Algérie – Hocine Aït Ahmed : révérence d’une figure de l’indépendance

Hocine Aït Ahmed était le dernier survivant des neuf nationalistes qui avaient créé le Front de libération nationale (FLN) avant de déclencher l'insurrection algérienne.

0
Algérie - Hocine Aït Ahmed : révérence d'une figure de l'indépendance
LePoint.fr/Par Viviane Forson - Hocine Aït Ahmed, figure politique de premier de l'Algérie, fondateur et leader du Front des forces socialistes (FFS), est mort ce 23 décembre 2015 à Lausanne, en Suisse

Son nom ne figurait pas parmi les six membres fondateurs du FLN (Mohamed Boudiaf, Ben Boulaid, Larbi Ben M’Hidi, Krim Belkacem, R. Bitat, M.Didouche), car il se trouvait au Caire avec deux autres chefs historiques, Ben Bella et Mohamed Khider. Mais l’histoire a bien retenu que Hocine Aït Ahmed a fait partie de ceux qui ont décidé en 1954 de déclencher la lutte de libération de l’Algérie alors que le pays était sous le joug de la France. C’est le Front des forces socialistes (FFS), parti qu’il a fondé en 1963, qui a annoncé son décès dans un hôpital de Lausanne “à la suite d’une longue maladie”. Hocine Aït Ahmed aura droit à des obsèques nationales.

Figure historique de la résistance

Aït Ahmed était le dernier encore en vie des neuf “fils de la Toussaint”, les chefs qui ont déclenché la guerre d’Algérie contre la puissance coloniale française le 1er novembre 1954. Dans le pays, des personnalités commençaient à lui rendre hommage, comme l’ancien Premier ministre Ali Benflis. “Hocine Aït Ahmed aura été d’une rare constance, d’une rectitude exemplaire et d’une noblesse d’âme admirable dans la défense de ses idéaux”, a-t-il dit dans un communiqué. “Un long rêve de liberté et de démocratie n’est plus”, a regretté de son côté l’écrivain chroniqueur Kamel Daoud. Inlassable pourfendeur de l’armée et de la police politique et opposant radical au régime depuis l’indépendance du pays en 1962, et grand défenseur de la laïcité dans son pays musulman, Aït Ahmed était affaibli depuis 2012 et avait cessé toute activité politique.

Premier responsable de l’Organisation spéciale (OS)

Né en 1926 en (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

 

SOURCELePoint.fr
PARTAGER