Décret nominatif des membres du CNT : La CMA se retire du processus, le M5 et la Codem crient à la violation de la charte

1

La liste des membres du Conseil National de la Transition (CNT) a été rendue publique jeudi 04 décembre 2020, avec un flou très artistique autour du décret présidentiel devant la valider.

En attendant, l’avènement de l’organe législatif de Transition n’a de cesse de susciter colères et dénonciations. Alors que la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) a annoncé qu’elle va surseoir à sa participation au CNT, le M5-RFP et la Codem de Housseini Amion Guindo dénoncent tous une liste qui, à leurs yeux, a été élaborée en violation flagrante des dispositions de la Charte de Transition.

En effet, la Coordination des Mouvements de l’Azawad, quelques heures après la publication des 121 des membres du CNT, a réagi par un communiqué pour faire constater que ses « efforts pour construire la confiance et la paix se heurtent déjà aux jeux habituels de manœuvres dilatoires et de volte-face de la part des autorités en charge de la Transition». Et d’annoncer sa volonté de surseoir purement et simplement à sa participation au processus de mise en place du CNT et cela jusqu’au rétablissement de la confiance et du compromis. En cause, l’attribution d’un nombre de sièges en deçà du quota promis et annoncé. La CMA en déduit un retrait unilatéral de ses sièges en dépit des gages données lors des rencontres de haut niveau avec les Autorités de Transition. Reste à savoir si sa posture va affecter sa présence aussi sein dans le gouvernement de Transition, au regard du malaise créé par cette sortie.

Quant au M5-RFP, qui a déjà annoncé sa non-participation au Conseil National de Transition (CNT) avec la clé de répartition des sièges, a dénié à quiconque d’y être présent en son nom. Et de mettre en garde les autorités de la Transition contre toute manipulation visant à associer son identité ce qu’il considère comme une mascarade. Cette position «de principe», le M5 dit l’avoir réaffirmée dans un courrier adressé au Vice-président de la Transition, le 16 novembre 2020, tout en déplorant par ailleurs la sélection des membres du CNT à titre individuel ou par cooptation, en violation de la Charte de la Transition et des décrets subséquents portant conditions d’éligibilité et clé de répartition des membres du CNT.

Cependant, attendu sur la place de l’indépendance, le M5-RFP s’est contenté d’attaquer la régularité de la procédure de désignation des membres du CNT devant les juridictions compétentes.

Et comme le M5, la CODEM, dans un autre communiqué, a dénoncé le manque de transparence sur la représentativité des différentes couches sociales. Toutes choses qui, aux yeux des camarades de Houssein Amion Guindo, vont forcément affecter le fonctionnement et la légitimité de l’organe. La Codem, tout en prenant acte des anomalies, dit n’avoir pas été consultée et qu’elle n’a manifesté aucun intérêt pour une présence au CNT. Et si le M5 s’engage à porter l’affaire devant les tribunaux, la CODEM s’est engagée dans un rôle de veille politique et citoyenne sur la transition politique, de sauvegarde de la démocratie et pour le retour à l’ordre constitutionnel.

A noter que ces protestations n’ont guère les 121 membres du CNT de prendre service, y compris des représentants de la CMA qui ont donné mandat de voter pour élire le président notamment pour ceux qui n’étaient pas présents dans la salle.

Amidou KEITA

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il faut que les autorités qui gouvernent actuellement notre pays fassent preuve de sagesse, de reconcilliation et de rassemblement de tous les maliens. C’est la seule facon pour construire le Mali, un Mali à nous toutes et tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here