Mali : Le colonel Malick Diaw pressenti président du Conseil National de la Transition

13

Réputé comme le cerveau du coup d’Etat du 18 août dernier, le colonel Malick Diaw  serait le candidat préparé par la junte pour briguer la présidence du Conseil National de la Transition, l’organe législatif de la transition.  Le poste demeure  le seul  important  non occupé  des organes de la transition.

-Maliweb.net- « Ma famille d’abord et toujours » tel est le scénario qui  est en phase d’être une tradition dans notre pays.  Après la main mise de l’ancien président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et ses proches sur presque  tous les postes clés décisionnels,  la junte est  sur le point de répéter les mêmes erreurs.

De sources bien introduites auprès des militaires  soutiennent que le CNSP s’apprête à nommer son premier vice-président, le colonel Malick Diaw, à la tête du futur Conseil National de la Transition.  La mise en place de cet organe législatif de la transition   est prévue par la charte de la transition qui stipule en son article 14  qu’il sera composé de 121 membres repartis entre les forces vives de la nation. Et  l’article 15 de la Charte de poursuivre que  «  le Conseil  de la Transition est présidé par une personnalité civile et militaire élue en son sein ».

Le colonel Malick Diaw réputé d’être  le cerveau du coup d’Etat du 18 août dernier, selon les indiscrétions,   est pratiquement aujourd’hui le seul parmi les 5 colonels  du CNSP à ne pas occuper un poste  de responsabilité  dans les organes de la transition.  De quoi faire de lui, selon notre source,  le profil idéal pour les militaires pour  prendre la présidence du Conseil National de la Transition surtout que les dispositions prévues dans la charte lui autorisent.  Les militaires du CNSP après avoir  floué le M5-RFP en l’écartant de tous les postes décisionnels manœuvrent pour gérer l’organe législatif de la transition, où  toutes les lois sur la réforme de la loi électorale, administrative et institutionnelle seront soumises pour  examen.  Ce qui va consolider leur  main mise sur tous les domaines à savoir : la présidence de la République,  les postes clés dans le gouvernement et  probablement le poste de  l’organe législatif de la transition.

Le M5-RFP qui a précipité la fin du régime de l’ancien Président IBK en l’accusant du pêché d’Israël est loin de  voir le bout du tunnel tant le chemin pour instaurer une gestion collégiale des affaires  est  encore difficile à atteindre.  En appelant ses militants  à l’attente de ses mots d’ordre  pour une rupture véritable avec l’ancien système  qu’il estime reconduire par le CNSP, les responsables du M5-RFP auront du pain sur la planche.  Le Colonel Assimi Goïta et son clan  ont pris le pouvoir et entendent l’exercer seul. Pour preuve, ils ont signé plusieurs décrets dès le lendemain du renversement du pouvoir d’IBK  dans lesquels ils ont  nommé leurs proches au commandement de l’armée,  de la police, et récemment dans le gouvernement.

L’imam Mohamoud Dicko  qui semble être au sein du M5-RFP   la personnalité à craindre à cause de ses capacités à mobiliser les foules dans les rues de Bamako et à l’intérieur du pays a été très vite rapproché par les militaires, puis rassuré avec quelques postes  qu’ils ont attribué à ses proches dans le gouvernement  afin d’éviter une éventuelle contestation de leurs choix.   Ensuite la classe politique qui souffre d’une certaine crédibilité, car accusée d’être  à l’origine de tous les maux  du Mali depuis mars 1991, est aujourd’hui mise hors jeu de la transition. Et ils  sont entrain  de faire valoir cette rupture dans le choix des personnalités chargées de diriger la transition.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

13 COMMENTAIRES

  1. Je suis entrain de rire! KOTEBA version les felons arme’s de Kati continue!
    Whatever goes up will come down!!!

  2. Les militaires ont « parachevé » la lutte du M5, ils ont aussi « parachevé » les négociations pour la mise en liberté de Soumi et enfin ils vont « parachever » le processus de mise en place des organes de la transition en nommant Malick Diaw comme président du CNT. Le tour est joué et la boucle est bouclée. C’est l’ère du “parachèvement”.

  3. CE SERA BIEN QUE LE COLONE DIAW SOIT LE PRESIDENT DU CONSEIL
    ET J’ESPERE QU’ON VA PROROGER LA TRANSITION.
    VIVE LE CNSP VIVE NOS FORCES DE SECURITES VIVE LE PEUPLE MALIEN DIGNE ET DEBOUT.
    LA CEDEAO A ECHOUE ET TOUS LES ENNEMIS DU MALI ONT ECHOUE ET CONTINUERONS D’ECHOUER.

  4. Diaw n’est pas pressenti mais TRES senti, c’est le seul post qui reste pour etre occupe par les militaires du CNSP afin de garder le control total sur la transition, et voila.

    • Diaw n’est pas pressenti mais TRES senti, c’est le seul post qui reste pour etre occupe par les militaires du CNSP afin de garder le control total sur la transition, et voila.

      King, c’est pourquoi on avait prévenu en son temps de ne pas trop jubiler à cause d’un putsch téléguidé… Mais le plus dur est encore à venir, et c’est clair que la pilule sera difficile à avaler. Le réveil sera brutal pour le peuple.

      Pensées rebelles.

  5. L’appétit vient en mangeant. Quatre ministères sont occupés par la junte, deux ministères (éducation et finances) par leurs proches. Maintenant c’est au tour du conseil de transition d’être phagocyté par la junte avec la bénédiction de quelques naïfs.

    • L’appétit vient en mangeant. Quatre ministères sont occupés par la junte, deux ministères (éducation et finances) par leurs proches.

      Behanzin, le ministre des mines, de l’énergie et de l’eau est aussi un proche des bidasses. Ce qui explique que malgré sa fuite sur la pointe des pieds d’Orange-Mali sur fond de corruption, il lui a été confié un des portefeuilles les plus importants du gouvernement. C’est le peuple qui a applaudi le putsch, eh bien il aura sa dose…

      Pensées rebelles.

  6. Ces milititaires sont aussi des maliens!!
    On parle de Transition, alors ils seront la pour mettre de l´ordre, mettre un president proprement elu en place et cela dans 18 mois. Les politiciens n´ont qu´à s´orgniser pour les grandes elections generales qui arrivent.
    Depuis 1992 les politiciens sont au pouvoir!!! Le Mali s´est sous-developpé!
    Alors vivement le MALI KURA KURANI

  7. Vivement le colonel NDiaw a la tete du conseil national de la transition. Il est clair que ce sera que justice. Quand on laisse les seuls politiciens avides de pouvoir de s’entendre et de diriger un tel conseil, ils ne vont jamais s’entendre et ce sera une perte de temps. La tenue militaire ici est necessaire pour arreter les velleites des ennemis du Mali qui tenteront le desordre. On veut des lois fortes et bien reflechies pour donner la chance a un nouveau depart pour le Mali.

    Vive le CNSP et vive le Mali

  8. Ces pauvres militaires ont pris goût aux délices du pouvoir. On va voir s’ils vont le lâcher au bout 18 mois. Pas sûr 😂

    • Ces pauvres militaires ont pris goût aux délices du pouvoir. On va voir s’ils vont le lâcher au bout 18 mois. Pas sûr

      Vérité, les faits sont assez éloquents. Il ne reste qu’à laisser le temps au temps et tout se saura…

      Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here