Rencontres intercommunautaires : La CMA divisée ?

4

La CMA et la Plateforme pour la première fois fument dans le même calumet et suspendent leur participation au Comité de suiviAlors que les rencontres intercommunautaires se sont poursuivies dans plusieurs villes du nord, notamment à Tombouctou, conformément à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, la Coordination des mouvements de l’AZAWAD avait  décidé de boycotter celle de Gao, qui devait démarrer hier. Toutefois, selon nos sources, certains membres de la CMA, ont décidé de marquer leur présence à cette cérémonie de rencontre de diverses communautés du Nord du Mali.

En fait, de fortes recommandations avaient été faites dans ce sens, lors des dernières rencontres du comité de suivi, pour que le démarrage des patrouilles mixte soit effectif. En outre, vendredi dernier, Le Mouvement national de libération de l’AZAWAD a fêté ce qu’il a appelé « son anniversaire », à Kidal. Toutes choses qui indiquent que la CMA entend brouiller les pistes, en persistant dans la surenchère, pour finalement imposer sa loi.

C’est ce qui a été constaté lors de la mise en place de la Commission Vérité, justice et réconciliation. En effet, selon nos informations, certains membres de la CMA sont toujours réfractaires à cette commission, estimant que leurs doléances n’ont pas été prises en compte. Lors d’une conférence de presse de la CVJR, la première vice-présidente, Nina Oualet Intallou, avait indiqué : « la CMA et les mouvements étaient à la base de ma nomination. Il y a eu des consultations, seulement  il y a eu plusieurs formes, on avait demandé cinq personnes, finalement il n’y a eu que deux retenues. Donc, c’était ça qui était contesté ».

Au demeurant, la CMA refuse toujours de s’associer à la COMPIS 15, qui, selon elle, ne fait pas partie des signataires de l’accord. Cette manœuvre désormais connue de créer la tension, mettre le gouvernement dans l’embarras et prouver qu’il continue à peser lourd est d’ailleurs devenue source de discorde entre la CMA et les populations de Kidal. En effet, ces populations sont aujourd’hui fatiguées de la guerre, de constater que les écoles restent fermées et s’inquiètent des épidémies qui traversent les frontières, en l’occurrence, celle relative à la fièvre de la vallée du Rift, qui sévit en Mauritanie.

 

B.D.

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. A tord ou a raison chacun a sa part de responsabilites dans cette crise.
    L’important est que Nous devons nous concentrer sur les aspects positifs et les hommes et femmes qui font des efforts et travaillent pour l’unicite du Maliba. La cma est la et il faut dialoguer avec elle, Jr veux toute personne de bonne VolontĂ© en leur sein pour la cause nationale et neutraliser les recalcitrants (es).
    Sinon il faudra Imposer la Paix comme la dit le president Macky Sall.

  2. Cette cma n’existe mĂŞme pas . c’est seulement un soumet de la France pour diviser le MALI.Chose qui n’arrivera jamais.

  3. TOUT çà c’est la faute de la communautĂ© internationale elle marche sur la tète sinon la CMA c’est qui dix personnes âť“

  4. S’ils ne viennent pas Ă  la rencontre intercommunautaire, c’est leur affaire. Le Mali de demain se fera sans eux. Et c’est mieux pour les populations du nord, qui sont fatiguĂ©s des caprices de ces voyous.

Comments are closed.