savoir que l’État a lui seul doit prendre les dispositions requises pour l’adoption des mesures règlementaires, législatives, voire constitutionnelles nécessaires à la mise en œuvre des dispositions du présent Accord et la mise en œuvre des autorités transitoires fait partie de ses mesures.

  11. Ceci est un appel à l’endroit du peuple Malien. J’aimerais qu’il s’approprie cet accord et accompagner les acteurs dans leur mission. Ainsi, nous retrouverons la paix tant attendue.

  12. J’encourage et recommande à tous les acteurs à redoubler d’effort quant à la mise en oeuvre de l’accord d’Alger qui a donné un nouveau souffle au peuple Malien. Certes, l’application intégrale d’un accord n’est tout à évident, mais avec la bonne volonté des uns et des autres nous y arriverons. Que chacun fasse ce petit sacrifice pour l’intérêt de notre Nation.

  13. La volonté affichée des autorités de Bamako doit un être un gage de bonne foi de leur part. Aidons à franchir les différentes étapes dans les conditions idéales. Il ne sert à rien d’entamer des actions que certaines personnes attendent pour mettre leurs plans sataniques en œuvre.
    Les acteurs engagés doivent parler de la même voix pour une réussite des accords.

  14. Je pense que pour l’application intégrale de l’accord d’Alger, il faut beaucoup d’indulgence et de patience. Car il ne s’agit pas d’aller vite, mais d’aller progressivement et qu’au bout du compte nous ayons les résultats attendus.
    QUE VIVE LE MALI UNI ET INDIVISIBLE DANS LA PAIX ET LA RECONCILIATION! ❗ ❗

  15. A attendre toutes les parties signataires de l’accord, moi personnellement je tire une seule leçon dans leurs propos. Cette leçon n’est autre que l’envie d’aller résolument à la paix et la réconciliation nationale. Je leur demande toujours de faire preuve de sagesse et de responsabilité quant à une sortie parfaite et réussie de celle-ci.
    VIVE LA PAIX! ❗ ❗ ❗
    VIVE L’ACCORD D’ALGER! ❗ ❗ ❗

  16. L’accord de paix ne peut pas satisfaire tous nos désirs il faut que le comité national de suivi qui a été mis en place il y a quelques semaines; puissent trouver des solutions pour ne pas retarder de plus la mise en œuvre de l’accord qui pourrait le rendre vulnérable.

  17. Le CSA doit user de tous les moyens pour que l’accord soit mise en application; ils doivent très bien expliquer la situation de signature de l’accord afin de permettre à tous de se l’approprier et être des acteurs de la mise en oeuvre.

  18. Le souhait des autorités de ce pays est d’apporter la paix, la réconciliation et la cohésion sociale à leur population donc il ne faudrait pas douter de leur bonne foi et être un peu patient.
    Les autorités ont marqué leur engagement pour ces accords nous devons les accompagner dans tous les prérogatives de cet accord.

  19. La mise en place des autorités transitoires dans le Nord du pays est un cap franchi dans la mise en oeuvre de l’accord d’Alger. Je salue le gouvernement Malien pour cet unième acte posé en faveur du retour de la paix.

  20. Les autorités maliennes ont toujours montrées leur ferme volonté de mettre en application ces accords qu’elles ont elles mêmes voulus.
    Mais la mise en œuvre d’un tel accord nécessite des dispositions en termes de moyens financiers matériels, humains et institutionnel donc il faut qu’on comprenne le gouvernement et favoriser la mise en place des autorités transitoires.

  21. ” Pourquoi cette distinction entre le reste du pays et les régions du nord ? ”
    A mon avis, ce n’est pas fait de distinction entre les autres régions et celles du Nord du pays. La mise en place des autorités transitoires dans ces trois régions s’inscrit dans la droite ligne de l’application de l’accord de paix. Je pense que les élus locaux devraient s’y conformer au nom de la paix.

  22. Les actions du gouvernement ont toujours été dirigés vers la réunification du pays à travers les élection locales.
    Mais il s’est trouvé toujours confronté à la mauvaise fois des groupes armés qui bloquent le processus pour continuer leurs trafics dans cette zone.
    Nous les appelons vivement à cesser ces pratiques pour donner la paix à notre pays.

  23. Nous les maliens savons tous que le président IBK a la ferme volonté de donner la paix à notre pays et instaurer par la même occasion l’autorité de l’état dans les zones du Nord avec les administrations locales.
    Mais ceux qui s’opposent à cette volonté du président sont les groupes armés…

  24. Aucun processus électoral dans le nord du pays ne peut se faire sans une adhésion totale groupes armés dans le nord.
    Nous leur demandons alors de faciliter les chose pour que l’administration locale puisse s’installer.

  25. Moi je pense qu’au lieu de demander l’intervention du président IBK pour le retour de l’administration locale au nord,les autorité de cette zone feraient mieux de demander à leurs parents faciliter le retour des institution étatiques.

  26. Le redéploiement de l’administration dans le nord du pays ne doit pas être le fait du seul président IBK.
    Il faut l’adhésion de tous les maliens au processus de paix et en particulier les groupes armés pour faciliter l’organisation des élections locales.

  27. Avec la signature de l’accord de paix le pays va être sécurisé par les forces armées du nord et la situation sécuritaire deviendra stable.

  28. La situation du nord Mali est inquiétant la population devrait se donnée la main pour lutter contre l’insécurité’ du nord Mali.

  29. Vraiment je suis complètement d’accord avec l’idée de rose qui dit que Le terrorisme est le plus grand handicap dans le monde actuel, il ne faut pas laisser les groupes armés s’installer n’importe comment dans notre pays sinon c’est trop risqué.

  30. Nos remerciements vont toujours envers le Président de la république et son gouvernement pour les efforts qu’ils ont fournis pour la paix et la réconciliation au Mali.

  31. Nous soutenons énormément le président
    de la république jusqu’au dernier degré walaye

  32. Le président IBK a fait tout ce qui doit être fait pour notre pays retrouve son intégrité.
    Je pense c’est aussi un de voir pour les groupes armé de créer les conditions pour que l’administration soit redéployée dans les zones du nord.

  33. Au lieu de dire des bobards, cherches d’abords à connaitre le contenu et les préambules de cet accord. Pauvre con !!!!!!!!!

  34. La signature de ces accords permet le développement de toutes les activités que le Mali entreprendra. C’est une nouvelle démarche que la Mali va enfin vivre infiniment.

  35. L’accord vise à instaurer une paix durable dans le nord du Mali, qui a connu une série de rébellions touareg depuis les premières années d’indépendance du pays, en 1960. En 2012, cette vaste région a été transformée en sanctuaire et en base d’opérations jihadiste, jusqu’au lancement par la France de l’opération Serval en janvier 2013.Enfin on est à nouveau réconcilié.

  36. Moi je pense que ceux qui bloquent le retour ce l’autorité au nord du pays ce sont les groupes armés cer c’est à eux seul que profite cette situation de crise.

  37. les partis d’une majorité présidentielle sont tous prêts à défendre leur numéro 1 mais c’est pas le cas du RPM alors je crois c’est une de leur manigance pour avoir le miel du pouvoir .

  38. Les politiques maliens sont des opportunistes à la con. Au moment le président de la république est dans les difficultés et compte sur leur coup de main dans les débats politiques, ils sont bouche-b.

  39. Evitons de faire confiance au RPM,toujours de la majorité, sont tous opportunistes. Ce sont leurs intérêts de places qui les préoccupent et non la logique de faire partie d’un parti politique.

  40. Une chose est sure. Au Mali on a vu que les partis politique adhèrent à la majorité présidentielle pour des places et non pour faire un pôle pendant tout le mandant du parti au pouvoir au quel ils se sont alliés.

  41. Cet accord qui a été signé aujourd’hui renforce la capacité et garanti l’unité nationale. Le peuple Malien a n’est vraiment conscient, car on est au début de la fin de crise.

  42. La CMA et la plate forme doivent se conformer avec les décisions du nouveau comité dirigé par le PM pour faire avancer les accords qui sont les objectifs premier du président en cette année 2016.
    Ce comité consiste à revoir les points de blocage des accords pour parfaire les choses avec l’ensemble des 2 partis.

  43. Mr MODIBO KEITA est l’homme de la situation donc en le mettant à la direction de ce comité est une belle initiative car il est celui qui a permis de parapher les accords d’Alger. Il peut avec son expérience nous apporter la paix que nous attendons tous car sans elle tout projet de développement est irréalisable.

  44. Je pense que les rapports du comité de suivi des accords permettront aux membres de la CMA et de la plate forme de rentrer dans le gouvernement. Les élus locaux doivent se mettre d’accords avec le gouvernement.

  45. tout ceci est prescrit dans les accords et aucun groupe armé ne met de pression pour rentrer dans le gouvernement. C’est d’un commun accord qu’un comité a été mis en place présidé par le PM Modibo pour regler les derniers points des accords d’Alger donc arrêtez de nous distraire avec tes articles idiots

  46. La reconstruction du Nord est un préalable car après la guerre il faut cela. C’est pourquoi le président a jugé bon de consacrer plus de 300 milliards de l’aide de la France car le nord a beaucoup souffert et il est temps de face à ce chantier.
    Avec le travail du comité de suivi, il y a une lueur d’espoir pour la population du Nord. Nous attendons le retour de l’administration et toutes les instances étatiques

  47. L’entrée des membres des différents groupes dans le gouvernement est l’une des condition des accords donc il doit savoir qu’il n’y a de tension entre les groupes et le gouvernement. Nous portons notre espoir en ces accords

  48. ce sont pas les conditions des groupes rebelles, mais celles de l’accord. S’ils s’entendent sur leurs choix d’homme les représentants au gouvernement, ils en feront partir. Donc, arrêtez de pourrir l’atmosphère avec vos ragots.

  49. La mission confiée au PM c’est de présider le comité de suivi des accords de paix afin de trouver le plus rapidement possible, une solution idoine pour le bien de tous les partis signataires.

  50. Ce journaliste doit savoir que si la CMA ne voulait pas aller à la paix, elle n’aurait pas signé les accords. Pour votre information, le cantonnement et le désarmement a bien commencé et se poursuit. Un bon journaliste doit informer plutôt que de désinformer.

  51. La CMA et la plate forme se sont engagées résolument à aller à la paix et elles n’ont pas arrêté de le prouver à travers les actes qu’elles posent. Donc nous ne croirons jamais à aucune de vos futilités

  52. Les élus locaux de Kidal, Gao et de Tombouctou doivent faire confiance et respecter cette initiative gouvernementale. Les élection locales et régionales sont déjà en perceptive, le gouvernement est entrain d’aller vers la paix et il utilise tous les moyens sous main.

  53. Je comprend l’inquiétude des élus locaux, mais doivent savoir que le gouvernement malien est conscient de tout cela et que les précautions ont été prise. Le gouvernement malien le fait dans les intérêts primordiale du pays.

  54. Je pense que le gouvernement malien a pris cette décision pour le bien n’être de la population, en particulier les population concernés. Les députés des régions concernés ne doivent pas constitués déblocage car le gouvernement le fait pour la paix et la réconciliation.

  55. C’est dans le cadre de paix et de la réconciliation, les élus locaux ne doivent pas constitués un obstacle vers la paix. Les autorités transitoires seront que passagère comme le rédige le sens du mot “transitoire”.

  56. Les élus locaux de Kidal, Gao et de Tombouctou doivent mettre un peut d’eau dans leur vain. Le gouvernement est conscient de la situation, mais ils doivent accorder leur confiance au gouvernement malien.

  57. Le gouvernement est aussi plus qu’inquiet de la situation raison pour laquelle il est à la quête de diverse solution. Le gouvernement d’IBK n’acceptera point des actions qui pourra porter atteinte à la crédibilité de notre pays à plus forte raison à son intégrité territoriale.

  58. Cela est tout fait normal que les élus locaux se plaigne de cette décision gouvernementale. Mais je pense qu’on doit faire d’avantage confiance à notre gouvernement. Le régime d’IBK s’est très bien pourquoi ce qu’il fait.

  59. Le gouvernement comprend très bien l’amertume des autorités locaux de Kidal de Tombouctou et de Gao, mais à leur tour il doivent essayé de comprendre le gouvernement malien. Ces autorités transitoires c’est pour un bout de temps avant les élections communales et régionales.

  60. Je pense que les élus locaux de Kidal, Tombouctou et de Gao doivent essayé de comprendre le gouvernement, c’est pour la bonne mise œuvre de l’accord de paix que le gouvernement fait tout cela.

  61. La mise en place des autorités transitoire est à voir d'un côté positif. Elle fait parti des demandes de l'accord de paix qu'elle soit plus ou moins indispensable. On ne doit pas compliquer la tâche au gouvernement dans la mise en place de programme de paix.

  62. La mise en place des autorités transitoires est une exigence et une disposition de l'accord de paix que nous voulons tous l'application pour le retour de la paix. Que les élus laissent ces autorités se mettre en place.

  63. Nos élus sont dans une logique de défense. Ils veulent que les localités de Tombouctou, Gao et Kidal ne soient mises sous l’autorité des rebelles au nom de la paix. Si ces autorités transitoires doivent être mise en place, les élus devraient consultés pour le sujet.

  64. Sans la saisine de l’Assemblée Nationale sur cette question et celle-ci l’approuve, les autorités transitoires ne seront et ne peuvent pas être mise en place. Même dans le cadre de l’application de l’accord de paix. 😛 😛

  65. Nos demandons aux élus de nous défendre comme cela doit se faire. Mais nous ne voulons pas qu’ils soient des obstacles au retour de la paix dans le pays. Si c’est une exigence pour que la paix puisse revenir dans ce pays que ces autorités transitoires seront déployées, nous sommes pour.

  66. C’est dans le cadre de l’application de l’accord de paix que ces autorités vont être mise en place dans les localités de Tombouctou, Gao et Kidal. Donc je ne vois pas là où se trouve le problèmes des élus sur le projet?

  67. Les députés qui sont élus par les populations sont dans l’obligation de défendre les intérêts des populations qu’ils représentent dans l’Assemblée Nationale. Si les élus pensent que ces autorités transitoires ne doivent et ne peuvent pas être mise en place, c’est surement en connaissance de cause.

  68. C’est dans le cadre de l’exercice de leur mission de représentants des populations locales que les élus se sont opposés à ce projet de loi. Mais sauf si quelque chose se cache derrière le projet, sinon c’est pour accélérer le retour de la paix que ces autorités seront mise en place.

  69. Je sais que c’est au nom de la paix que ces autorités transitoires vont être mise en place dans les localités du nord. Et c’est dans le cadre du processus de la paix. Nous voulons le retour de la paix. Mais je crois aussi que les autorités voulaient faire cela sans l’avis des élus. Ce qui n’est pas du tout bien.

  70. Nos élus sont tous des opportunistes. Ils sont tous e train de défendre leur position. Ils ne veulent pas de ces autorités transitoires parce que ce sont leurs militants occupants ces postes qui seront relevés de leur fonction.

  71. La mise en place des autorités transitoires est une exigence pour l’accord de paix issu du processus d’Alger puisse être conduit en harmonie. Les élus sont dans le cadre de leur mission mais ces autorités transitoires sont des nécessités pour le retour de la paix.

  72. Les élus locaux sont dans leur droit parfait d’interpeller toute personne, surtout le représentant d’une institution, sur tous les problèmes de la nations. Mais je crois que ce projet de loi intéresse les localités du septentrion. Les autorités transitoires auront pour mission de conduire la mise en œuvre de l’accord de paix.

  73. Nous devons faire confiance à nos dirigeants, si c’est vrai qu’ils sont là pour le bonheur des maliens. Ils feront tout pour agir en faveur de nos attentes. Ce qui est sûr, une campagne de sensibilisation doit être menée sur ce sujet.

  74. Ces élus sont de leurs pleins droit, le gouvernement doit au moins les tenir au courant de la mise place de ces autorités transitoires. Nous faisons face à une situation où la communication 100% est notre seul atout.

  75. Le Mali ne peut pas avancer tant qu’on ne se donne pas la main et progresser ensemble. A mon avis, la mise en place de ces autorités transitoires fait partie du retour de la paix et la réconciliation nationale, mais aussi de l’instauration du vivre ensemble.

  76. Le Mali traverse une crise cruciale qui pèse sur son développement, je ne pense pas que nos dirigeants veulent ajouter encore plus à cette crise. Faisons les confiances et attendons voir.

  77. Le Mali traverse une crise cruciale qui pèse sur son développement, je ne pense pas que nos dirigeants veulent ajouter encore plus à cette crise. Faisons les confiances et attendons voir.

  78. Nous sommes à la quête de la paix et la stabilisation du Maliba, voilà la raison pour laquelle des autorités transitoires seront mis en place au nord. Nous devons tous être en mesure de comprendre cela.

  79. Sûrement que la mise en place de ces autorités transitoires n’impacte pas ces localités. Nous sommes tous concerné dans la gestion de ce pays, nos hautes autorités doivent envoyer des délégués les sensibiliser par rapport à cette affaire.

  80. Ces élus ont tout à fait raison de s’inquiéter autant, mais il faut comprendre qu’en tant que chef d’Etat, IBK ne sera pas en mesure de trahir son peuple. Sauf s’il se moque de ce qui peut nous arriver.

  81. Le septentrion malien a été longtemps affecté par la guerre, l’heure est à la paix, la réconciliation et la convalescence et de ces régions et du Mali tout entier. Donc, je convie ces élus régionaux à la vigilance.

  82. La résolution de la crise du septentrion n’est pas une chose l’aisée. L’accord conclu entre le gouvernement malien et les groupes rebelles dans le but d’instaurer la paix durable sur toute l’étendue du territoire malien, met l’accent sur des aspects comme celui-ci.

Comments are closed.