Mali : « La Nuit de la Paix » pour célébrer la cohésion sociale et le vivre ensemble

0

Le ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a organisé le mardi 21 septembre au Centre International de Conférences de Bamako (CICB) « La Nuit de la Paix ». L’évènement était placé sous la présidence du Présence du Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga.

La nuit de la paix est une soirée de rassemblement festif autour du vivre ensemble, de la cohésion sociale et de la paix. C’est du moins ce qu’a soutenu le ministre la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion National, le Colonel-major Ismaël Wagué, qui pour l’occasion a troqué son treillis militaire avec l’accoutrement des peuls. Ce qui symbolise le vivre ensemble et la cohésion sociale.

Dans sa quête de trouver une solution durable pour la paix et la quiétude au Mali, le ministère de la Réconciliation a pris la culture comme le vecteur de paix et de la cohésion nationale afin de recoudre le tissu social ébranlé par les nombreuses crises, a rappelé le ministre Ismaël Wagué.

Cette nuit, d’après lui, est symbolique, éducative et riche en couleur puisqu’il s’agit de promouvoir la paix, la cohésion sociale à travers la culture et l’art. « Investir dans la cohésion sociale et la réconciliation, c’est investir dans la culture de la paix. C’est en un mot investir dans la promotion d’un monde meilleur », a rappelé le Colonel-major Wagué.

Pour sa part, le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, a indiqué que cette « Nuit de la Paix » marque en même temps 02 grandes symboliques. Il s’agit de la journée mondiale de la Paix célébrée le 21 septembre de chaque année et la commémoration de l’accession du Mali à l’indépendance, le 22 septembre.

L’avènement de ce soir traduit la volonté du président de la transition et celle d’une aspiration profonde du peuple : la Paix, la quiétude, le vivre ensemble et l’unité nationale a dit le ministre Guindo. « C’est un appel au sursaut patriotique » a poursuivi le chef du département de la culture. Il a rappelé que cette nuit de la paix se tient à un moment où le Mali connait une épisode funeste marqué par des atrocités indignes d’une autre époque. Ce qui constitue un défi pour les hommes engagés pour la sécurité du pays.

La cérémonie protocolaire a laissé la place à la prestation d’artiste. Ainsi tour à tour les troupes des différentes régions administratives du pays ont défilé en solo de chant à l’exception notable de celle de Kidal dont la troupe n’a pas pu regagner la capitale dans le délai pour, nous a-t-on dit, faute de place dans l’avion. Ce qui a constitué une fausse note de la soirée. La cérémonie a pris fin par une symphonie musicale.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here