Lettre à grand

0

Cher grand-père

Je t’envoie ainsi, ma 48ème lettre. Avant tout, j’enlève d’abord mon masque pour bien parler afin de me faire comprendre. Cher grand-père, chapeau et félicitations ! 20 mesures contre Covid-19 en un seul coup malgré nos pressions. Qui dit mieux ? Tu as 20/20. Oui cher grand-père, 20/20 qui ne seront pas 20 + 20 d’une prochaine quarantaine, Inch’Allah !

Cher grand-père, chapeau pour Un Malien, sans casque”, pardon “un Malien, un masque” ! Quelle belle initiative ! Surtout si on y ajoutait un savon, du gel et de la bonne corona-éducation. Oui cher grand-père sur tous ces efforts, il faut insister sur la sensibilisation. Ce n’est pas à un complot que nous croyons hein ! Non ! C’est notre cerveau qui n’a pas fait assez de gym pour nous permettre de comprendre certaines choses. Analphabétisme et ignorance ! Donc nous nous soulageons dans ce sommeil où nous ne voulons être réveillés. Oui grand-père ! A un ignorant, les ténèbres rassurent plus que la lumière !

Cher grand-père, Je parie que tous les Maliens ont compris vos dires sauf les enseignants, confinés sans salaire depuis des mois. Les pleures des enfants et les plaintes des femmes ont sûrement pris le dessus chez la plupart d’entre eux, aussi menacés d’expulsions devant les tribunaux. Les questions politiques n’intéressent pas les locateurs. Soit on paie soit on casse. Là-bas on ne grève pas.

Cher grand-père, que Covid-19 passe mais que le couvre-feu reste à jamais. Telle est la volonté de la plupart des femmes mariées. Que les Papous nationaux, pardon les policiers continuent de faire rentrer les gens à coup de matraque. Toutes les femmes mariées vous disent, merci. Certaines mêmes pensaient que c’est la nuit que se tiennent les conseils des hommes au Mali. Toujours dehors ! Toutes les nuits !

Cher grand-père, les défis sont énormes. A Kayes, l’esprit esclavagiste continue de sévir. Malheur à celui qui refuse ce statut imposé par la société. Hommes, femmes et enfants sont de plus en plus violentés pour avoir juste dit Non ! Je ne suis pas un esclave”. Faut-il continuer à fermer les yeux sur ces pratiques dignes du Moyen âge ? Toutes les lois s’inscrivent dans la dynamique des égalités entre citoyens, hommes et femmes pour que vive le désir de vivre sur ce territoire que l’on appelle, le Mali. L’histoire nous observe. L’Etat doit imposer la loi sur tous ceux qui la violent. Le soupir des âmes étouffées font écrouler les nations les plus grandes”. L’Eta c’est rendre égaux les citoyens en protégeant les faibles contre les forts en toute égalité de chance. C’est cela, l’Etat et non une entreprise telle qu’il est conçu par certains politiques maliens.

Cher grand-père, que Dieu sauve le Mali ! Que Dieu bénisse le Mali ! Que Dieu protège le Mali contre Covid-19 ! Qu’il le freine. Que la semaine de Pâques soit une renaissance de paix au Mali pour un Mali sans otage ni esclave. Un Mali grand et fier ! L’impossible n’est pas malien ! A mardi prochain ! Inch’Allah !

Lettre de Koureichy

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here