Propagation des malades mentaux sur les grandes artères : Un danger pour tout le monde !

0

Dans notre  société, généralement les déficients mentaux et autres handicapés bénéficient d’une certaine protection. Mais depuis un certain temps, on remarque de plus en plus la présence de ces malades  sur les artères publiques  de la capitale, ce qui constitue un handicap sérieux pour les usagers de la circulation. Il     faudrait    prendre  des mesures idoines  pour que  cette situation soit circonscrite. Car il y va de la sécurité et des malades mentaux et des usagers de la route.

Bamako est elle devenue un centre psychiatrique  pour les malades mentaux ?

Cette question mérite d’être posée de nos jours, au regard de la propagation incontrôlée des malades mentaux à travers la ville.

Certains de ces malades sont dangereux plus que d’autres. Parmi eux il y en a qui se promène avec des armes en main et n’hésitent pas à attaquer n’importe quel sujet en face.

Contrairement à d’autres qui ne sont pas visiblement agressifs mais contribuent à salir  ou porter atteinte aux emprises des voies publiques.

Il est aussi de constater que dans le lot de ces malade mentaux existent des femmes qui prennent quartier aux bords des grandes artères  avec leurs enfants.

Au regard de la gravité de la propagation de ce nouveau phénomène  les autorités sont fortement  interpellées ainsi que les services sociaux pour que ces personnes qui ne savent pas ce qu’ils font puissent trouver un endroit paisible et vivre en toute sécurité. Afin que ces malheureux soient protégés contre les dangers de la circulation de Bamako, caractérisée par la présence  des usagers de la route, qui souvent roulent à tombeau ouvert. Leur sécurité et celle des populations sont plus liées.

Dans  nos lois les personnes handicapées (malades) jouissent d’une certaine protection de la part de tout le monde.   Pour cela, il revient aux services sociaux  de prendre sérieusement en compte  la prise en charge de ces malades mentaux aussi bien dans les centres psychiatriques, qu’après leur internement, afin que leur propagation à travers la ville ne soit pas un danger pour tout le monde. Car, aussi bien qu’ils peuvent être victimes, mais peuvent aussi être à la base  d’accidents graves.

Pour trouver la solution au problème,  les autorités, le ministère du développement social en tête   doivent multiplier les centres d’internement  pour déficients mentaux. Toute chose qui permettra de réduire considérablement l’errance  de ces malades mentaux à travers la ville.

Aussi, au delà de l’internement, l’Etat doit mettre en place   des structures spécialisées  pour leur prodiguer des  soins médicaux et les orienter  pour qu’ils deviennent des personnes normales.

Kadiatou Camara (stagiaire)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER