Ali Farka Touré: l''Afrique est ma source d''inspiration, mon repère, mon bonheur""

0

Contrairement à de nombreux artistes africains, Ali Farka Touré n”a jamais cédé à la vague d”exil vers l”Occident lorsque, dans les années 70/80, l”expansion de la world music a attiré nombre d”entre eux en Europe. Bien au contraire. Ce musicien à la culture musicale impressionnante, respecté et révéré dans le monde entier, est plus qu”aucun autre proche de sa terre, le Mali. A tel point qu”aujourd”hui, après avoir séduit la scène musicale internationale avec son blues sensible et inspiré, il consacre le plus clair de son temps à l”agriculture.rn

li Ibrahim Touré est né en 1939 dans le village de Kanau près du fleuve Niger au Mali. Son surnom de Farka vient du fait qu”il est le 10e enfant de ses parents et surtout le premier à avoir vécu au-delà de l”enfance. Farka signifie "âne", symbole de la force et de la résistance physique. La famille d”Ali Farka Touré est noble et issue de l”ethnie Arma, elle-même issue des Songhaï. Ali était encore un bébé lorsque son père, militaire, perdit la vie en servant l”armée française pendant la guerre 39-40. Après la guerre, la famille s”installe à Niafounké à 200 km au sud de Tombouctou, village de quand même 20.000 habitants, où Ali Farka Touré vit encore aujourd”hui.

rn

Autodidacte

rn

Ali ne va pas à l”école. Dans cette région essentiellement agricole, son éducation se déroule aux champs. Mais la musique, très présente au sein de la vie culturelle commune, ne laisse pas l”enfant indifférent. Cependant, dans cette famille, la musique n”est pas une tradition. Bien au contraire. Lorsque Ali montre donc quelque intérêt pour cet art, ses parents ne s”en réjouissent guère. Pourtant dès son enfance, Ali se passionne pour les instruments : le gurkel, petite guitare traditionnelle, le njarka, violon populaire, la flûte peul ou le luth ngoni à 4 cordes. Il se forme à la guitare avec son maître, Mamby Touré. La vraie révélation a lieu lorsqu”en 1956, le jeune Ali assiste au spectacle du Guinéen Fodeba Keita.

rn

 Il sait alors que sa voie est indéniablement dans la musique. Pourtant à cette époque, Ali est chauffeur de taxi puis après un passage comme chauffeur en Guinée, c”est chez lui à Niafounké que l”administration le recrute pour la même fonction. Il travaille alors pour le dispensaire où un des infirmiers possède une guitare achetée à un magazine français de vente par correspondance. Ali peut lui emprunter contre quelques corvées. Mais que ne ferait-il pas pour jouer de son instrument favori?

rn

Orchestres

rn

En 1960, le Mali se proclame indépendant. La nouvelle politique du pays voit l”essor des groupes officiels représentant chacun une région. C”est à cette époque qu”Ali Farka Touré commence à faire de la musique sa profession. Il devient même directeur de son groupe, la Troupe 117, avec laquelle il travaille sur un bateau-ambulance. Ensemble, ils tournent à travers les festivals et les concours du pays dans lesquels ils brillent assez souvent, en particulier au festival de Mopti qu”ils remportent avec succès.

rn

C”est en avril 68, qu”Ali Farka Touré achète sa toute première guitare à Sofia en Bulgarie. Alors âgé de presque 30 ans, Ali effectue là son premier voyage hors d”Afrique à l”occasion du festival international des Arts. Mais cette même année, les troupes régionales sont dissoutes.

rn

Deux ans plus tard, le musicien intègre l”orchestre de Radio Mali tout en occupant un poste d”ingénieur du son qui lui permette de se familiariser avec les techniques de studio. Des années plus tard, il rendra hommage à cette station de radio dans un album portant son nom. Il restera à Radio Mali en tant qu”employé jusqu”en 1973, date à laquelle la formation sera dissoute par le gouvernement.

rn

En cette fin des années 60, il découvre aussi la musique noire américaine en général et le blues en particulier. C”est une véritable révélation. Ali s”emballe tout spécialement pour John Lee Hooker dont il compare la musique au peuple Tamascheck du nord du Mali.

rn

Solo

rnAprès avoir exercé la musique en groupe pendant plus de dix ans, Ali Farka Touré se lance enfin dans une carrière solo. Il donne de nombreux concerts dans toute l”Afrique de l”Ouest et sa connaissance d”une dizaine de langues, lui permet d”aborder de nombreux styles traditionnels. Il faut attendre 1976 pour qu”il sorte son premier disque, "Farka". Enregistré et produit dans les studios de Radio Mali, ce titre est un énorme succès pour cet artiste de 37 ans. Toujours très lié à Amadou Hampaté Bâ, ce dernier l”entraîne avec lui lors d”un voyage en France la même année. A cette époque, il vit un peu en France et sort plusieurs disques sur le label Sonodisc. Mais, Ali Farka Touré n”est guère tenté de s”installer en France et retourne au Mali où il est désormais une vedette très sollicitée.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER