Rassemblement du M5-RFP le vendredi dernier à Bamako : «Nous demandons à la CEDEAO, à l’UA, à la Communauté internationale de comprendre la crise malienne plutôt que d’infliger des sanctions»

4

Le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) a organisé, le vendredi 04 juin 2021, une grande manifestation sur le boulevard de l’indépendance de Bamako pour non seulement célébrer son premier anniversaire, mais aussi pour soutenir la transition en cours au Mali.

Au cours de ce grand rassemblement, le M5-RFP a invité la communauté internationale à accompagner le Mali. « Nous demandons à la CEDEAO, à l’Union Africaine, que dis-je, à la Communauté internationale de comprendre toute la profondeur de la crise malienne, de lui accorder toute l’attention et l’accompagnement nécessaires et de lui trouver la meilleure solution qui soit, plutôt que d’infliger des sanctions à un Peuple déjà meurtri par près de dix années de crise », révèle la déclaration liminaire du M5-RFP lue par Ibrahim Ikassa Maïga dudit Mouvement.

Plusieurs leaders, militants et sympathisants du M5-RFP ont pris part à ce grand rassemblement sur la place de l’indépendance de Bamako. Parmi eux, nous pouvons citer entre autres : Dr. Choguel Kokalla Maïga, Ibrahim Ikassa Maïga, Modibo Sidibé, Mme Sy Kadiatou Sow, Jeamille Bittar, l’Imam Oumarou Diarra. Sur les banderoles qui étaient affichées au cours de cette manifestation, on pouvait lire « M5-RFP (Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques). Le peuple malien et son armée, main dans la main pour la cohésion ».

Après l’exécution de l’hymne national du Mali, il ya eu des interventions. Ainsi, dans la déclaration liminaire du M5-RFP lue par Ibrahim Ikassa Maïga dudit Mouvement, il a salué les Maliens d’avoir massivement répondu aux appels des 5 Juin, 19 Juin, 10 Juillet et 11 Août 2020. « Vous aussi, Maliennes et Maliens des villes, des campagnes et de la Diaspora, avez confié à un Comité stratégique l’honneur, mais aussi le redoutable privilège de conduire les premiers pas de notre mouvement avec des orientations et des objectifs très clairs :

Lutter contre la corruption, la mauvaise gouvernance, le népotisme, l’impunité qui ont conduit notre pays au bord du précipice ; Veiller sur l’Etat de droit, la République, la Démocratie et la Laïcité ; Situer résolument toutes nos actions dans le strict respect de la Loi et le refus de la violence ;

Impliquer tous les Maliens à ce noble, exaltant mais combien difficile combat. Sans calcul autre que l’intérêt national, nous nous sommes collectivement engagés dans cette bataille sous le soleil ardent, la pluie, les gaz lacrymogènes, les arrestations, les condamnations intempestives et aussi les balles assassines tirées sur instructions politiques données par les princes du jour et qui ont fait des morts et des blessés, avec souvent des séquelles à vie », a déclaré Ibrahim Ikassa Maïga.

Face à l’autisme du pouvoir, dit-il, nous avons demandé le départ d’IBK et de son régime. Selon lui, cette lutte a été parachevée le 18 août 2020 avec l’intervention de nos vaillantes Forces de défense et de sécurité. « Après un moment d’incompréhension, les deux légitimités qui ont œuvré pour le changement, ont fini par se retrouver dans le cadre d’un partenariat stratégique pour rectifier la trajectoire de la transition et ainsi poser les jalons de la Refondation du Mali. Cette vaste entreprise sera inclusive et ouverte à toutes les personnes ou forces politiques et sociales acquises au changement. C’est pour cette raison qu’il serait réducteur de voir le rassemblement d’aujourd’hui comme la simple célébration d’un anniversaire.

Au-delà et bien au-delà, il s’agit de montrer à la face du monde un Peuple uni soucieux de prendre son destin en main par un changement de paradigmes et d’occuper toute sa place dans le concert des Nations », a souligné Ibrahim Ikassa Maïga.

A ses dires, cette quête d’un renouveau passera nécessairement par la mise en œuvre rationnelle et intelligente des dix points déclinés en dix-sept mesures fortes dont l’application permettra la rectification de la trajectoire de la Transition pour la Refondation totale du Mali. «Nous continuerons également à faire notre combat au quotidien pour nos compatriotes confrontés à toutes sortes de maux du fait du prince et des circonstances comme les déplacés internes et les réfugiés, ainsi que les victimes de spoliation, de démolition d’habitats, de dénuement total, les jeunes recalés victimes de la fonction publique. C’est dans ce contexte qu’il a été décidé de confier le poste de Premier ministre au M5-RFP, qui, à son tour, a désigné dans cette fonction le Président de son Comité Stratégique, Dr. Choguel Kokalla MAÏGA. Nous mesurons le poids, les difficultés et la gravité de la charge, mais nous sommes décidés à l’assumer sans reniement », a-t-il dit. Pour Ibrahim Ikassa Maïga, le jour de la victoire ne sera qu’au bout de l’effort collectif. « En tout état de cause, nous demandons à la CEDEAO, à l’Union Africaine, que dis-je, à la Communauté internationale de comprendre toute la profondeur de la crise malienne, de lui accorder toute l’attention et l’accompagnement nécessaires et de lui trouver la meilleure solution qui soit, plutôt que d’infliger des sanctions à un Peuple déjà meurtri par près de dix années de crise », a indiqué Ibrahim Ikassa Maïga. Il a fait savoir que le Peuple malien doit rester plus que jamais mobilisé et déterminé dans la mise en œuvre de son objectif stratégique de changement de système, sur l’ensemble du territoire national et dans la Diaspora, jusqu’à l’aboutissement de son combat patriotique pour la restauration d’un Mali démocratique, républicain et laïc, doté d’une gouvernance responsable et vertueuse. Quant à Dr. Choguel  K Maïga, il a invité les uns  et les autres à œuvrer pour que la transition réussisse. Par ailleurs, il a attiré l’attention de la communauté internationale que les menaces, les sanctions ne feront qu’empirer la situation au Mali. «Aujourd’hui, nous scellons définitivement la réconciliation entre les Forces armées maliennes (FAMAs) et le peuple malien. Nous pouvons dire aujourd’hui que  les FAMas et le M5-RFP se sont engagés pour une transition d’inclusion. Aucun malien ne sera laissé au bord de la route », a conclu Dr. Choguel K Maïga.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Nfp
    LA SANCTION INTERNATIONALE est la conséquence de la confiscation du pouvoir par un groupe d’individu.
    ON VEUT DES DIRIGEANTS ÉLUS PAR LE PEUPLE.
    Est ce par le seul coup de force militaire qu’un groupe d’individu confisque le pouvoir?
    Agressé régulièrement ses opposants,mettre des règles qui empêchent le peuple de s’exprimer valablement ne sont ils pas une confiscation de pouvoir par un groupe d’individu?
    Au BÉNIN,en CÔTE D’IVOIRE,en GUINÉE CONAKRY des opposants ont été empêchés de competir valablement.
    La différence de ces hommes politiques au pouvoir avec ASSIMI GOITA se situe au niveau de l’utilisation de la force armée,encore que la force armée est utilisée pour mater toute contestation.
    Donc on peut dire sans se tromper que le COUP D’ÉTAT est permanent en Afrique francophone.
    Seul celui perpétré par les militaires est dénoncé et sanctionné.
    La seule façon d’éviter les COUP D’ÉTATS est d’assurer la REFONDATION DE L’ÉTAT afin de réaliser la SÉPARATION DES POUVOIRS,l’indépendance de l’administration publique.
    C’est ce que prône le M5-RFP.
    Si elle n’est pas réalisée d’autres COUP D’ÉTATS sont en vu qu’ils soient civils(IBK en 2018)ou militaires(SANOGO et ASSIMI).
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE.
    La lutte continue.

  2. Sangaré
    “LA PRESSION DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE FAIT LE BONHEUR DU M5-RFP.”

    Ce que tu baptises pompeusement et solennellement “LA PRESSION DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE” 😄, s’appelle très simplement et très banalement des “sanctions internationales”, et depuis déjà TRÈS LONGTEMPS 😄, à TOUT pays de la planète qui, au 21eme siècle, serait encore assez con pour violer les règles INTERNATIONALES les plus élémentaires de démocratie et de bonne gouvernance !😎

    Dieu merci, en 2021 et donc au 21eme siècle, il n’existe quasiment plus sur terre de pays suffisamment arriérés pour recourir encore aux coups d’État, comme 50 ans en arrière…😎😎😎

  3. Dans la gouvernance d’un pays,seuls les ACTES parlent au peuple.
    LES MALIENS SONT DÉBORDÉS DE DISCOURT MIELLEUX SANS QUE LES ACTES SUIVENT.
    Les ANIMATEURS DU M5-RFP ont intérêt à incarner L’ESPRIT du mouvement dans les activités du gouvernement.
    Ils doivent savoir que face aux COLONELS ils sont une force populaire qui peut pousser les militaires à la sortie.
    LA PRESSION DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE FAIT LE BONHEUR DU M5-RFP.
    Ses animateurs doivent en profiter pour mettre en œuvre des mesures qui les heurtent notamment l’audit du ministère de la défense,menacer de quitter le gouvernement,si des mesures urgentes pour L’ARMÉE MALIENNE ne sont pas prises afin que nos guerriers puissent être dans les meilleures conditions de combat.
    LE COMPORTEMENT DES ANIMATEURS DU M5-RFP AU SOMMET DE L’ÉTAT VA GUIDER CELUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE.
    Elle souhaite que le Mali soit entre de bonnes mains.
    Si c’est fait,elle réajuste les sanctions au fur à mesure que l’Etat est bien géré.
    DES DÉCLARATIONS POUR RASSURER NOS PARTENAIRES NE SERVENT PAS À RIEN.
    Les ACTES sont plus crédibles.
    Les animateurs du M5-RFP doivent pouvoir imposer aux COLONELS L’ESPRIT qui fonde le M5-RFP décliné dans les 10 points.
    Si ce n’est pas fait,c’est l’échec de ceux qui ont été mandatés dans le gouvernement et probablement dans le CNT à la tête desquels CHOGUEL MAIGA.
    LE PEUPLE M5-RFP EST LÀ POUR SE MOBILISER À CHAQUE FOIS QUE DES MESURES EN RAPPORT AUX DIX POINTS SONT BLOQUÉES.
    Donc il y a certes la pression de la communauté internationale,mais aussi et surtout celle du peuple M5-RFP qui sera certainement rejoint par d’autres mouvements.
    La communauté internationale veut un pouvoir légitime en poussant à organiser rapidement les élections.
    Le peuple M5-RFP veut la bonne gouvernance en poussant à des réformes révolutionnaires.
    On a intérêt à plus prêter l’oreille aux souhaits du peuple M5-RFP.
    Un pouvoir légitime ne peut être mis en place sans qu’il soit satisfait.
    ON NE PEUT PLUS COMPTER SUR UN HOMME PROVIDENTIEL POUR ESPÉRER L’ÉLABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES RÉFORMES SOUHAITÉES.
    ATT et IBK servent de leçon aux maliens.
    En 1991,une CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE a décidé des réformes qui sont devenues obligatoires au président élu.
    Elles ont été mises en oeuvre pendant les deux quinquennats D’ALPHA OUMAR KONARÉ notamment la mise en place de la cour constitutionnelle,du conseil économique et social,la mise en œuvre de la décentralisation…..
    On veut que ça soit ainsi pendant cette transition.
    On convoque une assise nationale dont les résolutions seront souveraines.
    LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION SERA LE POINT CENTRAL COMME EN 1991.
    L’application de L’ACCORD D’ALGER sera mise à l’ordre du jour.
    Ce qui sera décidé est inspiré de la souveraineté du peuple malien.
    Sa décision s’impose à tous.
    LES ASSISES NATIONALES SOUVERAINES SONT CONTESTÉES PAR LES FOSSOYEURS ALLIÉS DU NEOCOLONISATEUR.
    Ils savent que ce qui sera décidé va consister à les neutraliser.
    Le NEOCOLONISATEUR français aussi n’a pas intérêt à des assises nationales souveraines.
    C’est pourquoi ils sont alliés avec nos fossoyeurs.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • “DES DÉCLARATIONS POUR RASSURER NOS PARTENAIRES NE SERVENT PAS À RIEN.
      Les ACTES sont plus crédibles.”

      Là par contre, je reconnais que ton propos est sensé.

      Et Dieu sait que ça n’arrive pas souvent 😄😄😄

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here