Crise à la FEMAFOOT : Le Tribunal Arbitral du Sport siffle la fin de la récréation

6

C’est dans une ambiance très tendue que la décision du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) est tombée. Une décision qui déboute les demandeurs Yeli Sissoko, la ligue régionale de Bamako, le Club Olympique de Bamako ainsi que le Djoliba AC contre l’assemblée générale du 10 janvier 2015 de la Fédération Malienne de Football et les décisions qui y ont été adoptées. Ainsi déclare t-il irrecevable leur appel déposé le 20 mai 2015.

Dans les conditions normales, cette décision met fin à la longue crise qui secoue la planète foot au Mali. Mais, au regard du niveau de désamour entre les deux camps, qui a atteint un point de non retour, il serait illusoire de croire que les protagonistes pourront entendre raison en ce moment précis. Surtout la position du ministre des Sports, Housseiny Amion Guindo, n’est pas de nature à arranger la situation. Sa sortie musclée à la télévision, le mercredi soir à la faveur d’une activité de la fédération de Basketball pourra contribuer à durcir la position des extrémistes des deux bords. Les contestataires se sentiront protégés par un parapluie de fer. Dès lors ils ne vont plus reculer d’un pas. Et le bureau fédéral aussi fort du soutien du TAS, adoptera probablement la même attitude. Finalement, c’est le football malien qui perd. Car, sans consensus, la FIFA, qui assure la gouvernance mondiale du football sera obligée d’intervenir et la sentence est connue de tout le monde. C’est la sanction de notre pays de toutes ses activités à l’échelle mondiale. Et ce ne serait pas juste de faire subir par la jeunesse malienne les conséquences d’une faute commise par les adultes.

Déjà, la carrière de l’international junior du Djoliba AC (DAC), Fallaye Sacko, est hypothéquée à cause de l’hérésie de certains dirigeants. Selon nos sources, c’est Yeli Sissoko et l’ex-entraineur Ivan qui se seraient fait passer respectivement Président et Directeur sportif du DAC pour le vendre à un club belge. Mais, malheureusement pour eux et le jeune footballeur, ils auraient falsifié son âge pour faire la transaction. Mais, ils ignoraient que le joueur avait déjà été enregistré à la CAF ainsi qu’à la FIFA avec l’âge contenu dans son passeport lors de la dernière Coupe d’Afrique des Juniors, jouée du 08 au 22 mars 2015 à Dakar. Notons que son équipe a été vice-championne d’Afrique dans leur catégorie derrière le Sénégal qui les a battus en finale.

Après leur départ de Belgique, le pot aux roses a été découvert. Les agents qui ont facilité la transaction, un congolais naturalisé belge, qui s’appelle Prosper et sa collaboratrice belge, ont été obligés d’effectuer le déplacement de Bamako pour en savoir plus. A leur arrivée, ils se sont transportés au siège de la FEMAFOOT où ils ont été reçus par le secrétaire général Yacouba Traoré dit Yacoubadjan. Selon nos sources, les visiteurs auraient demandé l’appui de la Fédération pour pouvoir changer l’âge de Fallaye Sacko à la source afin de le mettre en cohérence avec celui qui a été porté sur les documents de la transaction. Ce qui n’est pas une chose aisée naturellement. Car, cette opération consisterait à changer carrément le dossier du joueur. Ce que le secrétaire général a récusé d’un trait. Aujourd’hui, la carrière du joueur est fortement menacée. Car, les belges ont été obligés de suspendre son contrat et il se trouve présentement à Bamako, sans club. Parce qu’avec une telle situation, il ne peut ni jouer au Djoliba, son club d’origine encore moins dans son nouveau club. Surtout, qu’il devrait normalement jouer en Hongrie dans un autre club appartenant au président de son club belge. Du coup, il devient victime d’une querelle d’éléphant qui ne le concerne en rien.

C’est pour éviter des situations du genre, que le ministre devrait rester à équidistance des protagonistes d’un conflit de quelque bord que ce soit. Surtout qu’il avait trouvé matière pour s’en laver les mains. La décision du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) lui offrait une opportunité de faire marche arrière et comprendre qu’il y va de l’intérêt du football malien.

M. A. Diakité

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. 🙄
    Toi, (Ancien Footbaleur) tu es un supporteur du Stade, la seule decision du Ministre est valable pour la sortie de la crise. Au temps de feu Kola Cisse, le Nianan de koulikoro etait dans cette situation mais pour regler le probleme du Nianan Kola a fait 16 equipes pour la lique1 et je vois ce Nianan aujourd’hui avec Banou Makadji en tete que le Djoliba AC doit descendre en 2eme division c’est honteux pour lui.

    Donc le peuple malien est derriere son Ministre de Sport qui la meilleure option.

    Vive le Mali

  2. Franchement ce problème de fédération est un faux. Pourkoi les lois ont été mise en place. C’est parce qu’entre humaiins à cause des intérêts antagonique on ne peut pas s’entendre d’où des querelles ou l’anachie. Ce problème est un faux car il faut éviter de tomber dans l’annarchie en appliquant tout simplement la lois. Sinon les position sont telles que on ne peut pas faire de consensus, la solution du Ministre est tardive et non adaptatée. C’est comme si l’opposition se lève aujourd”‘hui pour demander le départ de IBK. Ca ne marchera pas car il a un mandat du peuple.

    • Je suis d’accord avec toi !
      Je dirai même que depuis plusieurs années, notre football est pris en otage par ces mêmes gens. Aujourd’hui nous avons un pdt de la fédération qui a le courage d’appliquer les textes, nous devons le soutenir car le fait est rare du coté de nos dirigeants. Toujours on nous parle de consensus, quand est ce qu’on appliquera nos textes alors ?
      Le seul problème c’est les perdant de la dernière élection des membres du bureau fédéral, n’ont pas pu digérer leur défaite, ils sont près à tout pour mettre en échec tous les chantiers de l’actuel bureau.

Comments are closed.