Suspension de l’exportation de quelques produits agricoles : La présidente de l’ASCOMA salue la décision

1

Depuis le 06 décembre 2021, le Gouvernement du Mali, à travers l’arrêté interministériel N° 2021- 5126 MIC-MEF, a suspendu l’exportation de la graine de coton, du tourteau de coton, du mil, du sorgho, du maïs et du riz local. Cette décision a été saluée par la présidente de l’Association des consommateurs du Mali (ASCOMA). Mme Coulibaly Salimata Diarra pense que c’est une manière pour notre pays de s’auto approvisionner. Elle affirme aussi que cette décision est une façon de lutter contre la flambée des prix et de faire en sorte que nous puissions consommer local. « C’est le consommer local qui nous fait avancer », a-t-elle dit.

Contactée par nos soins, la présidente de l’Association des consommateurs du Mali (ASCOMA), Mme Coulibaly Salimata Diarra, a fait savoir que par cette décision, notre pays est en train de s’auto approvisionner. « C’est l’exportation qu’ils veulent arrêter. Le Mali est sur le point de se nourrir par ses produits. C’est fait pour que les consommateurs maliens puissent se nourrir de ces différentes céréales que nous avons ici et de nous prendre en charge de façon efficace », a-t-elle dit. Elle s’est félicitée de cette décision des autorités à condition que les produits que le pays produit soient assez suffisants pour nous nourrir sans l’importation. « Aujourd’hui, le Gouvernement qui est là n’est pas en mesure de prendre des décisions qui peuvent perturber la consommation intérieure. Cela n’est pas possible, c’est la façon dont je les vois travailler. C’est une très bonne décision. Consommons local, l’argent reste dans le pays, les paysans vont bénéficier en termes de disponibilité financière », a déclaré la présidente de l’ASCOMA. Selon la première responsable de l’ASCOMA, cette décision ne peut que relever le niveau des populations et réduire la pauvreté. Elle a souhaité que le pays puisse vivre de ses propres moyens afin que nous soyons moins dépendants de l’extérieur, toute chose qui bénéficie au pays. « Tant que nous avons suffisamment de produits locaux qui peuvent nous nourrir, au lieu d’envoyer notre argent à l’extérieur maintenons ici et faisons en sorte que ceux qui font ce travail puissent en tirer les meilleurs bénéfices. Cette décision est une façon de lutter contre la flambée des prix et faire en sorte que nous puissions consommer local. C’est le consommer local qui nous fait avancer », a conclu Mme Coulibaly Salimata Diarra.

Sidiki Dembélé

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. l’ASCOMA existe de nom et non pas d’action , faites un sondage pour en savoir plus , merci au gouvernement de la transition, les exonérations sont accordées chaque année depuis 91 à nos jours, mais le bas peuple ne sent rien , car les prix restent toujours inchangeables malgré les exos.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here