CHU du Point G : Le torchon brûle entre les syndicats et des « récalcitrants »

1

Le Syndicat national de la Santé, de l’Action sociale et de la Protection de la Famille (SN-AS-PF) à travers le comité du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Point G a organisé une conférence de presse le mercredi 25 août dans ses locaux pour rectifier un préavis de grève lancé par des « récalcitrants ».

Depuis le lundi, la fonction publique a reçu un préavis de grève du comité du Syndicat national de la Santé et la Synatras, selon Fodé Synayogo, le secrétaire aux revendications, ‘’le préavis a été déposé par Dr. Guida Landouré, qui ne fait pas partie du Syndicat national de la Santé. C’est une grève illégale et la fonction publique, le Syndicat national de la Santé ont tous rejeté la requête de Landouré à condition qu’il prouve son appartenance à un syndicat national dont il est le secrétaire général adjoint. Et je démentie le préavis de grève impliquant la participation du comité syndical national de la santé du Point G. Explique-t-il

Une grève de trois jours avait été décrété par le personnel SNS-AS-PF comme des récalcitrants, et n’ayant pas eu gain de leur combat, la grève a été rallongée pour une semaine avec quelques revendications au programme. M. Synayogo secrétaire aux revendications du Syndicat national de la Santé, donne une autre version des faits et le but de la grève ‘’ le but principal des récalcitrants est de contester la décision du directeur général du CHU Point G de muter Fousseni Coulibaly. Pourtant, ce dernier n’est pas un syndicat car il n’est pas reconnu par le Syndicat national de la Santé, mais c’est un militant. Et M. Coulibaly s’est opposé au Syndicat national pour élire leur syndicat. Karim Traoré est le seul syndicat reconnu par tous.’’, ajoute-t-il.

Le CHU du Point G compte 4 syndicats le Synatras (syndicat national des travailleurs socio-sanitaire), le syndicat des médecins, et aussi le syndicat des cadres médicaux en plus du syndicat national de la santé. Les revendications de ses militants sont le problème des ristournes, des primes de garde… et M. Synayogo estime que ceci n’est pas un nouveau problème ‘’Les revendications de ses syndicats n’est pas un problème méconnu des directeurs du CHU Point G. Les contractuels gagnent leurs salaires chaque mois, mais avec la Covid-19, la recette du CHU a chuté car l’hôpital accueillait les malades atteints de la pandémie ; alors les malades fuyaient comme de la peste, les consultations pouvaient-être comptées sur le bout des doigts ce qui est à la base de la chute des recettes.

Le directeur général du CHU Point G donne les raisons qui l’ont poussé à porter plainte contre les récalcitrants. ‘’ J’ai trainé les faux syndicats devant la justice en portant plainte contre eux. Plainte pour trouble à l’’ordre publique, pour diffamation et atteinte à un officier de l’Etat en service. Ils venaient mettre la clé sous les verrous de nos différents services, en faisant fuir les malades parfois, ils organisent des sit-in dans l’hôpital pour empêcher les autres de travailler. Et Fousseni Coulibaly a été mis à la disposition du gouvernorat. Les CS réf, les Cscom sont sous la commande du gouvernorat alors Fousseni sera muté autre part afin d’atténuer la situation’’.

A la fin de cette conférence, le Secrétaire aux revendications a fourni toutes les preuves pour prouver la véracité de ses propos.

Oumou Fofana

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. On ne peut même pas lire … Karim est syndicat, Karim n est pas reconnu, Sinayoko est syndicat, … Une personne ne peut pas être un syndicat, Madame. Sabali!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here