Mali : le juge anti-corruption enquête sur les affaires ‘’des avions cloués au sol et des ristournes des sociétés coopératives des producteurs de coton’’

12

Le Procureur  en charge du Pôle économique et financier de Bamako, Mamoudou Kassougué, était  face à la presse, hier, au tribunal de première instance de la commune III pour décliner ses ambitions dans la lutte implacable contre la corruption. Dans la foulée de cette conférence, ce Magistrat a annoncé l’ouverture des enquêtes dans les affaires dites « des avions cloués au sol » et «  des ristournes de la confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton », qui défraient la chronique.

 

maliweb.net – Ce nouveau procureur  nommé à la tête du Pôle économique et financier de Bamako, à la suite de la récente vague de mutation opérée par le Ministre de la justice, veut engager une lutte implacable contre la corruption. «  La situation de la corruption est tellement critique que si nous ne voulons pas perdre définitivement le combat contre la corruption … nous devons très promptement nous ressaisir et mener une lutte implacable contre toutes les pratiques corruptives dans tous les segments de notre société », a déclaré le Magistrat Mamoudou Kassougué.  Ce dernier  de poursuivre avec les quatre griefs  qui sont généralement portés contre la justice dans la lutte contre la corruption.   Le premier relatif à la lenteur des procédures judiciaires,  le juge de se défendre que la justice a besoin de temps pour comprendre ; déterminer les circonstances exactes des faits, les motivations qui les entourent, d’identifier les vrais auteurs afin d’éviter que les innocents soient condamnés.

Le second portant le non aboutissement des enquêtes,  le juge anti-corruption d’inviter les populations à nuancer, car, dit-il,  la plupart des dossiers de corruption portent sur les faits criminels, qui nécessitent l’ouverture d’une information qui peut prendre du temps. «  Les pays qui servent de références et qui sont suffisamment outillés, il y a des enquêtes financières qui durent 7, voire 10 ans », a cité comme exemple le Juge, qui renchérit que certains dossiers sont jugés au correctionnel et en Assises, qui ne sont malheureusement pas portés à la connaissance du public.

Le troisième point  sur le nombre élevé de classement sans suite des dossiers de corruption, il soutient que les causes liées à l’action publique sont souvent à l’origine.  A l’en croire, certains cas  bénéficient  d’une prescription, l’amnistie, l’abrogation de la loi pénale et la mort du mis en cause. Le quatrième grief relatif au silence de la justice sur les cas de corruption révélés par les activistes et les lanceurs d’alertes, le Magistrat Mamoudou Kassougué d’évoquer un problème de culture et les difficultés à réunir les éléments de preuves sur les dénonciations ou les révélations non étayées dans la plupart des cas, ou souvent fantaisistes.

 Des réformes pour combler les lacunes des textes

Par ailleurs, le conférencier  a indiqué que  le pôle économique entend  pleinement jouer sa partition dans la lutte contre la corruption avec engagement, détermination et responsabilité. Ce travail qu’il prétend faire avec objectivité est  déjà en marche, «  nous donnerons une suite à toutes le plaintes et les dénonciations. C’est le cas des affaires dites «  des avions cloués au sol » et «  des ristournes de la confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton », révélées par la presse et une dénonciation anonyme. Ajoutant que des poursuites seront systématiquement engagées contre toutes les personnes que les enquêtes feront découvrir comme étant présumées auteurs, coauteurs ou complices de faits de corruption.

Dans cette foulée, le Magistrat a annoncé  des sessions d’assises spécialement consacrées au jugement des dossiers de corruption, le fonctionnement effectif de la chambre des délits économiques et financiers.  Ceux-ci, selon lui, seront consolidés par les propositions pertinentes de réformes adressées aux autorités compétentes pour combler les lacunes des textes.   Certaines de ses reformes porteront sur  l’exécution diligente des condamnations à l’amende et au remboursement et des confiscations ordonnées, voire la possibilité d’avoir des  lois qui permettent d’enquêter sur les cas  « de surfacturation et le financement occulte des partis politiques ».

Siaka DIAMOUTENE/ La Rédaction de maliweb.net

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. ça commence mal.
    Il faut rappeler à ce juge qu’il n’y a pas de juge Anti-quelque chose.
    Un juge n’est ni contre ni pour, il est neutre et impartial.
    Les mots ont un sens.
    Pour la suite,
    Le BVG a déjà fait la liste des manquements avec l’identification des suspects.
    Pourquoi faire semblant de chercher encore les personnes impliquées dans ces fraudes massives ?
    Le siège de cette corruption massive est à Koulouba au Palais Présidentiel.
    Tout part de là.
    Les décisions pour l’attribution des marchés frauduleux ont été prises à Koulouba.
    Toutes les personnes impliquées vivent à Bamako et sont connues d’un large public.
    Un juge anti-corruption est un vain mot au Mali.
    Tout notre système de gestion s’appuis sur la corruption.
    Tout est fait pour faciliter cette corruption.
    Cérise sur le gâteau, l’impunité généralisée met tout le monde à l’abri.
    Cette impunité généralisée est une bénediction pour la corruption généralisée. L’une nourri l’autre.
    Tant qu’il y aura des failles dans la gestion il y aura la fraude.
    Rien n’est fait pour empêcher cette fraude.
    Et Quand il y a un détournement, l’impunité garantie la tranquillité d’esprit des voleurs en attendant le prochain coup.
    Alors ??
    Que peut un juge pour cela ?
    La justice, l’institution pour laquelle travaille le juge est déjà minée par la corruption.
    Il faut se rappeler que le président de la République s’est permis dans le passé, de nommer son avocat personnel comme ministre de la justice.
    Cela n’a choqué personne.
    Il faut revoir le système dans son fondement et aller chercher la cause du mal.
    Revoir la procédure de la gestion comptable des deniers publics.
    Rendre public les budgets de fonctionnement.
    Faire un bilan annuel des depenses avec des justificatifs.
    Etablir un document comptable pour chaque depense.
    Révoquer definitivement tout fonctionnaire convaincu de corruption
    Punir de manière implacable tout détournement de deniers publics par la saisi du patrimoine des fraudeurs.
    Voilà quelques pistes pour commencer une lutte contre la corruption.
    Mais au Mali, on préfère s’adonner à une gesticulation stérile avec des gadgets pour amuser la galérie.
    Il faut faire l’effort de rechercher les causes du mal au lieu de faire du spectacle.

  2. La systematique “technique” ou “stratégie” de ce gouvernement pourri est tellement usée maintenant, qu’ELLE NE TROMPE PLUS PERSONNE depuis déjà longtemps !

    En effet, à CHAQUE FOIS (sans exception!) que l’impunité instaurée et maintenue par Zonkeba 1er devient “TROP VOYANTE” et attire l’attention de L’INTERNATIONAL, ce dernier nous sort de nulle part un “juge”………soi-disant chargé D’ENQUÊTER !😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁

    Il nous a fait exactement le même coup pas plus tard que lors des premiers GROS massacres de villageois Peuls par les milices Donsos (qu’il a LUI-MÊME encouragées et armées avec SBM!)…
    Cela faisait DÉJÀ 3 ANS que les massacres de villageois Peuls s’additionnaient sans que le gouvernement ne lève le petit doigt (0 enquête, 0 suspect, 0 coupable, 0 procès, etc.), jusqu’au jour où les massacres ont pris de telles proportions que LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE s’en est émue et à ouvertement pointée du doigt la “très suspecte” inaction de l’état Malien.

    Aussitôt, Zonkeba-le-comedien s’est mis subitement à se rendre en personne sur les lieux de chaque massacre, et a CLAMÉ PUBLIQUEMENT ET HAUT ET FORT l’ouverture de soi-disant “enquêtes judiciaires” pour soi-disant “rassurer” les observateurs internationaux…😎😎😎

    Et depuis ces annonces fracassantes (entièrement bidon!) du grand menteur professionnel, AUCUNE enquête n’a jamais été diligentée, AUCUN suspect, AUCUN coupable, etc.)

    Ici, nous assistons au même numéro de com’ uniquement destiné à jeter “de la poudre aux yeux ” aux partenaires financiers et aux bailleurs de fonds, QUI NE SE GÊNENT PLUS POUR DIRE LEUR RAS-LE-BOL A AIDER PLUS LONGTEMPS LE MALI BANANIER D’IBK!!!😎😎😎😎😎

    Si l’énorme scandale actuel des Tucano et des helicos cloués au sol n’est jamais qu’un scscandale DE PLUS pour nous, pour les partenaires financiers du Mali, ça risque d’être plutôt le scandale…….DE TROP !😎😎

    Et comme le FMI à clairement annoncé que ses experts allaient se saisir de l’affaire, Zonkeba nous pond d’urgence, et à grand tapage, un juge-bidon chargé en réalité de “faire croire que…” d’une part, et de faire traîner indéfiniment les fausses enquêtes en espérant que…..tout le monde oublie à la longue!!

    Ce n’est pas pour rien que juge-aux-ordres parle d’ores et déjà d’enquêtes de A 7 À 10 ANS (!!!…), alors que les fonctionnaires qui ont traité les achats d’avions et d’helicos peuvent être IDENTIFIÉS ET AUDITIONNÉS……EN 24 HEURES!!!😎😎😎

    S’ils s’imaginent “duper” les partenaires avec des manoeuvres aussi INFANTILES😁😁😁😁, ils risquent de tomber de haut!😁😁😁😁😁😁😁😁😁

  3. Mes chers compatriotes.
    Je pense nous devons comprendre que tous ceux qui se reclament de mouvement democratique de 1991 ne peuvent rien faire pour faire avancer notre Cher MALI. Ils n’ont rien appris en politique que de mentir et voler son peuple. Bourama vient de nous confirmer. Donc c’est à nous de les chasser par la voie légale.
    PLUS JAMAIS DE POLITICIEN SE RECLAMANT DE MOUVEMENT DEMOCRATIQUE AU POUVOIR ENCORE!
    En rappel: Algérie, Soudan….

  4. Très clairement, je crois que les commentaires de mes frères et sœurs soulignent le manque total de crédibilité de la justice Malienne.
    Une nouvelle vague de dirigeants patriotiques s’avère donc nécessaire pour redresser le Mali.

  5. …LES AFFAIRES DE CORRUPTION AVEC LE CLAN SARKHOZI, CA FAIT DEJA COMBIEN D ANNEES??…

    LE MALI EST DANS LA MERDE DES LOIS PROCEDURES ET METHODOLOGIES FRANCAISES ET LA MERDE ARABO ISLAMIQUE SI DENSE QUE LA GOMME ARABIQUE NON DILUEE!

  6. Voilà cette juge paresseux pourquoi faire enquête 7.10ans ce pas travail sa. nous veux combat de aujourd’hui. Si tu travail pas.tu laisser la place les gens qui veut travail

  7. Kassougue fait partie de la farce, nous n’avons pas besoin d’un leche cul comme ce type pour faire quoi que ce soit au Mali, il cherche a s’eterniser sur son post c’est tout ce qui l’interesse pour s’assurer un bon saliare et il va enqueter sur des cadavres en 7 ou 10 ans, une veritable farce, il fait partie du probleme plus que de la solution.

  8. “il y a des enquêtes financières qui durent 7, voire 10 ans »

    A mon avis (mais j’espère me tromper!), il y a fort à parier que cette “exhibition mediatique” d’un juge anti-corruption soi-disant prêt à enquêter n’a aucun autre but que de “faire croire” et “donner l’impression” aux partenaires financiers étrangers et aux observateurs internationaux, QUE L’ÉTAT MALIEN “FAIT QUELQUE CHOSE” !!😎😎😎😎😎😎😎

    En effet, la gouvernance bananière de Zonkeba-le-pilleur à pris de telles proportions, que les puissances ne se gênent même plus POUR DIRE TOUT HAUT leur ras-le-bol d’aider plus longtemps un pays detourneur et voleur comme le Mali actuel (Allemagne et Canada très récemment, FMI, etc.)

    Le FMI a d’ailleurs clairement annoncé que ses experts allaient (entre autres!!) se pencher sur le scandale des Tucano et des helicos cloués au sol…

    Or, sachant que sans aides extérieures notre pays s’effondre en à peine quelques mois, Zonkeba ne peut pas faire moins que “montrer” de toute urgence aux partenaires qu’il “agit”! Et ce n’est donc rien d’autre que… de la COM’ destinée à calmer le jeu dans l’immédiat et à gagner du temps ! 😎😎😎

    Et à mon avis, si ce juge parle déjà d’affaires qui durent 7 À 10 ANS (!…) ce n’est pas hasard : Comme Zonkeba espère faire traîner indéfiniment les choses en longueur dans l’espoir qu’on “passe à autre chose”, ce juge-aux-ordres-du-pouvoir commencé à préparer le terrain en annonçant intentionnellement des delais…DELIRANTS!😎

  9. Je ne suis pas d’accord avec M. Kassougué sur la durée de 7 à 10 ans pour conclure une investigation financière. Nous voyons en Amérique du Nord (USA et Canada) des enquêtes qui durent au maximum 2 – 5 ans. Celles qui trainent jusqu’à 7 ou 10 ans sont des cas très extrêmes. Par exemple, l’enquête Robert Muller a pris 2 ans pour déposer son rapport sur la possible ingérence russe dans les élections fédérales américaines de 2016. La Commission Charbonneau, ténue au Canada en 2011, a duré 4 ans pour déposer son rapport et lister les noms de tous les individus impliqués dans la corruption entourant les contrats de construction dans la province de Québec.
    Chez nous les enquêtes trainent pour deux raisons principales :
    1. Les enquêteurs sont incompétents et/ou
    2. Les enquêteurs sont plus corrompus que ceux contre lesquels ils doivent investiguer.

  10. Vous hommes de justice injustes, sachez que le compte à rebours est déjà lancé pour la mise à plat des comportements injustes que vous imposez au peuple malien depuis la nuit temps, à la fin de ce compte à rebours vous verrez comment ce peuple de dix neuf millions d’habitants se soulè0vera ensemble comme un homme contre vos bêtises alors que vous les faiseurs de mal au sommet de l’état ne comptés qu’au plus cinq milles cadres; ce jour là vous n’aurez que vos yeux pour pleurer. Nous restons certains que vos investigations rien ne découlerait, vous jouez seulement du cinéma et des fourberies et c’est tout, mêmes si à l’issue de ces investigations des fauteurs seraient épinglés, c’est vous les juges et les avocats qui déclarerons le non-lieu et ces bourreaux resterons avec leurs butins en se moquant des dix neuf millions de maliens sans voix. Vous êtes des diables sataniques au sommet de notre état. Vous serrez foudroyés par le couroux du ciel car Allah s’est trop patienté.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here