Forum sur «l’Education à la culture de la paix» : acteurs et experts en conclave pour trouver les meilleurs mécanismes de pacification de l’espace scolaire

1
Une vue du presidium
Une vue du presidium

Bamako abrite et, pour deux jours, (28 et 29 septembre) une importante rencontre, destinée à la promotion de la culture de la paix, au Mali, en général, particulièrement dans l’espace scolaire. Le Forum sur «l’Education à la culture de la paix», est une initiative conjointe du Gouvernement japonais, de l’UNESCO et du Ministère de l’éducation nationale du Mali.

La rencontre entend, en outre, offrir un cadre d’échanges fructueux entre différents acteurs (personnel de l’éducation, société civile,  experts en éducation à la culture de la paix, ainsi que les représentants de certains pays ayant vécus des crises politico sécuritaire) en vue de proposer des mécanismes renforçant la sécurité et la quiétude dans l’espace scolaire.

Sous la présidence du ministre de l’éducation nationale, Kénékou dit Barthélemy Togo, les travaux du forum ont débuté et dureront 48 heures au cours desquelles la centaine de participants devront accorder leurs violons, au sujet des concepts clés  relatifs à l’éducation à la culture de la paix, en vue d’une plus grande pacification de l’espace scolaire.

M Lazare ELOUNDOU, chef du bureau Unesco Bamako, a évoqué tout l’intérêt que son organisation (l’UNESCO) attache à la tenue d’un tel forum ; une rencontre qui vient, selon lui, engager la réflexion sur une thématique importante : «l’éducation à la culture de la paix et du vivre ensemble». Le chef du bureau UNESCO de Bamako a, ensuite, livré aux participants le contenu du message que Mme Ann Thérèse Ndong-Jatta, directrice du bureau régional multisectoriel de l’UNESCO, a rédigé pour la circonstance…

Selon Akira MATSUBARA, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon au Mali, le forum sur l’Education à la culture de la paix et du vivre ensemble, est le couronnement d’un important projet, «le projet d’éducation en situation d’urgence en vue de renforcer la résilience au Sahel et au Mali» ; un projet financé par le gouvernement japonais à hauteur de 500 mille dollars US (245 millions de francs CFA). «Le gouvernement du japon accorde une grande importance à la question de l’éducation au Mali depuis une vingtaine d’année. Pendant que le Mali faisait face à une crise multidimensionnelle paralysant le système éducatif dans certaines régions du nord, surtout depuis 2012, le gouvernement du japon a décidé de financer ledit projet qui est une de nos premières réponses aux effets néfastes de cette crise. Ce projet s’inscrit en droite ligne des priorités du plan d’Actions de Yokohama 2013-2017, de la Conférence Internationale de Tokyo pour le Développement de l’Afrique (TICAD) ; il vise à consolider la paix et la stabilité du pays, à renforcer la résilience sociale et à promouvoir l’intégration  et l’inclusion», a déclaré le diplomate.

Dans son allocution, Mme Mbaranga GASARABWE, coordinatrice résidente du système des Nations Unies au Mali, a évoqué le changement de contexte marqué par le passage des objectifs du millénaire pour le développement à celui des «Objectifs de Développement Durables» récemment adoptés par les Nations Unies. Selon la représentante résidente du système des Nations Unies, ces nouveaux objectifs forment un programme de développement  durable, universel et ambitieux, conçu avec la contribution de l’UNESCO. «Dans ce contexte, l’importance d’une éducation inclusive de qualité pour tous et d’une éducation à la culture de la paix seront réaffirmés par l’ensemble des acteurs», a-t-elle souligné.

Depuis 2012, et suite aux douloureux évènements, la problématique de la culture de paix s’est constamment posée au département. Lequel, grâce à l’accompagnement de Partenaires techniques et financiers, a multiplié formations et ateliers (sur la même thématique) à l’intention, à la fois, du corps enseignant, du personnel d’encadrement, que des représentants de la société civile. .

Pour le ministre de l’éducation nationale, le fait que ce forum se tienne dans un contexte marqué par la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation, a tout son sens. «Lors de cette rencontre, il est attendu du système éducatif, un rôle majeur, notamment celui de faire véhiculer une culture de la paix et du vivre ensemble, par les acteurs et partenaires de l’école», a affirmé Kénékuo B Togo.

Le forum dont les conclusions sont attendues avec impatience par le gouvernement, s’est déroulé en plusieurs sessions au cours pendant lesquelles certains sujets ont été traités. «L’alphabétisation, gage de compréhension mutuelle, de consolidation de la paix et de l’unité nationale », «les valeurs socioculturelles : facteurs de cohésion sociale et de consolidation de la paix », «les tuteurs/tutrices de résilience : l’entraide », «l’implication des communautés dans la gestion de l’école en mode décentralisé», sont autant de thématiques abordées au cours de la rencontre; qui, tant par la qualité des participants que le profil des experts (Maliens et étrangers), aura été un impressionnant espace de dialogue, de partage et d’enrichissement mutuel. Un espace qui est venu aussi mettre en évidence une vision qui fonde depuis toujours l’engagement de l’UNESCO : «Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix…. ».

Papa Sow/Maliweb.net

PARTAGER

1 commentaire

  1. Bonne initiative. Ce forum vient à point nommé. Merci Unesco pour ce que vous faites au Mali dans le domaine de l’éducation et même de la culture.

Comments are closed.