Bilal Ag Chérif : Futur candidat à l’élection présidentielle de Juillet 2018 ?

5

Les élections hypothétiques de Juillet 2018, seront ouvertes, car jusque là, le président  sortant IBK n’a pas daigné donner le moindre signal, comme quoi, il pourra être candidat. Malgré les nombreux soutiens qui défilent à la Télévision Nationale quotidiennement, il est resté de marbre. Ni la sollicitation des députés du groupe parlementaire RPM, ni la kyrielle d’associations, ni les journalistes n’ont pu lui arracher la phrase : « oui je serai candidat » Cette situation semble t-il est une source  d’inquiétude  pour  la majorité présidentielle, à 100jours de la date des élections. Le président IBK n’a toujours pas  rassuré  encore ses soutiens  sur la question, même si le Premier ministre l’a dit avec subtilité lors du dernier conseil des ministres. Certains hommes politiques pressés de connaitre sa décision, s’empressent de  dire qu’il empruntera le même schéma que son ami François HOLLANDE, qui a tout simplement renoncé à un second mandat parce qu’il n’a pas pu inverser   la courbe du chômage.  A  mi-parcours de son mandat, François HOLLANDE avait  fait savoir  au  peuple Français que si jamais la courbe du chômage ne se renverse pas, alors qu’il ne briguera pas un second mandat. C’était son challenge. Le challenge voir la feuille de route  d’IBK se résume en 4 points, c’est la restauration de l’unité, de l’intégrité, la mise en œuvre de l’accord d’Alger et l’organisation  d’élections  libres et transparentes  en  Juillet 2018. Ces challenges semblent  être un système de trois équations à quatre inconnus. Dans la résolution de ce système, peut-être qu’il lui est plus facile d’abandonner que de rester car le temps  joue réellement contre lui. Les partenaires du Mali dans la résolution de la crise semblent être d’accord qu’IBK n’aura pas de solution à la crise Malienne avant la fin de son mandat. S’il renonçait à un second mandat pour une raison ou une autre, alors, le jeu sera totalement ouvert. Déjà certains candidats sont connus malgré le doute qui persiste sur l’élection présidentielle à cause de l’aggravation de l’insécurité au Nord et au Centre du Pays. Ces candidats connus sont : Mr SIDIBE du parti PLVM, Moussa MARA du parti Yeléma, Modibo SIDIBE du nouveau pôle politique de la gauche républicaine et democratique etc. Après un court séjour dans la région de Tombouctou, au moment ou le Premier ministre SoumeylouBoubèye MAIGA, était à Kidal en visite, Bilal Ag Cherif, le président du Mouvement National de Libération de l’AZAWAD (MNLA) semble être le candidat virtuel de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) à l’élection présidentielle de 2018. Sa faiblesse pourra venir du fait qu’il ne comprend pas la langue officielle du Mali qui est le Français. Il ne comprend que le Tamachèque et l’anglais qu’il a appris en Libye ou il a séjourné plus de 20 ans. Pendant sa campagne comment va-t-il faire pour faire passer  le message au  peuple ? que  fera-t-il faire lors des débats télévisés pour convaincre les Maliens du bien fondé de sa candidature ?

Egalement, la zone de Kidal ne regroupe  pas plus de 1% de la population Malienne, y compris les refugiés en Mauritanie et au Sénégal. Cela constitue un autre point de faiblesse.  Les populations de Tombouctou et de Gao, qui semblent être soumises à la pression de Kidal pour faire partie de la fantomatique AZAWAD, vont-elles accepter de voter pour quelqu’un qui viendra  les transformer en sujet ?  Jusque là, personne de ces régions par une voie officielle  ne semble dénoncer l’appartenance de ces régions à l’AZAWAD.Le seul avantage qu’il pourra tirer de cette  candidature sera le fait que la sécurisation du vote sera confiée aux troupes combattantes de la CMA, dans toutes les régions du Nord. Toute chose qui constitue un couteau à double tranchants. Les résultats que ces combattants vont  donner à Bilal Ag Cherif  seront-ils acceptés par le ministre de l’Administration Territoriale dirigée par AG ERLAF qui semble rouler pour eux  depuis  fort longtemps , même si la preuve n’est pas établie encore qu’il soutient la CMA.

Peut-être que la candidature de Bilal AG Cherif ouvrira la ville de Kidal aux autorités Maliennes, du fait que certains candidats se retrouveront en visite dans cette partie du Mali interdite aux autorités Maliennes. Donc vivement  la candidature de Bilal Ag CHERIF !

Seydou  DIARRA

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Rien de concret ni même un semblant de piste pouvant faire croire que le journaliste tiendrait ce qu’il avance d’une source, même inventée.
    Bref, que du blablabla.
    Par ailleurs, Bilal pourrait certes se présenter aux élections présidentielles pour vu qu’il en éprouve l’utilité et qu’il prépare son dossier en bonne et due forme. Le fait qu’il ne parle qu’anglais, arabe et tamshèque sera certes un handicap, car l’écrasante majorité des malien n’en comprennent pas.

  2. 😊EN REALITE BILAL AG ASHARIF DEVRAIT SE PRESENTER AUX ELECTIONS PRESIDENTIELLES! JE SUIS SUR ET CERTAIN QU IL POURAIT EN TANT QUE ELU DU PEUPLE DEPASSER L ETHNOCENTRISME ET LE REGIONALISME POUR UN NATIONALISME SANS RACISME!😊

    👤VIVEMENT BILAL L AUTRE PAS L ESCLAVE MAIS LE MAITRE DES TOUAREGS CANDIDAT AUX ELECTIONS PRESIDENTIELLES!👤

    😂BIEN QUE PRESIDENT EST UNE POSITION VIDE ET UNE COMPREHENSION VIDE DE CONTENU ET SENS !…..SURTOUT AUJOURDHUI! PARTOUT DANS LE MONDE!😂

  3. Effectivement c’est le dénouement final de l’Accord d’Alger, qui a prévu dans son épilogue que la capitale quittera Bamako pour Kidal…En avant! Prêts! Partons…!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here