Sadou Diallo, président du PDES : La mise en œuvre des dispositions de l’accord est synonyme de la partition du Mali

1
Sadou H Diallo entouré des membres du PDES à Ségou

À la reconquête du Mali depuis  début  2016, le Comité Directeur National du Parti pour le Développement Economique et Social (PDES) a entamé une tournée nationale de prise de contact avec les militants. A travers ces visites, les héritiers de l’ancien président  Amadou Toumani Touré entendent  procéder à une refondation profonde du parti. Après Koulikoro, Ségou, la cité des Balazans était  à l’honneur le Samedi dernier.

En effet les populations de la 4ème  région administrative ont réservé un accueil presque irréprochable au président  Sadou Harouna Diallo et sa délégation  ce  samedi.

Comme à Koulikoro, première étape de la visité, la rencontre de Ségou a coïncidé avec la conférence régionale du comité local du Parti.

C’est dans une salle pleine à craquer du Merou Bah, que les militantes et militants du PDES se sont donné  rendez-vous pour échanger sur l’état de santé du parti et d’autres sujets préoccupants de la Nation.

Dans une intervention électrique, le tout nouveau président du comité directeur du PDES a dépeigné l’accord de paix signé à Alger, dont le chronogramme n’a pas été respecté, sept mois après sa signature.

Pour Sadou Harouna Diallo, la mise en œuvre des dispositions du document signé en  Alger est synonyme de la partition du pays.

Cette rencontre a été mise  à profit par les responsables du parti pour le développement économique et social de dénoncer les insuffisances du régime IBK, ainsi que  les scandales qui se sont succédé dans notre pays, dont les derniers en date sont l’affaire des engrais frelatés, l’achat des 1.000 tracteurs.

La Rédaction

PARTAGER

1 commentaire

  1. Les partis politiques ,qu’ils soient de la coalition gouvernementale ou de l’opposition doivent s’opposer a toute mesure tendant a saper la souverainete de l’Etat Malien sur tout son territoire, de Kidal a Kouremale.L’Armee doit s’y opposer.Le seul pouvoir legal sera alors le pouvoir qui s’y oppose et le pouvoir qui se soumet a une telle mesure de partition sera le pouvoir illegal.La coherence ,la cohesilon de l’Armee ,partant son unite sous un seul commandement militaire, seront maintenues.Voila les conditions selon lesquelles les forces etrangeres sont au Mali et continuent d’y etre.La regionalisation n’a aucun caractere politique.C’est la decentralisation dans le cadre de nos regions administratives, definies par des decisions administratives.Aucun organe politique ,aucune consultation populaire ne se sont penches sur ces questions.Toute autre interpretation devrait etre consideree comme illegale.La decentralisation a ete promue pour assurer une plus grande implication des agents de developpement locaux dans chaque region du Mali,et pour mettre a la disposition des populations les services et les aides administratifs.Dans un Etat digne de ce nom,toute personne qui s’erige contre l’autorite de l’Etat doit etre neutralisee.Le fait d’avoir laisse courir Iyad Ghali contribute aujourd’hui a la destabilisation du Mali.Il est temps que l’on comprenne que les actes de haute trahison ne meritent pas de pardon et surtout lorsqu’il y a aucun signe de remord.
    .

Comments are closed.