Un président de transition désigné au Mali : «Une étape encourageante», selon Paris

6

L’éphémère ancien ministre de la Défense malien, Bah Ndaw, deviendra vendredi le président transitoire.

« Une étape encourageante », salue ce mardi le Quai d’Orsay. Le Mali sera dirigé pendant plusieurs mois par un colonel à la retraite et ex-ministre de la Défense, avant un retour des civils à la tête du pays, dans une période transitoire demeurant sous l’emprise de la junte dont le chef promet de « gagner la guerre » contre les djihadistes.

Ainsi en a décidé lundi un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le putsch du 18 août. Ce comité a désigné comme président de la transition Bah Ndaw, 70 ans, éphémère ministre de la Défense en 2014. « Nous prenons acte de ces premières nominations qui représentent une première étape encourageante dans le processus de transition au Mali, qui doit mener à la tenue d’élections d’autorités légitimes. D’autres nominations sont attendues et des consultations sont en cours avec les partenaires africains et européens pour en évaluer la portée », a écrit le ministère des Affaires étrangères français dans son communiqué.

Pression des pays voisins

Le président est flanqué d’un vice-président doté d’importantes prérogatives sécuritaires, appelé à le remplacer en cas d’incapacité et qui n’est autre que l’actuel chef de la junte, le colonel Assimi Goïta. C’est ce dernier qui a annoncé le choix opéré par un collège d’un peu plus d’une quinzaine de membres, dont sept de la junte, le reste des places revenant au mouvement dit du 5-Juin, aux syndicats, aux anciens groupes rebelles ou à la société civile.

Le comité a ainsi tranché des semaines de querelles entre Maliens, qui se divisaient sur le caractère civil ou militaire de la transition à venir. Les membres du comité n’ont guère eu le choix : la junte est arrivée dans la salle avec les deux noms et le comité a « pris acte », ont rapporté des participants.

Le comité s’est prononcé sous la pression des voisins du Mali qui réclament depuis le début un retour rapide à l’ordre constitutionnel et la nomination dans les meilleurs délais d’un président et d’un Premier ministre civils.

Le chef de la junte réclame la levée des sanctions

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a suspendu dès le 20 août le Mali de ses organes de décision et infligé un embargo financier et commercial à ce vaste pays pauvre et enclavé. Elle a indiqué la semaine passée qu’elle lèverait ces sanctions aussitôt que la junte aurait accédé à ses exigences. La Cédéao et des partenaires du Mali comme la France s’inquiètent d’un surcroît d’instabilité propageant encore davantage à travers le Sahel le djihadisme et les violences intercommunautaires auxquelles le pays est en proie.

Mardi, le colonel Goïta a enjoint la Cédéao de lever ses sanctions et réitéré son soutien à la présence des forces françaises et de l’ONU face aux djihadistes. « Nous avons accepté les principes de la Cédéao, à savoir la nomination d’un président civil, puis la désignation d’un Premier ministre. Je pense que dans les jours à venir la Cédéao doit enlever ces sanctions pour le bonheur de la population malienne », a-t-il déclaré en marge des cérémonies du 60e anniversaire de l’indépendance du pays.

Les nouveaux maîtres de Bamako, qui ont promis dès leur arrivée de rendre à terme les commandes aux civils, voulaient conserver la mainmise sur la transition. La nomination d’un ancien militaire semble une manière de compromis. Cette piste se dessinait depuis plusieurs jours.

Une transition de 18 mois

Le colonel-major Bah Ndaw, surnommé « le grand » par ses intimes en raison de sa taille (1,95 m), est un ancien pilote d’hélicoptère formé dans l’ex-URSS et qui fut aide de camp du général Moussa Traoré, dictateur qui a dirigé le pays sans partage pendant 22 ans jusqu’en 1991 et qui est décédé la semaine dernière.

Il avait été nommé ministre de la Défense en mai 2014 après la déroute des forces maliennes face aux rebelles touareg dans leur bastion de Kidal (nord-est). Il n’était resté en poste que quelques mois.

Le colonel-major Bah Ndaw prêtera serment vendredi, a indiqué le colonel Goïta. C’est au président qu’il appartiendra de nommer un Premier ministre, en vertu d’une charte retenue par la junte pour organiser la transition. La Cédéao réclame là aussi qu’il s’agisse d’un civil.

Les Maliens se sont profondément divisés entre les partisans d’une transition longue confiée aux militaires et leurs contradicteurs. La « charte de transition » prévoit une transition de 18 mois, à laquelle la Cédéao s’est montrée prête à consentir après avoir insisté initialement sur un maximum de 12 mois.

Source: https://www.leparisien.fr/

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA

    RÉPONSE Á ANASSER AG RHISSA

    MOI AUSSI, MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M’PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, AFRICAIN AUTHENTIQUE DE SOUCHE,

    J’ AI DÉCLARÉ MA CANDITATURE AU POSTE DE PRÉSIDENT DE LA TRANSITION EN RÉPUBLIQUE DU MALI, LA TERRE DE MES AIEUX DEPUIS DES DIZAINES DE MILLÉNAIRES.

    JE N’ AI PAS ÉTÉ DÉSIGNÉ, MR BAH N’DAW , LUI OUI. JE NE ME FACHE PAS CAR MR BAH N’DAW A SERVI LE MALI AU PRIX DE SA VIE, LE PLUS HAUT NIVEAU PATRIOTIQUE POSSIBLE.

    DEPUIS LA CHUTE DE IBK, MOI, MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M’PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, AFRICAIN AUTHENTIQUE DE SOUCHE, JE SUIS CANDIDAT AU POSTE DE PREMIER MINISTRE DE LA TRANSITION EN RÉPUBLIQUE DU MALI, LA TERRE DE MES AIEUX DEPUIS DES DIZAINES DE MILLÉNAIRES.

    MOI, MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M’PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, AFRICAIN AUTHENTIQUE DE SOUCHE, JE DEMANDE ANASSER AG RHISSA DE SUPPORTER MA CANDITATURE ICI SUR CE FORUM.

    MALGRÉ MA CANDITATURE, JE SERAIS RAVI DE VOIR LE CNSP TROUVER UN PREMIER MINISTRE HAUTEMENT PATRIOTIQUE, PATRIOTIQUE AU PRIX DE SACRIFIER SA VIE POUR LE MALI. CE PROFIL DE CANDIDAT SE TROUVE UNIQUEMENT AU SEIN DE L’ ARMÉE MALIENNE.

    DÉSORMAIS, APRES LA TRANSITION, PENDANT UNE PÉRIODE DE 50 ANS, JE PROPOSE QUE TOUT PRÉSIDENT ET TOUT PREMIER MINISTRE DU MALI SOIENT DES HOMMES OU DES FEMMES CIVILS AYANT SERVI ACTIVEMENT AU MOINS 10 ANS DANS L’ ARMÉE DU MALI.

    SANEÉ ANI KONTRON..!
    SANEÉ ANI KONTRON..!
    SANEÉ ANI KONTRON..!

  2. Accueil
    Politique
    Un président de transition désigné au Mali : «Une étape encourageante», selon Paris
    Par maliweb – 22 Sep 20202

    L’ancien ministre de la Défense Bah Ndaw, pris en photo en 2014, va devenir vendredi le président de transition malien. AFP/HABIBOU KOUYATE
    L’éphémère ancien ministre de la Défense malien, Bah Ndaw, deviendra vendredi le président transitoire.

    « Une étape encourageante », salue ce mardi le Quai d’Orsay. Le Mali sera dirigé pendant plusieurs mois par un colonel à la retraite et ex-ministre de la Défense, avant un retour des civils à la tête du pays, dans une période transitoire demeurant sous l’emprise de la junte dont le chef promet de « gagner la guerre » contre les djihadistes.

    Ainsi en a décidé lundi un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le putsch du 18 août. Ce comité a désigné comme président de la transition Bah Ndaw, 70 ans, éphémère ministre de la Défense en 2014. « Nous prenons acte de ces premières nominations qui représentent une première étape encourageante dans le processus de transition au Mali, qui doit mener à la tenue d’élections d’autorités légitimes. D’autres nominations sont attendues et des consultations sont en cours avec les partenaires africains et européens pour en évaluer la portée », a écrit le ministère des Affaires étrangères français dans son communiqué.

    Pression des pays voisins
    Le président est flanqué d’un vice-président doté d’importantes prérogatives sécuritaires, appelé à le remplacer en cas d’incapacité et qui n’est autre que l’actuel chef de la junte, le colonel Assimi Goïta. C’est ce dernier qui a annoncé le choix opéré par un collège d’un peu plus d’une quinzaine de membres, dont sept de la junte, le reste des places revenant au mouvement dit du 5-Juin, aux syndicats, aux anciens groupes rebelles ou à la société civile.

    Le comité a ainsi tranché des semaines de querelles entre Maliens, qui se divisaient sur le caractère civil ou militaire de la transition à venir. Les membres du comité n’ont guère eu le choix : la junte est arrivée dans la salle avec les deux noms et le comité a « pris acte », ont rapporté des participants.

    Le comité s’est prononcé sous la pression des voisins du Mali qui réclament depuis le début un retour rapide à l’ordre constitutionnel et la nomination dans les meilleurs délais d’un président et d’un Premier ministre civils.

    Le chef de la junte réclame la levée des sanctions
    La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a suspendu dès le 20 août le Mali de ses organes de décision et infligé un embargo financier et commercial à ce vaste pays pauvre et enclavé. Elle a indiqué la semaine passée qu’elle lèverait ces sanctions aussitôt que la junte aurait accédé à ses exigences. La Cédéao et des partenaires du Mali comme la France s’inquiètent d’un surcroît d’instabilité propageant encore davantage à travers le Sahel le djihadisme et les violences intercommunautaires auxquelles le pays est en proie.

    Mardi, le colonel Goïta a enjoint la Cédéao de lever ses sanctions et réitéré son soutien à la présence des forces françaises et de l’ONU face aux djihadistes. « Nous avons accepté les principes de la Cédéao, à savoir la nomination d’un président civil, puis la désignation d’un Premier ministre. Je pense que dans les jours à venir la Cédéao doit enlever ces sanctions pour le bonheur de la population malienne », a-t-il déclaré en marge des cérémonies du 60e anniversaire de l’indépendance du pays.

    Les nouveaux maîtres de Bamako, qui ont promis dès leur arrivée de rendre à terme les commandes aux civils, voulaient conserver la mainmise sur la transition. La nomination d’un ancien militaire semble une manière de compromis. Cette piste se dessinait depuis plusieurs jours.

    Une transition de 18 mois
    Le colonel-major Bah Ndaw, surnommé « le grand » par ses intimes en raison de sa taille (1,95 m), est un ancien pilote d’hélicoptère formé dans l’ex-URSS et qui fut aide de camp du général Moussa Traoré, dictateur qui a dirigé le pays sans partage pendant 22 ans jusqu’en 1991 et qui est décédé la semaine dernière.

    Il avait été nommé ministre de la Défense en mai 2014 après la déroute des forces maliennes face aux rebelles touareg dans leur bastion de Kidal (nord-est). Il n’était resté en poste que quelques mois.

    Le colonel-major Bah Ndaw prêtera serment vendredi, a indiqué le colonel Goïta. C’est au président qu’il appartiendra de nommer un Premier ministre, en vertu d’une charte retenue par la junte pour organiser la transition. La Cédéao réclame là aussi qu’il s’agisse d’un civil.

    Les Maliens se sont profondément divisés entre les partisans d’une transition longue confiée aux militaires et leurs contradicteurs. La « charte de transition » prévoit une transition de 18 mois, à laquelle la Cédéao s’est montrée prête à consentir après avoir insisté initialement sur un maximum de 12 mois.

    Source: https://www.leparisien.fr/

    Commentaires via Facebook :

    Facebook
    Article précédent
    FIFA – 28 mois de prison requis contre Nasser Al-Khelaïfi, président de BeIN Media et du PSG
    Article suivant
    Au moins 26 morts dans l’effondrement d’un immeuble en Inde
    SUR LE MEME SUJETAUTRES ARTICLES DU MEME AUTEUR

    Politique
    Gestion de la transition au Mali : Un officier supérieur à la retraite Ba N’DAW, désigné président • Vice-Président : Assimi Goïta, chef du…
    ATT à Mopti : « Je rentre définitivement. J’ai déjà mon champs ici que je cultive »
    Politique
    L’ancien Président Amadou Toumani Touré (ATT) sur l’ORTM : «Je ne suis pas convaincu que c’est par les coups d’Etat que nous allons sortir…

    Politique
    Présidence de transition au Mali: le chef de la junte presse la Cédéao de lever ses sanctions

    2 COMMENTAIRES
    Dr ANASSER AG RHISSA
    23 Sep 2020 at 00:59
    Bonjour à Tous/Toutes,

    C’est grave de nier qu’il y a d’autres candidats au poste de président de la transition au Mali. Le CNSP tout comme le M5 RFP, Mahmoud Dicko, le cardinal ZERBO, la CMA, le CSDM, la plateforme, la CMI, plusieurs associations de jeunes et de femmes et des centaines voire milliers de Maliens dont certains sur les réseaux sociaux ont reçu ou sont au courant de la candidature de Dr Anasser Ag Rhissa au poste de président de la transition au Mali ou bien au poste de premier ministre. Pourquoi donc, nier qu’il y a d’autres candidats au poste de président de la transition ? Ou bien vous pensez que moi je ne suis pas un candidat à considérer ? Sachez que plusieurs d’entre vous à ce collège de transition êtes au courant que je suis candidat à ce poste de président de la transition. Pourquoi donc, le nier publiquement ? Il est mieux de ne pas voter pour quelqu’un que de nier son existence. Merci pour cette exclusion de fait rendant cette transition exclusive. Je vous remercie. Par Dr Anasser Ag Rhissa, désormais ex candidat au poste de président de la transition au Mali ou bien au poste de premier ministre, TEL 78731461

    Réponse

    • Accueil
      Politique
      Un président de transition désigné au Mali : «Une étape encourageante», selon Paris
      Par maliweb – 22 Sep 20202

      L’ancien ministre de la Défense Bah Ndaw, pris en photo en 2014, va devenir vendredi le président de transition malien. AFP/HABIBOU KOUYATE
      L’éphémère ancien ministre de la Défense malien, Bah Ndaw, deviendra vendredi le président transitoire.

      « Une étape encourageante », salue ce mardi le Quai d’Orsay. Le Mali sera dirigé pendant plusieurs mois par un colonel à la retraite et ex-ministre de la Défense, avant un retour des civils à la tête du pays, dans une période transitoire demeurant sous l’emprise de la junte dont le chef promet de « gagner la guerre » contre les djihadistes.

      Ainsi en a décidé lundi un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le putsch du 18 août. Ce comité a désigné comme président de la transition Bah Ndaw, 70 ans, éphémère ministre de la Défense en 2014. « Nous prenons acte de ces premières nominations qui représentent une première étape encourageante dans le processus de transition au Mali, qui doit mener à la tenue d’élections d’autorités légitimes. D’autres nominations sont attendues et des consultations sont en cours avec les partenaires africains et européens pour en évaluer la portée », a écrit le ministère des Affaires étrangères français dans son communiqué.

      Pression des pays voisins
      Le président est flanqué d’un vice-président doté d’importantes prérogatives sécuritaires, appelé à le remplacer en cas d’incapacité et qui n’est autre que l’actuel chef de la junte, le colonel Assimi Goïta. C’est ce dernier qui a annoncé le choix opéré par un collège d’un peu plus d’une quinzaine de membres, dont sept de la junte, le reste des places revenant au mouvement dit du 5-Juin, aux syndicats, aux anciens groupes rebelles ou à la société civile.

      Le comité a ainsi tranché des semaines de querelles entre Maliens, qui se divisaient sur le caractère civil ou militaire de la transition à venir. Les membres du comité n’ont guère eu le choix : la junte est arrivée dans la salle avec les deux noms et le comité a « pris acte », ont rapporté des participants.

      Le comité s’est prononcé sous la pression des voisins du Mali qui réclament depuis le début un retour rapide à l’ordre constitutionnel et la nomination dans les meilleurs délais d’un président et d’un Premier ministre civils.

      Le chef de la junte réclame la levée des sanctions
      La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a suspendu dès le 20 août le Mali de ses organes de décision et infligé un embargo financier et commercial à ce vaste pays pauvre et enclavé. Elle a indiqué la semaine passée qu’elle lèverait ces sanctions aussitôt que la junte aurait accédé à ses exigences. La Cédéao et des partenaires du Mali comme la France s’inquiètent d’un surcroît d’instabilité propageant encore davantage à travers le Sahel le djihadisme et les violences intercommunautaires auxquelles le pays est en proie.

      Mardi, le colonel Goïta a enjoint la Cédéao de lever ses sanctions et réitéré son soutien à la présence des forces françaises et de l’ONU face aux djihadistes. « Nous avons accepté les principes de la Cédéao, à savoir la nomination d’un président civil, puis la désignation d’un Premier ministre. Je pense que dans les jours à venir la Cédéao doit enlever ces sanctions pour le bonheur de la population malienne », a-t-il déclaré en marge des cérémonies du 60e anniversaire de l’indépendance du pays.

      Les nouveaux maîtres de Bamako, qui ont promis dès leur arrivée de rendre à terme les commandes aux civils, voulaient conserver la mainmise sur la transition. La nomination d’un ancien militaire semble une manière de compromis. Cette piste se dessinait depuis plusieurs jours.

      Une transition de 18 mois
      Le colonel-major Bah Ndaw, surnommé « le grand » par ses intimes en raison de sa taille (1,95 m), est un ancien pilote d’hélicoptère formé dans l’ex-URSS et qui fut aide de camp du général Moussa Traoré, dictateur qui a dirigé le pays sans partage pendant 22 ans jusqu’en 1991 et qui est décédé la semaine dernière.

      Il avait été nommé ministre de la Défense en mai 2014 après la déroute des forces maliennes face aux rebelles touareg dans leur bastion de Kidal (nord-est). Il n’était resté en poste que quelques mois.

      Le colonel-major Bah Ndaw prêtera serment vendredi, a indiqué le colonel Goïta. C’est au président qu’il appartiendra de nommer un Premier ministre, en vertu d’une charte retenue par la junte pour organiser la transition. La Cédéao réclame là aussi qu’il s’agisse d’un civil.

      Les Maliens se sont profondément divisés entre les partisans d’une transition longue confiée aux militaires et leurs contradicteurs. La « charte de transition » prévoit une transition de 18 mois, à laquelle la Cédéao s’est montrée prête à consentir après avoir insisté initialement sur un maximum de 12 mois.

      Source: https://www.leparisien.fr/

      Commentaires via Facebook :

      Facebook
      Article précédent
      FIFA – 28 mois de prison requis contre Nasser Al-Khelaïfi, président de BeIN Media et du PSG
      Article suivant
      Au moins 26 morts dans l’effondrement d’un immeuble en Inde
      SUR LE MEME SUJETAUTRES ARTICLES DU MEME AUTEUR

      Politique
      Gestion de la transition au Mali : Un officier supérieur à la retraite Ba N’DAW, désigné président • Vice-Président : Assimi Goïta, chef du…
      ATT à Mopti : « Je rentre définitivement. J’ai déjà mon champs ici que je cultive »
      Politique
      L’ancien Président Amadou Toumani Touré (ATT) sur l’ORTM : «Je ne suis pas convaincu que c’est par les coups d’Etat que nous allons sortir…

      Politique
      Présidence de transition au Mali: le chef de la junte presse la Cédéao de lever ses sanctions

      2 COMMENTAIRES
      Dr ANASSER AG RHISSA
      23 Sep 2020 at 00:59
      Bonjour à Tous/Toutes,

      C’est grave de nier qu’il y a d’autres candidats au poste de président de la transition au Mali. Le CNSP tout comme le M5 RFP, Mahmoud Dicko, le cardinal ZERBO, la CMA, le CSDM, la plateforme, la CMI, plusieurs associations de jeunes et de femmes et des centaines voire milliers de Maliens dont certains sur les réseaux sociaux ont reçu ou sont au courant de la candidature de Dr Anasser Ag Rhissa au poste de président de la transition au Mali ou bien au poste de premier ministre. Pourquoi donc, nier qu’il y a d’autres candidats au poste de président de la transition ? Ou bien vous pensez que moi je ne suis pas un candidat à considérer ? Sachez que plusieurs d’entre vous à ce collège de transition êtes au courant que je suis candidat à ce poste de président de la transition. Pourquoi donc, le nier publiquement ? Il est mieux de ne pas voter pour quelqu’un que de nier son existence. Merci pour cette exclusion de fait rendant cette transition exclusive. Je vous remercie. Par Dr Anasser Ag Rhissa, désormais ex candidat au poste de président de la transition au Mali ou bien au poste de premier ministre, TEL 78731461

      Répondre

      Dr ANASSER AG RHISSA
      23 Sep 2020 at 01:46
      Bonjour,
      Ce n’est pas encourageant la façon dont la désignation du président et du vice-président de la transition au Mali a été faite en s’appuyant sur des contre-vérités et en niant l’existence d’autres candidatures, comme celle de Dr Anasser Ag Rhissa, au poste de président de la transition.

  3. Bonjour à Tous/Toutes,

    C’est grave de nier qu’il y a d’autres candidats au poste de président de la transition au Mali. Le CNSP tout comme le M5 RFP, Mahmoud Dicko, le cardinal ZERBO, la CMA, le CSDM, la plateforme, la CMI, plusieurs associations de jeunes et de femmes et des centaines voire milliers de Maliens dont certains sur les réseaux sociaux ont reçu ou sont au courant de la candidature de Dr Anasser Ag Rhissa au poste de président de la transition au Mali ou bien au poste de premier ministre. Pourquoi donc, nier qu’il y a d’autres candidats au poste de président de la transition ? Ou bien vous pensez que moi je ne suis pas un candidat à considérer ? Sachez que plusieurs d’entre vous à ce collège de transition êtes au courant que je suis candidat à ce poste de président de la transition. Pourquoi donc, le nier publiquement ? Il est mieux de ne pas voter pour quelqu’un que de nier son existence. Merci pour cette exclusion de fait rendant cette transition exclusive. Je vous remercie. Par Dr Anasser Ag Rhissa, désormais ex candidat au poste de président de la transition au Mali ou bien au poste de premier ministre, TEL 78731461

    • Bonjour,
      Ce n’est pas encourageant la façon dont la désignation du président et du vice-président de la transition au Mali a été faite en s’appuyant sur des contre-vérités et en niant l’existence d’autres candidatures, comme celle de Dr Anasser Ag Rhissa, au poste de président de la transition.

      • MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA

        SANEÉ ANI KONTRON..!

        MOI AUSSI, MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M’PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, AFRICAIN AUTHENTIQUE DE SOUCHE,

        J’ AI DÉCLARÉ MA CANDITATURE AU POSTE DE PRÉSIDENT DE LA TRANSITION EN RÉPUBLIQUE DU MALI, LA TERRE DE MES AIEUX DEPUIS DES DIZAINES DE MILLÉNAIRES.

        JE N’ AI PAS ÉTÉ DÉSIGNÉ, MR BAH N’DAW , LUI OUI. JE NE ME FACHE PAS CAR MR BAH N’DAW A SERVI LE MALI AU PRIX DE SA VIE, LE PLUS HAUT NIVEAU PATRIOTIQUE POSSIBLE.

        DEPUIS LA CHUTE DE IBK, MOI, MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M’PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, AFRICAIN AUTHENTIQUE DE SOUCHE, JE SUIS CANDIDAT AU POSTE DE PREMIER MINISTRE DE LA TRANSITION EN RÉPUBLIQUE DU MALI, LA TERRE DE MES AIEUX DEPUIS DES DIZAINES DE MILLÉNAIRES.

        MOI, MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M’PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, AFRICAIN AUTHENTIQUE DE SOUCHE, JE DEMANDE ANASSER AG RHISSA DE SUPPORTER MA CANDITATURE ICI SUR CE FORUM.

        MALGRÉ MA CANDITATURE, JE SERAIS RAVI DE VOIR LE CNSP TROUVER UN PREMIER MINISTRE HAUTEMENT PATRIOTIQUE, PATRIOTIQUE AU PRIX DE SACRIFIER SA VIE POUR LE MALI. CE PROFIL DE CANDIDAT SE TROUVE UNIQUEMENT AU SEIN DE L’ ARMÉE MALIENNE.

        DÉSORMAIS, APRES LA TRANSITION, PENDANT UNE PÉRIODE DE 50 ANS, JE PROPOSE QUE TOUT PRÉSIDENT ET TOUT PREMIER MINISTRE DU MALI SOIENT DES HOMMES OU DES FEMMES CIVILS AYANT SERVI ACTIVEMENT AU MOINS 10 ANS DANS L’ ARMÉE DU MALI.

        SANEÉ ANI KONTRON..!
        SANEÉ ANI KONTRON..!
        SANEÉ ANI KONTRON..!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here