Maire de Kalabancoro : Odeur de règlement de compte

1

Odeur de vengeance et de règlement de compte à la mairie de Kalabancoro. C’est l’interprétation que font plusieurs conseillers des actes du maire par intérim. Ce dernier, aux lendemains de sa prise de prise de fonction en forcing a retiré les prérogatives des conseillers et les a attribuées à ses compagnons et procédé à des révocations. Le sous-préfet a été saisi.

 C’est un sentiment de vengeance qui semble désormais s’instaurer  à la mairie de Kalabancoro.

Depuis près de deux semaines, une guéguerre s’est installée entre les nouveaux maîtres des lieux c’est-à-dire entre le premier adjoint au maire de la Commune rurale de Kalabancoro, Hamala Sidibé et certains conseillers. Et pour cause, le maire adjoint à l’absence du maire principal ( il a des démêlés avec la justice), après s’être auto proclamé maire par intérim et sans la prise d’aucun acte administratif le concernant, a pris la lourde responsabilité de poser certains actes en rapport avec plusieurs conseillers et qui vont en contradiction avec les textes.

Primo, le conseiller désormais maire intérimaire du parti « Faso ko » aux lendemains de sa « prise de pouvoir » a révoqué le secrétaire général de la mairie et sans motif valable.

2e acte, le maire par intérim a retiré les prérogatives du 5e adjoint au maire en charge « des Affaires sociales, éducatives, Santé, formation et Etat civil ». Il se les a attribué. Ce n’est pas tout, M. Sidibé a aussi attribué le poste des Affaires domaniales et foncière, de l’Urbanisme et de l’Habitat, des Affaires économiques et financières à un de ses complices en la personne de Mahamadou Keita, 2e adjoint au maire. Les questions Eau et hygiène ont été aussi retirées et attribuées à Abdoulaye Baba Touré, un autre animateur de son clan.

Ce partage de prérogatives intervient au moment où le premier et le deuxième adjoint  (Hamala Sidibé et Mahamadou Keita) sont sous le coup d’une sanction.

Après leur  décision, une vingtaine de conseillers se sont réunis sous l’égide du doyen des conseillers et considère l’acte du maire par intérim de chasse aux sorcières.

Sur la question du remplacement du secrétaire général,  la vingtaine de conseillers a demandé à M. Sidibé de revenir sur sa décision de relever le secrétaire général. N’ayant pas eu de réponse, ils ont fini par saisir officiellement le Sous-préfet de Kalabancoro pour lui signifier leur désaccord.

Le Sous-préfet de Kalabancoro, selon nos informations, respectueux des textes, a instruit au maire par intérim  de revenir sur sa décision ce, en attendant qu’il ne soit saisit officiellement par un acte administratif en bonne et due forme. Malgré qu’il fût rappelé  à l’ordre par le Sous-préfet, le maire par intérim se cramponne sur sa position et maintien sa décision qui jure avec le bon fonctionnement de la Mairie.

Le représentant de l’Etat au niveau cercle a été également saisit pour des cas d’interprétations des textes du code des collectivités.

Djibril Diallo  

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ce n’est pas surprenant que les revanchards agissent de la sorte, ils sont affamés. Ils doivent etre manipulé par une autorité tapis dans l’ombre.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here