Santé : des jeunes de Koulikoro réprouvent le comportement du ministre de la Santé

0

Après avoir vu les usines de l’huilerie cotonnière du Mali (HUICOMA) fermer leurs portes, les populations de Koulikoro ne sont pas au bout de leurs souffrances. Elles sont à présent confrontées au manque d’équipements de leurs établissements de santé. D’où la colère des jeunes de la région, lesquels disent ne pas comprendre que des dossiers de fourniture d’équipements soient bloqués par Madame le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique.

Koulikoro de tous les malheurs. La ville de Koulikoro s’interroge encore sur son sort auquel les autorités ne semblent pas faire attention. En effet, déjà meurtrie par la fermeture des usines HUICOMA, la ville de Koulikoro souffre aujourd’hui d’un manque d’équipements dans ses centres de santé. Pourtant, aux dires des jeunes de la localité, à la faveur d’une rencontre avec la presse, des dossiers concernant la fourniture d’équipements sont bouclés depuis des mois et bloqués par Madame le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique. Ils expliquent avoir mené des enquêtes auprès des services de santé au niveau de la région et de Bamako. «Il nous a été assuré que des financements ont été mis en place par le gouvernement pour équiper l’hôpital de Koulikoro. Le marché a été passé et le dossier n’attend que la signature du ministre», nous a expliqué Mamadou Diarra, qui se présente comme leader d’une association locale. Il croit savoir que «Madame le ministre a bloqué des dossiers parce qu’elle n’a pas attribué ses marchés. Pendant ce temps, les gens meurent…». Les jeunes de Koulikoro la soupçonnent de vouloir annuler certains marchés pour les réattribuer à un certain Sangaré.

Face à cette situation qu’ils jugent «inacceptable», les jeunes de Koulikoro  interpellent le Premier ministre. «Nous lançons un appel pressant à Monsieur le Premier ministre pour qu’il mette fin aux agissements de Madame le ministre qui semble se préoccuper de ses affaires et non de la santé des Maliens».

Sinaly KEITA

PARTAGER