Mali: quand les troupes franco-tchadiennes font face aux enfants soldats

13

soldat françaisDepuis le dĂ©but de l’intervention au Mali, c’est un phĂ©nomĂšne dont on parle peu : la prĂ©sence d’enfants soldats enrĂŽlĂ©s de force par les groupes armĂ©s sur les champs de bataille. Certains d’entre eux ont Ă©tĂ© fait prisonniers par les armĂ©es française et tchadienne, qui combattent les islamistes dans le nord. Ils ont Ă©tĂ© confiĂ©s Ă  l’Unicef.

Les photos sont confidentielles. Prises par les Tchadiens et les Français dans la vallĂ©e d’Ametetai, le fief d’al-QaĂŻda au Maghreb islamique (Aqmi), elles montrent une partie des cadavres des jihadistes. Sur une vingtaine de combattants, plus de la moitiĂ© sont soit de jeunes adultes, soit des adolescents.

La prĂ©sence d’enfants soldats a choquĂ© les militaires français. Le gĂ©nĂ©ral français Bernard Barrera, chef de l’opĂ©ration Serval, le concĂšde : « Ce qui nous a choquĂ©s, c’est vrai, c’est de se retrouver face Ă  des enfants soldats. Quand vous voyez des gamins de 10 ou 12 ans qui s’approchent Ă  200 mĂštres des troupes en armes, et qui montrent qu’ils n’ont rien sous le tee-shirt, comme pour montrer qu’ils n’ont pas d’explosifs, ça veut bien dire qu’ils sont formĂ©s pour s’approcher sans crainte. »

Des enfants soldats « formĂ©s », et mĂȘme embrigadĂ©s, d’aprĂšs le capitaine Lionel, du deuxiĂšme raid. « C’est quand mĂȘme plus facile d’envoyer un jeune, de manipuler ces gens-lĂ , pour porter de l’eau ou des munitions », dĂ©crypte-t-il.

Sale guerre

Guide pour l’armĂ©e française, le caporal Ag Dossane fait partie du bataillon du El Hadj Ag Gamou. Il accuse les groupes touaregs, notamment le Mouvement national de libĂ©ration de l’Azawad (MNLA), d’avoir recrutĂ© des enfants soldats pour Aqmi : « Ce sont les petits enfants du nord du Mali, du Niger et de Gao. Les Aqmi ne rentrent pas dans les familles. Ils vont commissionner les MNLA pour amener les enfants pour eux. »

Pour le gĂ©nĂ©ral Barrera, la prĂ©sence d’enfants soldats est l’un des premiers Ă©lĂ©ments qui permet de connaĂźtre le fonctionnement d’Aqmi : « Ca dĂ©crĂ©dibilise Aqmi, estime-t-il, parce que les enfants soldats, ça on n’a pas l’habitude. Ce n’est pas une belle guerre quoi. Ce n’est pas un truc de soldats. »

Sept enfants soldats ont Ă©tĂ© confiĂ©s Ă  l’Unicef depuis le 9 mars dernier. D’autres pourraient bientĂŽt les rejoindre. Laura Perez, du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), est spĂ©cialiste de la protection des enfants pendant les conflits armĂ©s. Elle Ă©voque le sujet avec beaucoup de prĂ©caution :

« Ce sont des enfants qui ont entre 12 et 18 ans. Ils viennent du nord mais je ne suis pas libre de vous donner des informations spĂ©cifiques sur eux. Il y a un risque trĂšs grand de reprĂ©sailles contre ces enfants, parce qu’en gĂ©nĂ©ral, ils sont vus comme des terroristes et les gens ne comprennent pas qu’ils sont en fait des victimes, qui ont besoin d’ĂȘtre protĂ©gĂ©es, d’ĂȘtre assistĂ©es. »

Besoin d’aide

Inutile donc de chercher Ă  connaĂźtre leur nationalitĂ©, les conditions dans lesquelles ils ont Ă©tĂ© recueillis, ni mĂȘme l’endroit oĂč l’Unicef les prend aujourd’hui en charge, leur prodiguant notamment des soins mĂ©dicaux – certains sont arrivĂ©s blessĂ©s -, une aide psychologique, mais aussi l’alphabĂ©tisation ou l’apprentissage d’un mĂ©tier.

Selon Laura Perez, « aujourd’hui ils semblent ĂȘtre Ă  l’aise. Ils regardent beaucoup la tĂ©lĂ©vision. On se rend vraiment compte que ce sont des enfants. Ils demandent Ă  parler avec leur maman. Ils ont vĂ©cu des expĂ©riences assez difficiles dans le nord, parce qu’ils Ă©taient dĂ©tenus pendant les combats. Aujourd’hui, ils sont tranquilles. Ils comprennent qu’ils sont en train de recevoir de l’aide et ils l’acceptent. Ils jouent ensemble, ils veulent voir la famille. » Et Mme Perez d’insister encore : « Ce sont vraiment des enfants ».

Des recherches sont menĂ©es pour retrouver les familles de ces enfants. Mais ces derniers ne quitteront pas le centre Unicef avant que les esprits ne s’apaisent et que la situation dans le nord leur soit plus favorable. Cela pourrait prendre, d’aprĂšs l’Unicef, jusqu’à une annĂ©e.

 

Docteur Patrick Clervoy

Psychiatre, service de santĂ© des armĂ©es. Auteur de l’ouvrage «Dix semaines Ă  Kaboul» (Ă©d. Steinkis)

Dans notre culture, un soldat est prĂ©parĂ© Ă  combattre quelqu’un qui lui ressemble. Ce qui peut ĂȘtre traumatisant au plan psychique pour les personnels, c’est d’avoir devant eux des gens qui ne sont pas les combattants sur lequel ils ont anticipĂ©

 

Par RFI

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. Patience, patience, l’armĂ©e malienne se rĂ©veillera. Et Kidal votera avec le reste du Mali. Jusqu’Ă  ce jour, la France n’a eu que ses yeux pour pleurer de la collaboration avec le MNLA: rien que des morts et des blessĂ©s. ET ZERO OTAGE EN VUE…

    • @ Nonalinertie………..on dirait que tu te rejouis que l’armĂ©e française n’ai pas encore retrouvĂ© d’otages ,qu’ils soient morts ou vifs . Assez degueulasse et imbecile de ta part 👿 👿
      D’autre part ce n’est pass le MNLA qui a pris des otages français ,mais ces pu.tains de barbus que vous hebergiez depuis 10 ans au Mali 😳 😳 😳 alors tu n’as pas a pavoiser lĂ  dessus et les autres maliens non plus 😳 😳 😳

      • LĂ  tu touches l’endroit sensible ……
        😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
        Et tu vas encore te faire insulter !

        En plus ,”nonalinertie” ignore encore que c’est le MNLA du SUD hĂ©bergĂ© Ă  KATI qui a fait pĂ©ter les caisses du TrĂ©sor Public ……… NE LE LUI DIS SURTOUT PAS !

  2. Moi je ne comprend pas cette photo…un militaire en position de combat alors que des enfants de 3 ans se baladent ds les environs comme si de rien n’etait???…bizarre…..Dites aux enfants au moins de rester chez eux au lieu de les laisser se balader sous le feux…. ❓ ❓ ❓ ❓

  3. Partout, on utilise les enfants, en 1991, au mali c’Ă©tait les enfants comme fer de lance de la rĂ©volution qui malheureusement a Ă©tĂ© confisquĂ© par des vieux vĂ©reux! Ils sont les Ciwara!!!

  4. les enfants soldats c’est la vĂ©role de l’Afrique , pas un seul pays ou une rebellions ne trouve ainsi de la chair Ă  canon bon marchĂ© !! Au Mali vous avez l’impression de dĂ©couvrir çà parce que sont concernĂ©s de jeunes enfants maliens 🙁 🙁

    • C’est comme les clubs de football, ils recrutent et forment aussi des petits!

    • Qui a posĂ© la bombe de Boston ???? Mr des scoops… 😆 😆 😆

  5. IL n’ya pas de surpise,tout le monde savait qu’il y avait le risque de manipuler nos enfants pour les envoyer a l’abbatoir.ILs n’ont jamais manque de le faire dans d’autres pays.La surprise est et restera le fait que nous on les a laisse faire pendant toute une annee sans etre inquietes.

  6. Mobilisons tout les jeunes du Mali a la cause de l’avenir de notre patrie … je vois p de journalist parler de lui, ( ZOUMANA SACKO ), mais mais mais, jeunes du Mali, je vous jure qu’il est le meilleur candidat parmis tout ces Bamba ( crokodile) lol.

    Let’s all vote for him so we can have a better Mali , An Se kena tieeeeeee …. i pray god so he can get elected for sake of Maliba, my country. VIve ZOU VIve ZOU VIve ZOU VIve ZOU

    • sissoko
      Mon frere tu ne fais que dire la verite.La preuve est que c’est lui qui est le premier a etre Premier Ministre Pleins Pouvoirs et qu’il a mis le pays sur les rails sans meme s’enrichir.Comme si il avait eu tort de ne pas voler,il est aujourd’hui ignore par l’electeur qui croit plus au bienfait d’un T-shirt qu’a celui de la reconstuction nationale.

Comments are closed.