Justice : Le procureur général de Bamako dénonce le “manque de professionnalisme de certains juges”

3
Idrissa Arizo Maïga, procureur général près la cour d’appel de Bamako
Idrissa Arizo Maïga, procureur général près la cour d’appel de Bamako

Soixante-douze dossiers sur 76 ont été jugés au cours de la dernière Cour d’assises de Bamako pour l’année judiciaire 2016-2017. Les quatre affaires qui restent ont été renvoyés à la prochaine session de la Cour. L’annonce a été faite vendredi à la Cour d’appel de Bamako à l’issue de la session qui a duré un mois.

Cette Cour d’assises a permis à plus d’une centaine de personnes interpellées de connaître leur sort, mais aussi de pointer du doigt les manquements de la Cour, notamment le manque de professionnalisme de certains juges.

Ils étaient 132 accusés. Parmi eux, quatre ont été condamnés à mort dont un par contumace et 42 autres à une peine d’emprisonnement dont 29 fermes et 13 avec sursis. 28 personnes ont été déclarées non coupables à cette Cour d’assises. Les amendes s’élèvent à plus de 26 millions de F CFA et les dommages et intérêts à près de 29 millions de FCFA.

Le procureur général près la Cour d’appel de Bamako, Idrissa Arizo Maïga, a dénoncé le “manque de professionnalisme” de certains juges d’instruction et des dossiers souvent “mal montés”. « Les cours d’assises sont les occasions uniques de passer au crible de la critique objective des dossiers soumis. En cela, il faut clairement que les dossiers ne brillent pas par la qualité de l’instruction.  Il y a lieu de s’interroger sur le professionnalisme, la qualité du magistrat instructeur. Il a toutefois souligné qu’avec plus de moyens et plus de rigueur ces insuffisances peuvent être corrigées.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. A lire certains commentaires je commence à comprendre pourquoi tous les postes stratégiques au Mali sont entre les mains des Songhoy, Peuhls, Touareg et Arabes.
    Le Mali fut détruit progressivement par le tribalisme cancérogène de ces groupes ethniques et ce, dépuis Moussa Traoré. C’est d’ailleurs Moussa Traoré qui a inicié cet apartheid au Mali, en accordant systématiquement, et de manière disproportionnée tous les postes clés à ces groupes ethniques au Mali, au mépris des autres ethnies.
    Donc, pourquoi pas diviser le Mali, si certaines ethnies se croient supérieures aux autres ???
    A partir d’aujourd’hui, je suis fervant partisant de la division du Mali en micro-Etats basés sur l’occupation ethnique. C’est la seule solution pour le Mali et le seul moyen d’éviter ded génocides pires qu’au Rwanda.
    Que chaque ethnie réclame son propre Etat et s’occupe de son propre dévélloppement socio-économique. Si certaines ethnies voudront s’unir pour créer un Etat ensembles, tant mieux pour elles, mais aucune ethnie ne doit être pénalisée par ce régime d’apartheid qui ne dit pas son nom !!

  2. Redis le kopin, en plus comment nous pouvons des professionnels (lles) alors que depuis plus 25 ans l’education et les ecoles maliennes n’ont plus de niveau, nulles et nulles.
    Pauvres de Nous.

Comments are closed.