Armes légères : le plan d’action national 2019-2023 validé

0

Le plan d’action national de lutte contre la prolifération des ALPC au Mali se fixe pour objectif général de contribuer à restaurer la paix et la cohésion sociale par le contrôle efficace de la circulation des armes.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général de division Salif Traoré, a présidé le 27 février au Grand l’hôtel de Bamako l’ouverture du forum de validation du plan d’action national 2019-2023 de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre.

Organisé par le secrétariat permanent de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre, avec l’appui financier et technique de la Coopération allemande et du Groupe conseil pour les mines (Mag), on notait la présence à ce forum du secrétaire permanent de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre, colonel-major Néma Sagara, du directeur pays de Mag, Benoit Poirier.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a rappelé que, depuis les années 90, la lutte contre le phénomène de la prolifération des armes légères et de petit calibre se poursuit, comme en témoigne la flamme de la paix à Tombouctou en 1996, suivie de la création, la même année, de la première commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre dans l’espace Cédéao.

Selon le ministre Traoré, ce forum permettra de promouvoir une véritable culture de paix durable au Mali. Et d’ajouter que ce forum de validation s’inscrit dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité qui prévoit une vision holistique des questions sécuritaires ainsi que la réalisation d’objectifs nationaux en matière de paix et de sécurité.

«Aujourd’hui, pas plus qu’hier, la situation devient de plus en plus préoccupante et nous interpelle davantage. Cette restructuration a pour but de rapprocher l’organe du terrain, en créant un secrétariat permanent cheville ouvrière de la lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre», a souligné le Général Traoré. À l’en croire, l’organisation de cette nouvelle structure prévoit la création de bureaux dans les régions, cercles et communes du pays.

Pour le directeur pays de Mag, Benoit Poirier, il y a aujourd’hui plus de 875 millions d’armes légères et de petit calibre qui sont dispersées aux quatre coins de la planète. À elle seule, l’Afrique en comptabilise quelque 100 millions, a-t-il dit. «On estime que 90% des victimes de guerre, des femmes et des enfants pour la plupart, sont tuées par des armes légères. La surabondance de ce type d’armement continue ainsi d’avoir des effets négatifs et de déstabilisation pour le développement», regrette M. Poirier.

Le directeur pays de Mag dira que le contrôle efficace sur l’ensemble du cycle de vie des armes légères nécessite une coopération et une coordination entre un large éventail d’acteurs. Il s’agit des agences gouvernementales, la société civile, le secteur privé et les organisations intergouvernementales. Et d’ajouter que la question intersectorielle des armes légères requiert une réponse cohérente et transversale, et ce plan d’action identifie différents domaines d’intervention.

Ousmane DIAKITE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here