Assises nationales : Ce sera sans le Parena

2

En vue de la tenue des Assises nationales, le ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les Institutions a entrepris une démarche auprès des formations politiques, syndicales etc. pour leur exposer la vision du gouvernement sur la question. Approché par le ministre Ibrahim Ikassa Maïga le mardi passé, le Parti pour la Renaissance Nationale (Parena), a appelé à éviter la diversion pour se consacrer sur l’essentiel.

 

C’est une mission non accomplie qu’Ibrahima Ikassa Maïga a effectué le mardi passé au siège du Parena où il s’était rendu pour évoquer deux sujets que le gouvernement de Transition tient à cœur. Au sortir de son entretien avec les responsables du parti, le ministre Maïga avait laissé entendre auprès de la presse que les discussions se sont conclues sur une certaine vision commune mais avec des points de divergences. Dans la foulée du départ de l’émissaire du gouvernement de son siège, le parti du Bélier Blanc, dont le président Tiébilé Dramé s’était tu au micro des journalistes, a publié un communiqué pour dénoncer l’importunité d’une telle démarche et son caractère diviseur. « La gravité du moment impose le rassemblement des enfants du pays pour rechercher les moyens de restaurer la sécurité et la cohésion nationale », a indiqué le porte-parole du Parena tout en invitant les autorités de la Transition à abandonner le projet et à se consacrer sur l’essentiel qu’il résume en la restauration de légalité constitutionnelle et la lutte contre l’insécurité.

De l’avis du ministre, la Refondation est la posture adoptée par le gouvernement de Transition pour opérer les réformes globales nécessaires pour jeter les bases d’un Nouveau Mali afin de permettre à l’Etat d’exister correctement en exerçant ses rôles régaliens. Quant à la démarche auprès des partis politiques et autres formations, elle vise à trouver un consensus autour de la vision du gouvernement en ce qui concerne son projet de refondation de l’Etat à travers les Assises Nationales.

Pour le ministre, les précédents cadres de concertations méritent d’être actualisés dans un cadre beaucoup plus consensuel pour définir ensemble la vision nouvelle d’un Nouveau Mali. « Nous sommes aujourd’hui dans un hiatus constitutionnel et institutionnel. Maintenait il faut en sortir avec courage en prenant des résolutions avec déterminant pour fixer le nouveau cap. Les Assises Nationales de la Refondation qui donneront la parole aux Maliens librement est un cadre approprié avec l’adhésion de toutes les parties prenantes. Le Mali est aujourd’hui dans le tréfonds de la crise. C’est par les Maliens qu’il peut en sortir », a argumenté le ministre Maïga.

 

Alassane Cissouma

 

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. L heure est au sacrifice, de l oublie de l interet personnel au profit de la cause commune.
    Le Mali fait front avec les jihadistes, la CEDEAO, la France et ses amis. Malgre le prejudise et l’injutice que tous ces institutions nous ont fait subir pendant des annees.
    C est a nous maliens de nous soutenir entre nous, de nous’encourager, et de nous unir pour faire face au defit. L union fait la force, pas besoin de le rappeler ici. Je suis sure que si on arrete des suspiscions ou des theories de trahison entre nous, et confronter nos ennemis ensemble, nous allons sortir victorieux de cette crise. Toutes ces institutions finiront par faire la cours a notre Mali.
    Malheureusement, le constat est tres amere, car ceux qui ne font pas partie de l equipe dirigeante, sont toujours a l attaque oubliant que la cause est commune.
    La chance etait donnee a IBK pendant 7 longue annees, il n a pas pu faire preuve de performance; donc donnons la meme chance a ceux qui dirigent maintenant cette transition pour qu ensemble on trouve du moins une voie de sortie de la crise.
    Je ne sais pas pour quelle raison se precipiter pour aller aux elections sachant que l etat n a meme pas authorite sur 2/3 du territoire. Cela aussi nous amenera dans une situaton de crise. La France et ses amis sont bien conscient de ce fait.
    Soyons responsables, et rappelons nous que personne ne ferra le Mali a notre place.

  2. Le PARENA a raison!!! Les colonels du CNSP et leurs partenaires jihado-communistes tiennent a’ confisquer definitivement le pouvoir! ILS SONT ENTRAIN DE DISTRAIRE AVEC LEUR LUTTE CONTRE LA CORRUPTION, LEUR MALIKOURA ET AUTRES ELEMENTS DE STRATEGIE QU’ILS ONT! LE MALI EST LE CADET DE LEURS SOUCIS. ILS SONT PRETS A’ TOUT POUR RESTER AU POUVOIR! JUST THINK ABOUT IT!!! DES GENS QUI N’ONT ABSOLUMENT AUCUN MANDAT DU PEUPLE, TIENNENT A’ RESTER AU POUVOIR POUR PRATIQUEMENT LA DUREE DE TOUT UN MANDAT PRESIDENTIEL! ILS DOIVENT DEGAGER CAR CE SONT EUX QUI SONT DEVENUS LES NOUVEAUX COLONS AVEC UN ESPRIT PATERNALISTE! LA FRANCE N’EST PAS LE PROBLEME DU MALI MAIS CE SONT EUX QUI SONT LES VRAIS PROBLEMES DE NOTRE FASO EN CE MOMENT!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here