Il est important de savoir de quoi on parle…

2

La guerre ne saurait être un jeu et encore moins une situation commentée et exposée par des commentateurs loin des vrais enjeux. Ce qui se passe au Mali est très important et mérite de la lucidité dans les analyses. Le chemin court consiste souvent à mettre la faute sur les autres, en oubliant leur engagement et surtout l’évolution du contexte.

Au sujet de la Minusma, après nous avoir dit vouloir travailler sur son éventuel retrait… Ci-joint le commentaire du MAECI de l’époque en 2016… «Je voudrais, à la lumière de toutes les avancées enregistrées dans mon pays par la présence de la mission des Nations Unies, inviter le Conseil de Sécurité à solliciter le secrétariat de mener dès à présent une réflexion approfondie dans la perspective de l’élaboration d’une sorte d’exit strategy de la MINUSMA au Mali», a déclaré le chef de la diplomatie malienne. En 2019, voici que par la voix d’un autre MAECI, le troisième, entre-temps, demande «une présence accrue» de la même mission…

De quoi faire perdre la tête aux citoyens analystes…

Celles et ceux qui remettent en cause la présence de la Minusma doivent savoir certaines choses : la mission a perdu au Mali 122 casques bleus, faisant d’elle la plus meurtrière de l’ONU ! Il faut aussi savoir que la mission avait réussi à travailler sur une feuille de route avec la transition, ce qui a d’ailleurs permis l’organisation de l’élection présidentielle en 2013. Ce travail de parfaite intelligence fut impossible par la suite.

La mission a été précise, elle n’est pas au Mali dans le cadre d’une «mission d’interposition de la paix», mais de maintien de la paix, dont l’Etat malien doit réunir les conditions préalables. S’il y a échec, il conviendrait alors de situer les responsabilités locales avant toute chose, au risque de se disperser et de s’interdire une solution. D’ailleurs, la Minusma devrait exiger de l’Etat malien, une feuille de route crédible avant tout «engagement ou présence accrue» !

BST

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Au pire moi je préfère un régime militaire pur et dur pour redresser la situation du Mali avec un soldat révolutionnaire. Mais franchement il faut arrêter avec cette spirale de tueries et de négociations et réunions à la con qui n’en finissent pas! Une dictature militaire vaut mieux que ce laisser aller auquel nous assistons depuis 6 ans dans ce pays!

  2. @BST vous n’avez rien compris ces gens sont là pour le grand malheur du Mali. Minusma c’est la france en sourdine pour ses bas intérêts à atteindre sans aucun état d’âme pour les maliens! si 122 ou les 15000 soldats de cette émission meurent au Mali, qu’elle en demande à la france un compte puisque c’est pour elle que cette mission est maintenue. La france va jusqu’à demander la solidarité des autres européens pour atteindre son but, il suffit de voir la réticence des américains (même s’ils sont aussi alliés car vont voter pour le maintien de cette mission au Mali) pour comprendre que le premier bénéficiaire de la minusma est la france.
    Dites moi honnêtement si ce sont les soldats français ou de simples citoyens qui meurent tous les jours au Mali la france va encore rester au Mali? Non, nous ne sommes pas dupes, pour quoi ils sont “sur le terrain” comme nos soldats mais ils ne sont jamais atteints ou s’en sortent comme par miracle avec des “blessés légers”. ils ne sont pas invulnérables encore moins plus intelligents ou stratèges devant la mort que nos soldats. Il faut chercher l’erreur! Ils sont avec nous et nous trahissent en même temps, des vidéos existent où ils échangent avec des soit disants “terroristes” pour traquer les militaire maliens. Mais il faut un sursaut national pour dégager les dirigeants actuels qui sont aussi complices de cette situation. Aussi bien le pouvoir en place que l’opposition (en dehors de Zoumana Sako) personne ne dit ce que les maliens disent tous les jours à savoir récuser les accords de défense signés au temps de Dioncounda (qui était président intérimaire et donc ne saurait engager le Mali sur le long terme), la minusma, barkhane et le G5, ainsi que les accords d’Alger. Donner plein pouvoir aux soldats maliens partout sur le territoire en proclamant l’état d’urgence. Les militaires auront pour mission d’éliminer systématiquement tout porteur d’arme qui ne serait pas des corps armés officiels du Mali, même s’il est en tenue malienne hors des missions officielles. Ne plus se fier aux renseignements étrangers et développer notre renseignement propre. Aujourd’hui avec des trônes qui coûtent moins chers que les avions de guerre sou pouvons surveiller tout notre territoire et réagir très rapidement avec des forces prépositionnées partout dans le pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here