Réaménagement ministériel : IBK met fin au mythe Tréta

36
Bocary Tréta
Bocary Tréta

Le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta vient de frapper très fort dans son propre camp en limogeant le Secrétaire général de son parti. Cette décision sonne comme une volonté du chef de l’Etat de s’affranchir du joug du RPM et protéger son Premier ministre en mettant fin au mythe Bocari Tréta que plusieurs observateurs donnaient comme l’homme fort du régime.

Visiblement, Bocari Tréta et Igor Diarra ne sont même pas des bons ministrables encore moins ‘’premier-ministrables’’, comme certains ont essayé de le faire croire. IBK a décidé, le vendredi soir, de mettre fin à cette spéculation inutile.

Mais comment en est-on arriver là ?

Pour comprendre les raisons de la décision présidentielle, il faut remonter un peu dans le temps. D’abord Bocari Tréta, depuis sa nomination, s’est comporté comme un éléphant dans un magasin de porcelaines. Venu à la faveur du premier gouvernement du régime IBK, l’homme, en terrain conquis, se croyait intouchable. Tout à commencer par l’histoire des engrais dits frelatés, portant sur plusieurs milliards de nos francs. Dans cette affaire, il s’est embourbé. En son temps, même des députés de son propre parti ont réclamé sa tête, sans succès.

Il s’est maintenu à sa place par, on ne sait quel miracle. Ensuite, quelques jours après, Tréta s’est retrouvé au centre d’un autre scandale. Cette fois-ci, il s’agissait d’une affaire de tracteurs qui auraient été surfacturés à hauteur de plusieurs milliards FCFA. Bocari Tréta  s’en est sorti indemne. Enfin, il s’est mis en tête que sa position de numéro deux du gouvernement n’était plus suffisant. Alors, il nourrit des ambitions «démesurées», se voyant ‘’premier-ministrable’’. Mais ce qu’il a ignoré, c’est que le Président IBK commence à en avoir marre du comportement du genre à vouloir discréditer son aîné de Premier ministre, encore moins le remplacer.

C’est un vrai mythe qui vient de prendre fin avec cette décision d’IBK. Mais, selon certaines indiscrétions, le RPM, parti au pouvoir, est en ébullition à cause de cette décision. Ils sont nombreux à tomber des nuées. Tréta a compris à ses dépens qu’on ne peut pas régner impunément sous le régime IBK, aussi gros bonnet que l’on puisse être.

L’autre «jeunot », Mamadou Igor Diarra, qui a été jeté sur le pavé, a aussi appris à ses dépens qu’on ne s’attaque pas au Premier ministre Modibo Keïta sans conséquence.

Il aurait, lui, passé à deux doigt du congédiement le mercredi surpassé, en plein Conseil des ministres. Ce jour-là, sa tête fut sauvée par le chef du gouvernement. Ce dernier aurait demandé au Président d’attendre. Donc, il faut comprendre que son sursis a pris fin. Igor avait pris des galons, il se comportait comme un prince, car il pensait avoir la confiance du boss. Chose qu’il avait certes, mais il n’avait compris que nul n’est indispensable.

En tout cas, IBK a frappé fort et les plus sceptiques qui pensaient qu’il ne pouvait pas prendre des décisions importantes en sont maintenant convaincus. IBK frappe d’abord dans son propre camp. Ce qui signifie que maintenant, chacun sait à quoi s’attendre en cas de manquement.

Harber MAIGA 

 

SORTIE DE TRETA DU GOUVERNEMENT

IBK met en application les injonctions de l’Ocde

Nous l’écrivions dans ces mêmes colonnes après la visite d’Etat du Président IBK en France, que les partenaires techniques et financiers, avant la conférence de l’Ocde, ont tenu une rencontre avec les autorités maliennes, au cours de laquelle ils ont fait des injonctions pour que les fonds annoncés puissent être débloqués. La sortie de Tréta du gouvernement ressemble beaucoup à une réponse à cette demande.

IBK a-t-il répondu aux injonctions de l’Ocde en sanctionnant Tréta ? Ça y ressemble beaucoup, si l’on croit aux injonctions que l’Ocde a formulées lors de la visite d’Etat du Président IBK en France. L’Ocde a formulé plusieurs injonctions pour assainir les finances publiques et empêcher la dilapidation des fonds comme par le passé. Entre  autres injonctions, l’Ocde a demandé des sanctions contre les chefs des départements où il y aurait des scandales financiers, l’exhumation des rapports du Végal et la poursuite des auteurs au plan pénal. A ce limogeage du Dr Bocari Tréta, numéro deux du gouvernement sortant et Secrétaire général du parti présidentiel, il faut voir des sacrifices consentis par IBK pour faire plaisir aux Blancs en se débarrassant, comme un mal propre, d’un homme qu’on donnait comme son dauphin et qui semblerait être craint de toute la République.

Pour se débarrasser de Tréta de la sorte, il faut qu’il y ait des raisons vraiment importantes qui sont au dessus du Président lui-même, car en congédiant Tréta, les risques sont gros. IBK s’expose aux foudres de son parti au sein duquel les grincements de dents sont permanents depuis l’élection d’IBK. L’on sait qu’actuellement les caisses de l’Etat sont au rouge. Il faut de l’argent frais pour les alimenter. Pour cela, aucun sacrifice n’est de trop. Quit à mettre son parti sur le dos. IBK sait qu’il est dans un tournant décisif de son quinquennat où, après deux ans de tergiversation, le peuple veut voir du concret et cela passe par de l’argent frais. Donc, il faut faire plaisir aux PTF pour sauver sa tête.

Harber MAIGA 

PARTAGER

36 COMMENTAIRES

  1. Le président IBK n’a pas limogé Tréta et Igor pour faire plaisir à qui que ce soit. Comment comprendre que des personnes veulent prendre en otages une institution aussi importante qu’est la primature pour une question de parti politique. Bien que le premier ministre Modibo n’est pas membre du rpm; il travaille pour ce pays et il est donc inadmissible que des personnes comme lui mettent les bâtons dans les roues fut-ils secrétaire général du parti au pouvoir. Toute personne qui a des compétences reconnus doit pouvoir les mettre au profil du pays sans distinction aucune.
    Le Mali n’appartient pas au rpm encore moins à tréta, de la même manière IBK n’est pas le président de rpm mais de tous les Maliens.

  2. Le départ des deux hommes forts du RPM du gouvernement peut s’expliquer par le fait ceux-ci n’entretenaient pas de bons rapports avec les autres membres du gouvernement. Pourtant u gouvernement suppose l’union, la solidarité et la synergie dans les actions. Ainsi si cette atmosphère ne peut pas exister au sein de notre exécutif; les responsables doivent partir.

  3. Si le président IBK a pris cette décision c’est surement parce que ces personnes ont un problème.
    Loin de vouloir satisfaire tel ou tel je crois que nous devons mettre en avant les intérêts de notre pays d’abord avant celui des personnes. C’est ce que le président IBK a compris et je salue cette décision. On ne peut pas gérer un pays avec les humeurs des uns et des autres.

  4. Depuis un certain temps; le président IBK a marqué sa déception face au comportement de certains de ses proches qui étaient contre le fait que des personnes d’autres partis puissent faire leur entrée au sein du RPM ce qui n’est pas du tout normal. Notre pays a besoin des compétences de n’importe qui dans ce pays fut-il membre du RPM ou pas. Et je crois que c’est ce qui explique le départ de Tréta du gouvernement.

  5. Le président de la république sait pourquoi il a demis Igor et Tréta de leurs postes respectifs malgré les avancées connus dans leurs domaines mais avant de nous lancer dans des polémiques sans aucune réelle information; attendons de voir les ambitions que le président de la république prévoit pour eux dans la conduite des affaires du pays et du parti.

  6. Arrête de dire des choses inutiles car vos articles n’ont aucune importance en ce moment pareille, monsieur le journaliste, sachez que le remaniement est déjà fait et le peuple écoute simplement le choix de IBK

  7. Pauvre journaliste, vos idées ne sont pas le bienvenu en ce moment pareille, mais au lieu de critiquer le régime en place, il ferait mieux d’aller faire des recherches claire et nette concernant le mode de gestion du pouvoir.Sachez que si ces ministre ne travaille pas bien ceux ci doivent être démis de leurs fonctions.

  8. Les journalistes arrêtez de nous emmerdez avec vos discours à la con sur le limogeage des ministre .IBK ne va pas toujours vous dire les différentes raisons.Il n’a aucun compte à vous rendre
    Nous on avance.

  9. c’est étonnant et voir très surprenant de constater que ces ministre incapable de bon résultat après limogeage seulement font la une des journaux ils sont incapables

  10. C’est grâce à l’arrivé d’IBK au pouvoir les conditions de vie des travailleurs sont devenus meilleur, car actuellement le Mali est en train grimper vers le sommet de la pyramide, c’est grâce à lui que la vie des populations sont devenus facile.
    Alors si’il limoge ces ministres ,c’est qu’il veut des résultats et les meilleurs alors que ces nouveaux ministres donnent le meilleurs d’eux même.

  11. A mon avis, l’heure n’est pas aux polémiques suite au limogeage de certains ministres dont nombreuses voies trouvent qu’ils ont été parfait dans l’accomplissement de leur mission, mais au travail. Je pense que si son parti, c’est qu’il y a une raison valable. Ceux qui sont partis ne valent pas mieux que leurs remplaçants. L’avenir nous en dira plus.

  12. Je pense qu’on a pas à crier au scandale parce que tel ou tel ministre est parti au détriment de l’autre. Pourquoi c’est pas tel ? Si ces deux ministres sont pas partis c’est qu’il y a de bonnes raisons. Evitez mes chers journalistes d’alimenter les polémiques pour des histoires des hommes alors que de nombreux défis nous attendent.

  13. Monsieur le journaliste, épargnez nous de vos sentiments personnels. Il s’agit de l’avenir du pays et non d’une famille. Le ministre Tréta a fait ce qui devrait faire et nous lui en savons gré. Cependant, il faut aller de l’avant au lieu d’alimenter des polémiques.

  14. Si les journalistes peuvent se doter d’un minimum d’objectivité et de responsabilité en arrêtant de nous pomper l’air avec les histoires de limogeage de Tréta et Igor. Ce sont de vaillants et loyaux fils de la nation qui sont venus servir celle-ci et qu’aujourd’hui la force des choses ont fait qu’ils ne sont plus dans la nouvelle équipe. C’est un poste nominatif, chacun vient apporter sa part dans l’édification de la nation et s’en va.
    Donc qu’on arrête de nous faire croire le contraire.

  15. J’aimerais éclaircir certaines opinions surtout ces journaleux qui veulent tout faire pour mettre le feu au sein du RPM. Il faut que vous ( Journaleux) compreniez une chose que la Nation Malienne ne repose pas sur la seule tête de Tréta. Si, son employeur a jugé mieux de le congédier, qu’on ne fasse de cela un scandale ?
    D’ailleurs, des compétents comme Tréta, il y en a autant. De grâce foutez nous la paix !

  16. Le problème pour vous les journalistes maliens, est que vous manquez de formation de journalisme à proprement dit. Vous avez tant clamé ce remaniement, il est fait pourquoi nous fatiguer avec de tels articles à la con.
    Ils ont failli en quelque sorte à leur mission sinon ils resteraient à leur poste

  17. Le président a bien prévenu que tout ceux qui seront cité dans un quelconque scandale partira du gouvernement. Alors que Tréta nous prouve le contraire qu’il ne sait rien des scandales dont il est accusé Monsieur le journaliste

  18. Le RPM est rempli d’opportunistes et d’incompétents. IBK veut le développement du pays et donc il ne saurait travaillé avec de telles personnes de peur de mettre notre pays en retard.

  19. IBK a une belle raison de les écarter donc arrêter de nous faire croire autre chose. Nous savons tous ce qu’on vous a donné. Je porte à ta connaissance que c’est l’argent volé à l’état malien.
    Vous êtes tous des journalistes pourris

  20. Au Mali on est tolérant sinon Bocari Tréta devrait être traité comme un malpropre et jugé pour tous les scandales dont il est à l’origine.

  21. La grande partie de la population appelée les citoyens lambda ont été très ravis de voir le nom de Bocari Treta raillé de la liste des ministres du nouveau gouvernement. Ce ne sont que des scandales qui ont marqué son passage dans le gouvernement, il ne mérite pas de rester dans ce nouveaux gouvernement.

  22. La grande partie de la population appelée les citoyens lambda ont été très ravis de voir le nom de Bocari Treta raillé de la liste des ministres du nouveau gouvernement. Ce ne sont que des scandales qui ont marqué son passage dans le gouvernement, il ne mérite pas de rester dans ce nouveaux gouvernement.

  23. Toute la population malienne a été ravie de ne pas voir le nom de Treta Bocari figurer dans la liste de nouveau ministre. Le gouvernement malien ne peut pas travailler avec des personnes comme Treta Bocari.

  24. Je pense qu’un remaniement ministériel avec le nom de Bocari Treta figurant toujours sur la liste est un remaniement passé à côté de la plaque. Depuis la nomination de Treta Bocari au poste de ministre au développement rurale, les scandales se sont enchainés dans son département. Le gouvernement malien ne peut avancer avec lui.

  25. Bocari Treta est une mauvaise graine dans le gouvernement, elle est capable de souillé la crédibilité de ce gouvernement. Le PM Modibo Keïta à fait le bon choix et la population malienne le soutien pour cela.

  26. Vraiment l’aventure de Treta Bocari devrait s’arrêter depuis fort longtemps. Etant, ministre Bocari Treta n’est rien fait de crédible, d’objectif et de concret pour ce pays. Le PM Modibo Keïta à très bien fait de le limoger.

  27. IBK a bien fait de mettre fin au mythe Treta. Cet homme n’a rien fait pour ce pays. A part nous empoisonner avec des engrais frelatés à cause de sa mauvaise gestion du ministère du développement rural.

  28. Ce n’est le départ de Bocari Treta qui m’a choqué mais celui de Mamadou Igor Diarra, le ministre de l’économie et des finances de l’Etat. Je suis plutôt content du départ de celui à la faute de qui le président de la république n’a plus de bonne image aux yeux des détracteurs suite à la présence des engrais hors norme dans notre pays. 😆 😆 😆 💡 💡 💡

  29. Tous les hommes politiques maliens, je veux dire les soi-disant hommes politiques maliens sont des assoiffés. Ils n’intègrent pas un parti politique parce qu’ils partagent l’idéologie de ce parti. Mais parce qu’ils voient en celui-ci un éventuel victorieux des élections du moment. C’est le cas du RPM. Sinon je ne vois pas pourquoi ce parti est contre le départ de Treta.

  30. C’est à cause de la mauvaise gestion du rural dans ce pays qui a fait que la campagne agricole 2014-2015 a été jugée mauvaise par les hommes politiques et les détracteur. Ce qui a eu de l’impact sur le bilan de la gestion de l’actuel locateur de Koulouba.

  31. Qu’on se respecte, les membres du RMP ne sont pas dignes du gouvernement malien. Ces individus de mauvaises fois ne voient que l’argent, ils défendent uniquement leurs intérêts personnels, sinon ils s’en foutent de ce qui peut arriver à ce pays.

  32. Nous devrions avoir depuis fort longtemps que Trétat n’allait pas rester dans le gouvernement. Le Mali traverse une situation difficile depuis l’élection d’IBK à la tête de la magistrature suprême. Mais les sortis du RPM depuis cette élection pour plaider auprès du président enfin de reconstruire le pays ne vaut pas dix fois. Que peuvent-ils espérer venant de ce dernier alors ?

  33. Le président de la République a très bien fait de ne pas mettre un membre du RPM à la tête du gouvernement. Ces individus sont devenus l’ennemi juré et du chef de l’Etat lui-même mais aussi des maliens, car rare sont les fois où ils interviennent quand le pays a besoin d’eux.

  34. Le départ de Bocary Tréta est la meilleure chose qui soit arrivé à ce régime. Tout juste l’accession du président de la République Ibrahim Boubacar Keita au pouvoir. Les membres du RPM ont fait le serment de se taire à jamais. Cela n’est pas digne de leur part, quoi que le président IBK ait pu faire c’est leur élu.

  35. Le RPM peut attendre encore et encore, aucun de ses membres ne sera à la tête du gouvernement au Mali. Comme le dit cet adage, qui sème le vent récolte la tempête, ils ont ce qu’ils méritent.

  36. Il n’a pas la culture de la propriété intellectuelle, pour un universitaire qui s’approprie des idées des autres sans les citer. Les cadres ont plus besoin de probité.

Comments are closed.