Programme conjoint Sahel en réponse aux défis Covid-19, conflits et changement climatique (SD3C-G5 Sahel+1) : Le Ministre Modibo Kéïta lance les activités

0

Le ministre du Développement Rural a procédé le jeudi 26 août 2021 à lHôtel Radisson Collection,  au lancement  officiel du Projet SD3-G5 Sahel/Mali. Cet important programme  est une riposte aux effets  de la COVID 19, de linsécurité et du changement climatique sur les populations rurales, du G5 Sahel, son objectif est de renforcer leur résilience.   

Le programme SD3C vise à renforcer de manière durable  la résilience des populations rurales les plus vulnérables de la région du sahel afin d’atténuer les effets de la crise du COVID19, des conflits et du changement climatique. Et comme expliqué par le directeur du projet inclusif SD3C Monsieur Dramane Sidibé, ce projet va permettre de consolider les moyens d’existence des petites producteurs en particulier les femmes et les jeunes vivant en zone transfrontalière. En somme 152 000 personnes vulnérables de 25000 ménages seront touchées par ledit programme.  Pour une durée de 6ans reparties en deux phases de 3ans, son coût total est de 25, 329 milliards de F CFA.  Pour sa part, le ministre du Développement Rural, Monsieur Modibo Kéïta, dans son intervention, est revenu l’import apport du secteur agricole dans l’économie nationale. Et soulignant l’impact néfaste des conflits, du changement climatique et la crise sanitaire  sur les  productions,  le ministre Kéita  a salué le programme. Tout en réitérant la gratitude des autorités maliennes aux partenaires pour leurs efforts au développement durable de notre pays.

Une reconnaissance appréciée à sa juste valeur par le représentant par intérim de la FAO au Mali, M. Edmond Mounkala représentant de l’Unesco au Mali.  ” Avec l’engagement de tous les acteurs concernés nous pouvons atteindre les objectifs visés par le programme régional conjoint Sahel en réponse aux Défis de la COVID-19, des Conflits et du Changement climatique au Mali, (SD3C) pour le grand bénéfice des populations vulnérables et faisant face à de nombreux défis qui menacent leur survie.” déclare –t-il au nom des PTFs (  FAO,  PAM et  FIDA).

Pour le  représentant du Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs de l’  Afriques de l’Ouest (ROPPA), M. Falery Boly, il est primordial de  consacrer les efforts sur l’insécurité régnante dans la zone. Selon lui, les enjeux sécuritaires   dépassent de loin la crise sécuritaire pour  le monde paysan.

Khadydiatou SANOGO/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here