Motivation a la vaccination COVID-19 : Plus par calcul que par conviction

0

Au Mali, ceux ou celles qui vont se faire vacciner affirment qu’ils le font plus pour le pass-sanitaire, (document délivré à ceux qui font le vaccin).

De mars 2020 au 26 août, le Mali a à son actif 14 803 cas positifs, 537 cas de décès, 106 cas sous traitement et 14 069 cas guéris. A la date du 26 août 2021, le pays a aussi enregistré 1 343 tests réalisés, 8 cas positifs, 1 décès. Le Mali avait réceptionné ses premières doses, soit 396 000 du vaccin AstraZeneca le 5 mars 2021 et la campagne avait commencé fin mars.

Durant cette première campagne de vaccination, 173 242 personnes ont reçu la dose d’AstraZeneca et 100 650 attendent leur deuxième dose. Une partie de ces vaccins a été donnée à la Côte d’Ivoire, à travers l’initiative Covax et le reste s’est périmé le 10 juillet.

Le 5 août dernier, le Mali a réceptionné 151 000 doses du vaccin Johnson and Johnson et la deuxième phase de vaccination a commencé à Bamako le 25 août.

Le comité national anti-covid-19 affirme que d’autres doses d’AstraZeneca seront livrées au Mali très bientôt.

Depuis la première campagne de vaccination, la majorité des Maliens se font vacciner uniquement pour avoir le pass-sanitaire. Avec cette deuxième phase de vaccination, le gouvernement n’a pas exigé qu’il soit fait, mais, conditionne beaucoup d’accès à son obtention.

Selon Mariam Konaré, commerçante, « je fais la vaccination juste pour pouvoir voyager. Car dans les pays européens, c’est devenu une condition intégrale. Donc une nécessité ».

Seydou Maïga, artiste, explique : « je me suis fait vacciner car mon travail me demande beaucoup de déplacements. Je n’ai aucunement envie de rater d’autres opportunités à cause de cette maudite pandémie. On a suffisamment souffert comme ça».

Ousmane Koïta, entrepreneur, « vraiment c’est malgré moi que j’attendais ce vaccin. Toutes mes activités étaient en arrêt à cause de ça. Honnêtement, je ne crois toujours pas à l’existence de la Covid-19 chez nous ici au Mali. Je n’aurai jamais fait ce vaccin si ce n’est pour des raisons professionnelles».

Kadidia Sidibé, commerçante, « vous savez je voyage beaucoup et je suis fatiguée de devoir dépenser 25 000 F CFA à chaque fois pour faire le test Covid-19. Du coup, je préfère fermer les yeux et me faire administrer sans conviction ce vaccin Johnson & Johnson ».

En tout cas, tout compte fait peu importe la motivation, la cellule nationale anti Covid-19 compte sur les maliens et les incite ou les exhorte à aller recevoir leur dose afin de se protéger et leurs proches par la même occasion.

Aminata Agaly Yattara

Cet article a été publié avec le soutien de JDH Journalistes pour les Droits Humains et Affaires Mondiales Canada

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here