Après avoir soutiré frauduleusement 49 millions de FCFA à la police nationale : L’adjudant/chef Mounirou Baby bientôt devant le Conseil de discipline, après 4 mois de suspension

0

Son frère Sahala Baby rembourse 26 millions Fcfa après avoir signé un moratoire sur 6 mois 

Après avoir été emprisonné et suspendu de ses fonctions, l’adjudant-chef de police Mounirou Baby sera bientôt traduit devant le Conseil de discipline pour avoir soutiré 49 millions de Fcfa à la comptabilité de la police. Pour ce faire, il utilisait les noms du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général de division Salif Traoré et du directeur général de la Police, Moussa Ag Infahi. Pour le moment, son frère Sahala Baby, président de la Ligue de football de Tombouctou et l’un des acteurs clés de ceux qui ont pris le football malien en otage, a déjà remboursé 26 millions de Fcfa, après avoir signé un moratoire sur 6 mois.  

Cette affaire d’escroquerie au sein de la Direction générale de la Police nationale (Dgpn) continue de défrayer la chronique, puisque le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général de division Salif Traoré, est en train de suivre ce dossier avec beaucoup d’intérêt dans la mesure où l’image de la police nationale peut être ternie par ce genre d’affaires.

L’adjudant-chef de police, Mounirou Baby, puisqu’il s’agit de lui, se trouve être suspendu pour 4 mois, après avoir été mis aux arrêts pendant un mois à l’Ecole nationale de la Police. Cela pour une histoire d’escroquerie. Il aurait soutiré frauduleusement la somme de 49 millions de Fcfa au sein de la police. Pour ce faire, sa stratégie, selon nos informations, était de passer régulièrement, à la fin de chaque mois, à la comptabilité de la Police nationale pour retirer des montants qui variaient entre 2 à 5 millions de Fcfa.

De janvier à décembre 2018, soit au bout de 11 opérations, précise notre source, le frère de Sahala Baby, président de la Ligue régionale de football de Tombouctou, a ainsi empoché frauduleusement un montant cumulé de plus de 49 millions Fcfa.

En janvier 2018, date de sa première opération, Mounirou Baby s’est rendu à la comptabilité de la Direction générale de la police nationale en faisant croire au patron des lieux qu’il est l’émissaire du directeur général de la Police nationale, l’Inspecteur général Moussa Ag Infahi. Ainsi, après s’être rendu compte que son interlocuteur est effectivement tombé dans son piège, il a demandé à ce dernier de lui remettre la somme de plus de 2 millions de nos francs sous le prétexte que c’est sur instruction du directeur général de la Police nationale. Et de poursuivre ainsi son stratagème, jusqu’à ce qu’il soit arrêté.

Le frère de Sahala Baby agissait en utilisant aussi le nom du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général de division Salif Traoré. “La plupart du temps, il prenait le soin d’appeler d’abord l’officier comptable en faisant croire qu’il était avec le ministre de la Sécurité et souvent en passant le téléphone à quelqu’un, certainement son complice, qui imitait la voix du ministre Salif Traoré. Ensuite, il passait prendre de l’argent sous prétexte que c’est ce dernier qui l’envoyait. Sans la moindre vérification et confrontation, l’officier n’hésitait pas à lui remettre le montant sollicité. C’est ainsi qu’il a toujours procédé” nous a précisé notre source.

Comment la supercherie a-t-elle été découverte ? A en croire nos sources, se rendant compte que cet exercice devenait de plus en plus régulier, au cours de la dernière opération de l’adjudant-chef Mounirou Baby, l’officier comptable n’a pas voulu accéder à la requête. Toutefois, il a pris le soin de procéder à la vérification auprès du ministre Salif Traoré. C’était le médecin après la mort parce que, sans doute, le ministre en charge de la Sécurité et de la Protection Civile a catégoriquement démenti en précisant qu’il n’a jamais envoyé quelqu’un retirer de l’argent à son nom.

Le Général de division, pour en savoir davantage sur cette affaire qui l’incrimine, a saisi le directeur général de la Police pour qu’il conduise le policier en question dans son bureau. Peine perdue ! Malgré les démarches du patron de la Police, l’A/C de police Mounirou Babi est resté introuvable. En effet, dans un premier temps, convoqué par son directeur général, le policier délinquant, pour se dérober, a fait savoir qu’il n’était pas en ville.  En dépit de plusieurs tours à son domicile, Baby était toujours introuvable car il avait abandonné sa demeure.

Des indiscrétions nous apprennent que pour mettre la main sur le désormais escroc, les autorités policières ont été obligées d’ouvrir une enquête afin de retrouver Babi et comprendre tous les contours de cette affaire. A la suite d’intenses recherches, l’A/C de police Mounirou Baby a été finalement arrêté et écroué à l’Ecole nationale de la police (Enp) où il a passé un mois avant d’être libéré. Mais il est suspendu pour 4 mois de toutes les activités de la police. Voilà pourquoi il se promène librement aujourd’hui dans les rues de Bamako, comme si de rien n’était.

Selon le directeur général de la police, cette affaire suit aujourd’hui la procédure normale. L’adjudant-chef Mounirou Baby sera bientôt traduit devant le Conseil de discipline convoqué par le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile. Il s’agira pour le fautif policier de se défendre pour sauver sa tête, s’il parvenait à convaincre les membres du Conseil de classer son dossier sans suite. Mais avec une faute aussi grave, le policier risque d’être radié de la police ou à défaut d’être suspendu pour plusieurs mois, même si son frère, Sahala Baby, s’est engagé à rembourser la totalité des sous, après avoir signé un moratoire sur 6 mois.

A la date du 15 mars dernier, Sahala avait déjà remboursé 26 millions de Fcfa, en attendant le versement du reliquat dans quelques mois.

       El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here