Affaire « des 21 bérets rouges » : Le procès Amadou Haya Sanogo et coaccusés renvoyé au 11 mars prochain

8

En liberté provisoire  depuis  28 janvier 2020,  le procès Amadou Haya Sanogo et coaccusés,  dans l’affaire  dite « les bérets rouges» retrouvés morts dans une fosse commune près de Bamako,  a débuté ce jeudi 25 février à la Cour d’Appel de Bamako.  A peine l’audience ouverte,  le  procès de l’ex-putschiste a été renvoyé au 11 mars.

 

maliweb.net – Motif : la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Bamako évoque des raisons internes dans la Cour.  En effet,  avec les récentes mutations opérées au sein de la famille judiciaire, les juges  chargés de statuer sur  ce dossier vieux de neuf ont reçu les notifications de mutation.  Les remplaçants n’ayant pas eu suffisamment de temps pour étudier  le dossier  n’ont eu  d’autre choix que de le renvoyer au 11 mars prochain.  Il nous revient également   que le dossier a été renvoyé  pour permettre aux témoins cités dans le dossier  de prendre part au procès. A la Cour d’Appel de Bamako ce jeudi, le principal accusé dans l’assassinat des 21 bérets rouge, le général Amadou Aya Sanogo, était présent à l’audience avec  d’autres coaccusés dont les généraux, Yamoussa Camara, ministre de la défense, et Dahirou Démbélé, Chef d’Etat-major de l’armée,… au moment des faits.

L’issue de ce procès  retentissant qui avait mobilisé les parents des victimes et les organisations de défense des droits de l’Homme nationale et internationale  en 2016 à Sikasso serait déjà connue. Il y a un an, le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta a trouvé un accord avec les familles victimes  permettant de  distribuer des logements sociaux aux victimes,  des sommes d’argent qui se chiffre à des millions FCFA  et l’intégration  des certains proches de victimes dans la fonction publique du Mali.  D’ailleurs, C’est ce qui avait facilité la liberté provisoire accordée aux accusés sans la famille des victimes et les associations de défense des droits de l’Homme.  C’est-à-dire l’ex-putschiste et ses coaccusés dans l’affaire dite « des 21 bérets rouges assassinés » ne pourront être inquiétés par le verdict du procès. «  L’affaire pourrait être classée pour toujours », nous confie une source.

Amadou Aya Sanogo  et  autres accusés dans ce dossier  ont déjà  passé sept ans en prison. En  novembre 2016, le procès a été délocalisé à Sikasso. A peine l’audience ouverte,  il avait été ajourné, car la  défense a rejeté les conditions dans lesquelles les analyses des ossements découverts dans le charnier avaient été faites.  Depuis cette date, les résultats définitifs de la seconde autopsie n’ont toujours pas été officiellement communiqués jusqu’à ce que finalement la défense des accusés obtiennent leur liberté. Alors, la troisième tentative du jugement de ce dossier  prévue le 11 mars prochain serait-il la bonne ?

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. PKagame, ne fais pas de Birus un Dieu ou meme un saint car il a toujours ete a l’ombre de GMT un vrai sanguinaire et tyran qui a mange tous ceux qui ont ose lever le petit doigt dans son entourage, donc essayons d’etre modeste et comprendre que ton Birus a servi un sanguinaire GMT pendant des decennies et en a profite largement avec sa famille!

  2. BIRUS DECEDE?
    LES JOURNALISTES NE LE SAVENT PAS?
    IL NE PEUT PAS Y AVOIR DE DISCRIMINATION ICI PAUL NONKAGAME!
    ATTEND QUELQUE TEMPS, L ARTICLE APPARAITRA! QUE SON ESPRIT DE QAFR SOIT PARMI CEUX DE NOS ANCETRES ET VEILLENT SUR L AFRIQUE EN COMBATTANT LES ENVAHISSEURS ARABO-MUSULMANS, DJIHADISTES ET ENEMIS DES NOIRS AFRICAINS PROPRIETAIRES DES TERRES NOIRES DES FARAHOUNAHW!

  3. Depuis le matin Maliweb ne publie la moindre info sur la disparition de du Colonel Oumar DIALLO dit Birus. Nous avons prié ce vendredi a la mosquée Nimaga sur ce digne soldat du MALI… qui a un cœur d’or pour les pauvres et les plus démunis toute sa vie. Qu’Allah ait sa miséricorde sur lui!

    MALIWEB, il y a quoi avec cette discrimination!???

  4. LA JUSTICE DES INJUSTES! OU EST PASSE ABEDINE GUINDO? 1QUI LES A EXHORTE A AFFRONTER LEURS FRERES D ARME? NATURELLEMENT LES POLITICIENS '1991'

    UNE JUSTICE QUI NE PEUT PAS SE RENDRE DOIT SE “😊CASSER!😊”

  5. Sans justice pas de paix et sans paix pas de developpement, il faut juger et punir les criminels afin que le Mali soit en fin un pays de droit! La justive Malienne ne doit pas oublier Boua le ventru IBK, sa famille et ses regimes pourris et corrompus! A bon entendeur, salut!

  6. C’EST UNE DISTRACTION DONT LE MALI N’A PAS BESOIN!!!
    ON CONTINUE A’ VOUS DISTRAIRE AU SUD AU MOMENT OU’ ON CONSOLIDE L’ETAT QUI EST ENTRAIN DE NAITRE AU NORD!
    AW KA MIRI DONI!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here