Confédération malienne du travail : SOS syndicaliste en danger à l’ORTM

0

Le 06 mai 2019, le Bureau Exécutif de la Confédération Malienne du Travail, composé de Mme Konaté Kadjiatou Touré, Secrétaire Générale, de Djibril Diallo, Chargé de Communication, ainsi que de quelques membres actifs, ont animé un Point de Presse à leur siège, sise à Djicoroni-para pour dénoncer le caractère ostentatoire de la Direction Générale de l’ORTM à vouloir interpeller le Secrétaire Général du Comité syndical de l’ORTM dans une demande d’explication à cause de son adhésion à la Confédération Malienne du Travail.

 Mme Konaté Kadjiatou Touré, Secrétaire Général du CMT relate les faits

« Nous avons eu à faire le 30 avril 2019, notre rentrée syndicale. Au cours de laquelle, nous avons présenté nos nouveaux adhérents. Parmi lesquels, un élément de l’ORTM en la personne de Youssouf Diakité qui a mis en place un nouveau Comité syndical à l’ORTM. Donc, à la suite de cette rentrée syndicale, notre camarade Youssouf Diakité a reçu une demande d’explication de la part de son Directeur Général. Ce qui nous a vraiment surpris. Mais dans le libellé de la demande, ils ont dit qu’il y a déjà un comité qui existe au niveau de l’ORTM et la création d’un autre comité ne fera que détériorer le climat social ».

Violation de la liberté syndicale

Se référant à article 2 de la convention 87  de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) de 1948, ratifiée par le Mali en 2017, qui stipule : « Les travailleurs et les employeurs, sans distinction d’aucune sorte, ont le droit, sans autorisation préalable, de constituer les organisations de leur choix, ainsi que de s’affilier à ces organisations, à la seule condition de se conformer aux statuts de ces derniers », Mme Konaté Kadjiatou Touré a dit clairement que, « leur camarade Youssouf Diakité a été victime d’une violation de son droit syndical par sa Direction Générale. Car la convention de l’OIT ratifiée souverainement par le Mali autorise tous les travailleurs à créer autant de mouvements syndicaux au sein d’une même structure, s’ils le désirent, et de s’affilier aux confédérations syndicales de leur choix ».

Le Directeur Général de l’ORTM n’a aucun droit, ni ne se trouve pas dans son rôle pour interpeller notre camarade Youssouf Diakité, a clamé haut et fort le camarade Djibril Diallo, Chargé de Communication de la CMT ;

Selon lui, plusieurs tentatives infructueuses ont été faites pour rencontrer le Directeur Général de l’ORTM, afin de lui clarifier la situation, malgré que ce dernier ait donné son avis favorable.

L’objectif du Point de Presse

Mme Konaté Kadjiatou Touré a dit : « L’objectif recherché par ce Point de Presse est d’Informer l’opinion nationale et internationale de cette violation flagrante de la liberté syndicale de notre camarade Youssouf Diakité. Nous osons espérer que  l’ORTM ne posera pas de problème à notre camarade parce que c’est son droit. C’est la convention 87 de l’OIT qui lui confère ce droit-là. Et je dis qu’il n’est pas seul. C’est un comité que nous avons mis en place. Mais à cause cette épée de Damoclès suspendue sur la tête de notre camarade, le premier responsable, nous avons préféré suivre de près l’évolution de cette affaire avant de nous prononcer.

Nous savons compter sur l’esprit collaborateur du Directeur Général de l’ORTM pour mettre un terme à ses agissements. Dans le cas contraire, nous prendrons les autorités compétentes à témoin et nous passerons à la vitesse supérieure.

Pépin Narcisse LOTI

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here