Résolution de la crise socio-politique: Assimi tend la main aux Mouvements signataires de l’accord

4

La  célébration de la semaine nationale de réconciliation (SENARE)  initiée  par les pouvoirs publics  continue  à diviser   les opinions  en raison   de son  caractère dit  “budgétivore”  à l’économie nationale.   Mais au delà  de ces aspects,   le président  Assimi   Goita   brise  le  silence  et  appelle    les  groupes armés,  signataires de l’accord  d’Alger  à  s’inscrire  dans une  voie pacifique  pour la sortie de crise.

Des  ballots sur la tête, des   sacs  contenants   de nourritures   sur le dos,  des centaines    de personnes  effrayées  par des  menaces  terroristes  et conflits fratricides s’exilent   dans  les  pays  frontaliers.  D’autres, pour chercher de l’abri se sont   réfugiés   dans la capitale,   le  temps  d’un éventuel    retour définitif de la paix.    Ce tableau sombre   qui  dépeint   la crise actuelle de notre  pays  est  malheureusement   le quotidien de nos populations vivant dans le nord   y compris  celles du centre.  En effet,   penser  que   la montée en puissance de l’armée pourrait   en elle seule,  mettre fin à cette guerre asymétrique constituerait  une mauvaise lecture en soi,   d’autant  que  sa réponse résiderait  au  développement  socio-économique et politique.    Cela étant,  les  autorités  maliennes   semblent  opter déjà   pour un  règlement   pacifique des  différends  qui  passe  nécessairement  par l’instauration  de  la culture de la paix entre  les communautés  souvent   instrumentalisées  à d’autres  fins  dont  elles-mêmes   ignorent  la  motivation.   D’où   la tenue  de la toute première  édition  de la semaine nationale de la réconciliation ( SENARE)    initiée  par le ministère de tutelle  qui  débute du 15 au 21  septembre  et  placée  sous  le  thème” Faisons de la diversité un atout de la cohésion sociale au Mali “.  Pour  rappel, cette initiative   issue  de  la loi  d’entente  nationale   a  été  institutionnalisée en 2019  dont l’objectif   est  de mobiliser  toutes les sensibilités  du pays  autour  des idéaux   de paix,  facteur   de cohésion sociale.  Et  pendant  les travaux de lancement,   le  Colonel Assimi Goita,   va   renouveler son appel  aux mouvements  signataires  de l’accord  d’Alger  toujours  réticents dans  leur  position initiale. ”  Je ne doute point de votre volonté  d’apporter toute votre contribution à l’édification  de cette nation résolument  engagée dans une dynamique de refondation”, a-t-il déclaré   avant de les inviter à  l’union sacrée  autour du Mali  afin de relever  non seulement  les défis de l’heure mais  également,  de  chasser    les démons  de  la haine  et   de division et ce,  dans  un  climat  pacifique.   Enfin,  que  le  Colonel Goita  soit  entendu ou pas,  tout  porte à croire que  la réclamation de  ses  droits   ne sauraient se faire  avec  des armes,   synonyme  selon certains,  de  défaillance intellectuelle  et d’objectivité.    Et  les mouvements armés  du nord doivent   sortir  de  cette  logique,  pratique   d’une autre époque qui  ne rime   pas avec  des  démarches   entamées   par les autorités  de Bamako.

Yacouba COULIBALY

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. 😎LES NAA MAA DENW NE FONT QUE GAGNER DU TEMPS À LEUR FAVEUR! CES GENS TRAHIRONT TOUJOURS NOTRE NATION NOTRE PEUPLE! DES INTRUS SUR LES TERRES DES HOMMES NOIRS! SURLES TERRES KAAFRS TRRES DES FAAROHW!😎

  2. ‘La CMA change de couleur tout le 10 minutes comme un caméléon.’
    Bien dit
    CMA n’est pas un partenaire fiable.
    une perte de temps.
    Assimi le sait.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here