Transition et lutte contre la corruption : Le grand bluff qui décrédibilise l’Etat

2

Si après sept mois de la Transition, aucun signal fort n’a été donné sur la lutte contre la corruption, les Maliens peuvent s’estimer avoir été …floués.

maliweb.net- A son investiture le 25 septembre 2020, le président de la Transition s’était engagé fermement à faire châtier les cadres indélicats face aux deniers publics. Et le président Bah N’Daw promettait l’impunité zéro contre toute malversation par rapport aux finances publiques. Après six mois de gestion des affaires du pays, le chef de l’’Etat n’a donné aucun signe fort permettant de croire en ces engagements.

L’on peut se poser alors la question de savoir s’il n’y a plus de cas de mauvaise gestion des ressources publiques. Les cadres maliens sont-devenus brusquement si intègres, eux qui hier, étaient régulièrement cités dans les rapports du Vérificateur Général ? Qu’en est-il des marchés publics passés récemment dans le cadre de la riposte contre la covid-19 ? Mais, avant cela, les dignitaires de l’ancien régime d’IBK sont-ils irréprochables ? Pourquoi aucun dossier digne de ce nom n’a fait l’objet de poursuite devant les tribunaux ?

En effet, durant la gouvernance IBK, la presse n’a de cesse de relayer des scandales défrayant la chronique presque chaque semaine. Ces dossiers sont-ils définitivement enterrés ? N’est-il pas temps que les Maliens soient édifiés sur l’affaire de l’avion présidentiel? Que dire de l’affaire des engrais frelatés, des 1000 tracteurs, des blindés en cartons, des hélicos et avions cloués au sol ? Ne sont-ce pas tous ces scandales qui avaient poussé Modibo Sidibé des FARE a invité « le gouvernement à être aux affaires et, non dans les affaires »? Il sied que cette période transition fasse un geste pour dissuader toutes les velléités prédatrices sur l’économie nationale. C’est seulement à ce prix que l’Etat et toutes les institutions gagneront davantage en crédibilité. Ce qui posera les bases claires de la refondation pour des lendemains plus respectueux des valeurs d’éthique et de respect du bien public.

Boubou SIDIBE/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Problem is although we able to identify corruption committed plus who committed actions they may not be prosecuted due to immunity given to government workers by IBK government plus Transitional government. Therefore all government officials having committed criminal act of corruption may go free plus keep corruptly gotten funds. Immunity for corrupt acts must be eliminated before offender may be prosecuted for corruption .
    As I have set forth on multiple occasions is heart breaking truth. That is imposing on ancestors of foreign cultures plus religions of Christianity, Islam plus Hinduism under life or death threat continue to poison far to many Negroids in leadership mind thereof poisoning there actions to degree they often act to fulfill what is in foreigners best interest before they will act in Malians best interest. That is insanity of having stupid leadership.
    President Bah n Daw under immunity for government officials that commit corrupt acts is by law taking correct actions. If corruption is to cease immunity for government officials that commit corruption must immediately end. If not government officials will continue to be corrupt. Will we continue to allow government officials to have immunity for their corrupt actions.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. Accepter d’être désigné président de la transition sans le respect de la procédure souhaitée car on a cité le nom de BA NDAW sans que le collège désigné ne statut,c’est faire le choix d’être le faire valoir.
    BA NDAW N’A AUCUNE AUTORITÉ SUR SES ENFANTS COLONELS PUSHISTES.
    Il leurs doit le luxe de passer une partie de sa retraite au sommet de l’Etat.
    Il fait des déclarations qu’il ne peut pas tenir.
    La réalité du pouvoir est entre les mains des patrons D’ASSIMI GOITA.
    Il est vice-président car incapable d’être le président de la transition pour respecter le protocole international.
    Mais dans les faits,c’est lui le président.
    On aurait aimé que BA NDAW se revolte contre certains comportements qui empêchent la possibilité de revenir à la normale,mais impossible car il a fait le choix de son confort personnel.
    IL FAUT ÊTRE SÛR ET CERTAIN QU’UN COUP D’ÉTAT NE PEUT PAS ÊTRE FAIT À IBK SANS L’AVAL DE LA FRANCE.
    ASSIMI GOITA est un soldat docile incapable d’avoir une idéologie à défendre d’où le choix fait sur lui.
    Lui et ses camarades n’avaient aucune idée de la politique malienne tellement ils étaient occupés sur le terrain.
    Un,WAGUE,a même avoué qu’ils viennent de découvrir certains regroupements politiques.
    ILS SONT SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE SUITE À UNE INSTRUCTION DE LA PUISSANCE ÉTRANGÈRE QUI PENSE QUE LE MALI FAIT PARTIE DE SON PRÉ CARRÉ QU’ELLE DOIT PROTÉGER CONTRE L’INFLUENCE DES AUTRES QUI VEULENT LA DÉGAGER.
    Il faut contrôler l’Etat pour continuer à avoir la main mise sur le pays.
    IBK,le laquais,était entrain de perdre le pouvoir suite à une pression de la rue.
    Il fallait l’éviter par une intervention militaire l’obligeant à démissionner,IBK ayant reçu des garanties de ne pas être poursuivi lui et les membres de son clan d’où le constat de l’absence de poursuite,même pour les tueries des 10,11,12 juillet 2020.
    Les questions de poursuite contre IBK et ses proches sont au dessus de BA NDAW.
    C’est la france qui donne le quitus.
    Son candidat est déjà connu pour les prochaines élections présidentielles qui doivent être organisées sans tenir compte des réserves de la classe car il s’agit d’imposer,non d’élire.
    Le candidat de la france a parlé de la création de la vice-présidence à L’ORTM avant sa réalisation.
    RAS BATH qui a parlé de son entrevue avec LE DREAN avant le COUP D’ÉTAT est enfermé pour qu’il arrête de révéler d’autres aspects du processus qui doit aboutir à l’installation du candidat de la france.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here