Économie numérique : Le ministre Touré veut hisser le mali dans le top 10 africain

3

Le ministre de la Communication et de l’Économie numérique, Dr Hamadoun Touré a rencontré, hier dans les locaux de son département, les membres de l’Association des sociétés informatiques du Mali (ASIM). On notait la présence à la rencontre du président de l’Asim, Mohamed Diawara et de plusieurs membres de l’association. Dans une brève allocution, Mohamed Diawara a, d’abord, présenté l’association avant d’évoquer les préoccupations de l’Asim.

Il s’agit, entre autres, du diagnostic du secteur et du renouvellement de la vision, de la dématérialisation du service public, de la modernisation de l’administration publique, de la valorisation des compétences locales, de la mise en place d’un Fonds national pour le développement du secteur du numérique professionnel à travers une réallocation d’une partie du Fonds d’accès universel (FAU).  La rencontre entre le ministre Touré et le président de l’Asim a été suivie par la visite de quatre sociétés membres de l’association : CFAO technologies, Soprescom, General computech et Teknoforce. Selon le président de l’Asim, cette visite visait à montrer l’image et le visage du secteur privé malien.

«Le Mali a un secteur privé fort, dynamique et de haut niveau. C’est ce que nous avons expliqué au ministre lors de cette rencontre», a déclaré Mohamed Diawara, avant d’ajouter que c’est la première fois qu’un ministre en charge de l’Économie numérique visite le secteur privé. «Il faut créer ce cadre de concertation qui est le dialogue public-privé. Il faut aller vers la création d’un Conseil national du numérique», a plaidé le président de l’Asim.

Pour sa part, le ministre de la Communication et de l’Économie numérique s’est dit satisfait de cette rencontre qui, dira-t-il, a permis de poser les jalons pour une collaboration avec le secteur privé qui joue un rôle très important dans le développement de la technologie de l’information et de la communication.

Après sa rencontre avec le président de l’Asim, le ministre de la Communication et de l’Économie numérique a visité quatre sociétés

«Je me suis rendu compte au cours de cette rencontre que le secteur privé malien est au top niveau, c’est une très grande composante de l’écosystème que nous essayons de gérer ici.

Nous allons prendre ensemble un certain nombre d’actions qui nous permettront de pouvoir fructifier cette collaboration», a expliqué Dr Hamadoun Touré. Selon le ministre de la Communication et de l’Économie numérique, le secteur privé malien est engagé déjà dans plusieurs domaines en infrastructures : le développement des applications, le développement du contenu et même la formation.

………LIRE LA SUITE SUR LESSOR.SITE

 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Tche ,ce ministre commence à me faire peur ,hissé le Mali au top 1o en 18mois j aimerais bien qu il explique comment.

  2. Souhaitons que ce combat aboutisse à des résultats concrets à temps, car le Mali est au bas de l’échelle de la situation des pays africains en terme de satisfaction pour l’accès au numérique. Il a été dit par Christelle du Sénégal que les maliens payent les services téléphoniques 29 fois chers que les autres pays africains depuis toujours jusqu’à ce jour. Si Monsieur TOURE arrive à faire baisser ces couts d’accès au service numérique en abaissant la souffrance du peuple malien, il serait béni par Allah le tout puissant car les maliens souffres à cause de leurs fils et filles qui bloquent le bonheur de leurs compatriotes sans regret, c’est dommage pourvu que leur seul bonheur soit garanti et c’est tout, quels fils et filles méchants? Ils sont bizarres et très bizarres? Car ils ne savent pas que le bonheur n’est jamais unique, on ne saurait jamais être heureux seul, le bonheur doit être partagé, si un élite n’arrive pas à comprendre ça, nous allons sans équivoque vers un chaos total.

  3. It would be premature for us to cast aside conventional systems as long as digital systems may be violated plus to degree unknown. Violations of digital system could systematically generate conditions that hinder our development throughout Mali plus Sahel nations of perpetual world class modern living in short amount of time as today’ s technology provide for it to be suitably done. We must balance digital system with existing systems plus evolve either or both as security allow.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here