hausse du taux de COVID-19 au Mali : Des primes impayées des agents engagés dans la lutte

0

Dès la découverte des premiers cas de Covid-19 au Mali, le gouvernement avait vite instauré au temps d’IBK, des primes et des contrats avec des médecins pour faire face à la pandémie avec efficacité. Des primes ont été promises pour les fonctionnaires et des contrats avec des hygiénistes et médecins pour stopper la chaîne de contamination de la maladie. Depuis décembre 2020, ces primes et salaires des contractuels ne sont plus payés. Cela serait-il à la base de cette nouvelle vague au Mali ?

 

Depuis la chute du Président IBK, selon notre informateur, le paiement des primes et salaires des contractuels dans la riposte contre Covid-19 a connu des difficultés. Avant tout était normal. Les salaires des contractuels et les primes pour les fonctionnaires tombaient sans difficulté. Mais, après la chute et l’arrivée de la transition, les médecins ont d’abord fait cinq mois sans percevoir leurs salaires pour les contractuels et aucune prime pour les fonctionnaires. Ensuite, des solutions ont été trouvées. Les 5 mois ont été versés.

Maintenant, depuis décembre, c’est le même scénario. Aucun salaire et aucune prime n’est encore versé au compte des médecins. A en croire notre informateur, cette absence de motivation pourrait être à la base de la hausse du taux de la pandémie ces derniers temps. « Impossible de travailler dans ces conditions. Surtout pour les contractuels », regrette-t-il.

La situation fait peur, selon lui. La gestion de la Covid-19 au Mali va de mal en pire. Une équipe qui n’est pas payée et motivée ne pourrait pas donner de bons résultats. Toutes les structures engagées dans cette lutte souffrent de cette mauvaise gestion. Du prélèvement, au suivi et au traitement. « Ces derniers temps, Covid fait ravage de nouveau et je pense que cette mauvaise gestion serait à la base », conclut notre interlocuteur. Par contre, c’est un bon train pour les autorités de la transition. La vague s’empire. Des décès se succèdent devant une équipe abattue par le non-paiement de leur dû.

K Cissé

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here