Achat d’un avion présidentiel : Le chef de cabinet dément mais….

36

FalconC’est autour d’une table de dîner à l’hôtel Kanaga de Mopti ce mardi 18 mars que le  directeur de  cabinet de la présidence du Mali, Mamadou Camara, s’est largement entretenu avec les hommes de médias. Pour l’occasion, beaucoup de sujets d’actualités ont été débattus dont la fameuse question de l’achat d’un nouvel avion par la présidence.

 

 

S’expliquant sur ce sujet, M. Camara a précisé que l’appareil actuellement utilisé par le Chef de l’Etat est une location contrairement aux rumeurs qui courent et faisant état de l’achat de ce « Falcon  C.S DTW» qui ne peut par ailleurs transporter  que 14 personnes.

 

 

Toutefois M. Camara a prôné l’achat très prochainement d’un Boeing au compte de la république du Mali.  Cet appareil, a-t-il précisé, sera acquis sous forme de prêt remboursable par étape.

 

 

Et le Boeing précédemment utilisé par les président Amadou Toumani Touré et Dioncounda Traoré, lequel se trouve actuellement croulé au sol de l’aéroport international de Bamako-Senou ?  Pourquoi le président IBK ne l’emprunte pas ?

 

Pour Réponse M. Camara a précisé que cet appareil a fait l’objet d’une visite technique en septembre dernier, laquelle visite, à ses dires, a signalé l’état de l’avion très risqué et non approprié aux voyages présidentiels. Par ailleurs l’appareil sera bientôt mis en vente, a précisé M. Camara.

 

PARTAGER

36 COMMENTAIRES

  1. Marcel Von SANGARE, vous êtes où vous chomez ou koi tout ce commentaire prkoi? on s’en fou………….. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  2. Les gars SVP arrêtez vos histoires. L’avion a été loué par le Gabon pendant un an et mis au service du MALI. Le MALI ne paie pas un franc de location de cet avion!!!

  3. IL N’EST PAS INSENSÉ D’ESTIMER QUE LE BOEING 727 ACTUELLEMENT UTILISE PAR L’ETAT MALIEN SOIT AU SEUIL DE SA VIE UTILE

    CAR L’AVION ACTUELLEMENT DÉTENU PAR L’ETAT MALIEN EST UN BOEING 727 ET NON 737
    CELUI-CI SE DISTINGUE PAR LE 3EME MOTEUR AU NIVEAU DE LA QUEUE DE L’AVION
    ALORS QUE LE BOEING 737 BEAUCOUP PLUS RÉCENT NE DISPOSE QUE D’UN MOTEUR SOUS CHAQUE AILE
    CECI DIT, 20MDS FCFA POUR UN AVION DE LA TAILLE D’UN FALCON AURAIT ÉTÉ TRÈS CHER PAYE POUR UN PAYS COMME LE MALI

    A MON AVIS, LE PRÉSIDENT IBK VA SUIVRE LE MODÈLE DE SON HOMOLOGUE ABDEL AZIZ DE MAURITANIE QUI UTILISE LES APPAREILS DE MAURITANIA AIRLINES POUR SES DÉPLACEMENTS OFFICIELS.

    MON SENTIMENT EST QUE LE BOEING (SUREMENT 737-700)QUE LE MALI VA ACQUERIR SERVIRA TOUT A LA FOIS AU TRAFIC COMMERCIAL DE LA NOUVELLE SAHEL AIRLINES EN GESTATION AINSI QU’AUX VOYAGES PRESIDENTIELS

  4. Transport aérien des chefs d’État

    Cet article ou cette section est à actualiser.
    Des passages de cet article sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à vérifier.

    Plusieurs pays possèdent un ou plusieurs avions spéciaux pour le transport de leur chef d’État ou des membres de leur gouvernement. Le plus connu d’entre eux est Air Force One, utilisé par le président des États-Unis et géré par l’US Air Force.

    Sommaire: A B C D E F G I J K M N O P R S T U V Y – Notes
    Afrique du Sud

    Le secrétaire sud-africain de la défense, Sam Makhudu Guluybe, a finalisé l’achat de deux nouveaux appareils en juin 2012, à Washington. Il s’agit d’un Boeing 777 BBJ modifié (coût estimé : 230 millions de $, après une ristourne de plus de 300 millions de la part de BBJ1), destiné à remplacer à terme le Boeing 737 “Inkwazi”, actuellement en maintenance ; ainsi que d’un Bombardier Global Express, pour un coût de 28 millions de $, destiné à l’usage exclusif du vice-président2.
    Appareils principaux

    – Utilisateur(s)
    Président de la république
    Vice-président
    Gouvernement
    – Nombre et Type(s) d’appareil(s) – (Dénomination)
    1 Boeing 777 BBJ1
    1 Bombardier Global Express 600
    1 Boeing 737 BBJ – (Inkwazi – Aigle pêcheur)
    – Superviseur(s)
    Force aérienne sud-africaine3 (SAAF)
    – Base aérienne
    AFB Waterkloof (en), Pretoria

    Appareils secondaires

    – Utilisateur(s)
    Gouvernement
    Diplomates
    – Nombre et Type(s) d’appareil(s) – (Dénomination)
    1 Falcon 900
    2 Falcon 50
    2 Cessna Citation II (en)
    – Superviseur(s)
    Force aérienne sud-africaine3 (SAAF)
    – Base aérienne
    AFB Waterkloof (en), Pretoria

    Allemagne

    La flotte d’appareils de transports officiels allemands est supervisée par la Flugbereitschaft des Bundesministeriums der Verteidigung (de), le centre de gestion des vols du Ministère fédéral de la Défense, dépendant elle-même de la Luftwaffe4.

    Les six Airbus A310-3045 en service peuvent être utilisés pour diverses tâches, telles que le ravitaillement en vol (Airbus A310 MRTT), le transport de personnel et matériel militaire (Airbus A310 MRT / PAX), ou encore l’évacuation sanitaire (Airbus A310 MRT MedEvac). Deux d’entre eux, qui appartenaient auparavant à la compagnie est-allemande Interflug, sont spécialement dédiés au transport de personnalités (Airbus A310 VIP).

    En mars 2008, le ministre de la Défense annonça son intention d’acheter des Airbus A340-300 d’occasion à la Lufthansa en prévision du remplacement des actuels Airbus A310. L’acquisition et la reconversion de deux appareils ont été approuvées par le Bundestag, le parlement allemand, le 12 mars 20086. Ils ont été aménagés par Lufthansa Technik et sont actuellement en service opérationnel.

    Airbus A340-313

    Bombardier Global Express 5000

    Airbus A310 MRTT

    Airbus A310 MRT MedEvac

    Appareils principaux

    – Utilisateur(s)
    Président de la république
    Chancelier
    Gouvernement
    Parlementaires
    – Nombre et Type(s) d’appareil(s) – (Dénomination)
    2 Airbus A340-3137
    2 Airbus A319 CJ8
    4 Bombardier Global Express 50009
    – Superviseur(s)
    Flugbereitschaft des Bundesministeriums der Verteidigung
    – Base aérienne
    non-dédiée

    Appareils secondaires

    – Utilisateur(s)
    Diplomates
    Parlementaires
    Personnel militaire
    Personnalités
    – Nombre et Type(s) d’appareil(s) – (Dénomination)
    2 Airbus A310 VIP – (Konrad Adenauer (10+21) / Theodor Heuss (10+22))
    4 Airbus A310 MRT/MRTT/PAX/MedEvac
    3 Eurocopter AS532 Cougar10
    – Superviseur(s)
    Flugbereitschaft des Bundesministeriums der Verteidigung
    – Base aérienne
    non-dédiée

    Algérie

    L’État algérien a fait l’acquisition, en 2009, d’un Airbus A340-500 neuf (coût estimé : 312 millions de $), réceptionné l’année suivante11. Le président Abdelaziz Bouteflika est censé l’utiliser pour ses déplacements à l’étranger, en remplacement du Gulfstream GV, désormais dédié aux déplacements du gouvernement et des diplomates. À l’heure actuelle, l’appareil ne comptabilise que 30 heures de vol.
    La flotte officielle algérienne est gérée par le G.L.A.M., le Groupe de Liaisons Aériennes Ministérielles, dont la base d’attache se situe à Boufarik, entre Blida etAlger.
    Appareils principaux
    Airbus A340-500

    – Utilisateur(s)
    Président de la république
    Gouvernement
    – Nombre et Type(s) d’appareil(s) – (Dénomination)
    1 Airbus A340-500 – (7T VPP)
    1 Gulfstream G500 – (7T VPG)
    – Superviseur(s)
    G.L.A.M.
    – Base aérienne
    Boufarik

    Appareils secondaires

    – Utilisateur(s)
    Gouvernement
    Diplomates
    – Nombre et Type(s) d’appareil(s) – (Dénomination)
    4 Gulfstream IV
    – Superviseur(s)
    G.L.A.M.
    – Base aérienne
    Boufarik

    Arabie saoudite

    Le Vol royal d’Arabie saoudite gère un Boeing 747-300 (numéroté HZ-HM1A), à l’usage du roi d’Arabie saoudite. Ainsi qu’avec 2 747-sp VIP.
    Argentine
    Tango 01 de la République argentine.

    Le Agrupación Aérea Presidencial (Groupe aérien présidentiel) est l’unité de transport du chef d’État argentin.

    La flotte aérienne présidentielle est actuellement composée de :

    Quatre avions : 1 Boeing 757 / 200 (Tango 01), 1 Fokker F-28 -4000 Bourse (Tango 02), 1 Fokker F-28-2000C Fellowship (Tango 03), 1 Learjet 60 (Tango 10)
    Trois hélicoptères : 1 Sikorsky S-70-A-30 (H-01), 2 Sikorsky S-76 B (H-02/H-03)

    Australie
    Un Boeing 737 BBJ de la RAAF

    L’escadron 34 de la Royal Australian Air Force gère une flotte actuelle de deux 737 Boeing Business Jets et trois Bombardier Challenger 604s pour l’usage du hautes autorités australiennes en particulier le gouverneur général d’Australie, le Premier ministre d’Australie et le ministre des Affaires étrangères. Ces avions sont régulièrement utilisés pour des vols domestiques ou des vols internationaux et sont aussi disponibles pour la famille royale britannique lorsqu’un de ses membres visite l’Australie.

    Les deux Boeings Business Jets ont été loués en 2002 pour une période de 13 ans et ont été aménagés pour leur usage avec par exemple des tables de conférence, des bureaux séparés et des liaisons satellites sécurisées. Ces deux avions peuvent également franchir une distance plus grande que les 737 Boeing Business Jet standards. La flotte est basée sur l’établissement de défense de Fairbairn à Canberra et est entretenue par le Qantas Defence Services.
    Bahreïn
    Bahrain Royal Flight Boeing 747SP

    La flotte royale de Bahreïn gère un Boeing 747-400 et un Boeing 747SP pour l’usage du roi de Bahreïn.
    Belgique

    Pour le transport de la famille royale et des ministres, la Belgique dispose des avions suivants appartenant au 15e Wing de Transport de la Composante Air des Forces armées: un Airbus A330-300 en leasing (CS-TMT), un Airbus A310 acheté à Singapore Airlines (un deuxième appareil du même type et de la même origine sert pour des pièces de rechange), deux Dassault Falcon 20 modernisés en 2004, un Dassault Falcon 900 pour le transport de personnalités sur de très longues distances dans des conditions de confort exceptionnelles, deux Embraer ERJ 135 et deux Embraer ERJ 14512.
    Bulgarie

    En Bulgarie, le détachement 28 de la Force aérienne bulgare gère un Tupolev Tu-154, un Dassault Falcon 2000 et un hélicoptère Mil Mi-8 à l’usage du président, du Premier ministre et des membres du gouvernement.
    Brésil
    Article détaillé : Avion présidentiel brésilien.
    Airbus A319 FAB 001

    Le Brésil possède un avion présidentiel depuis 1941, quand Getúlio Vargas acheta un Lockheed Lodestar. En 1959, le président Juscelino Kubitschek le remplaça avec deux Vickers Viscounts. En 1967, Arthur da Costa e Silva fit l’acquisition d’un BAC-111, qui a été utilisé depuis 1976, quand le président Ernesto Geisel les remplaça par deux Boeing 737-200. En 1986, la force aérienne brésilienne réaménagea l’un de ses quatre KC-137 (une version militaire du Boeing 707, comme le KC-135) pour servir d’avion présidentiel.

    Ce KC-137 fut utilisé jusqu’en mai 2003, quand le président Luiz Inácio Lula da Silva le remplaça par un nouveau Airbus A319 Corporate Jetliner.

    Ce modèle entièrement réaménagé de l’Airbus A319 fut nommé « Santos-Dumont », d’après l’aviateur brésilien Alberto Santos-Dumont mais le coût élevé de aménagement le fit surnommer par ses critiques « Aero-Lula ». Quand l’avion transporte le président du Brésil, il utilise le code FAB 001.

    Cet Airbus A319 est considéré comme un avion militaire et fait partie du « Groupe de transport spécial » (Grupo de Transporte Especial), un groupe aérien des forces aériennes brésiliennes chargé du transport du président, du vice-président et des principaux ministres du gouvernement. Ce groupe comprend trois escadrons : GTE-1, GTE-2 et GTE-3. En plus du « Santos Dumont », qui est principalement utilisé pour les vols internationaux ou de longue distance (utilisé dans le GTE-1), le groupe comprend également 21 autres avions :

    Deux Boeing 737-2N3 (VC-96) aménagés pour le transport de VIP, utilisé pour les voyages présidentiels à l’intérieur du Brésil (GTE-1).
    Deux hélicoptères présidentiels Super Puma (VH-34) aménagés pour le transport de VIP, utilisés dans le GTE-3.
    Deux avions Embraer ERJ 145 (VC-99C) aménagés pour le transport de VIP, utilisés dans le GTE-2.
    Dix avions Embraer ERJ 145 (C-99A) utilisés dans le GTE-2.
    Deux hélicoptères HB-355 Esquilo (VH-55) utilisé dans le GTE-3.
    Trois jets Gates Learjet 35 (VU-35) utilisé dans le GTE-2.

    La flotte est basée à la base de la force aérienne brésilienne (BABR).
    Brunei

    Le sultan de Brunei dispose de plusieurs avions privés pour ses voyages internationaux.

    Boeing B767-27G(ER) V8-MHB
    Boeing B747-430 V8-ALI
    Boeing 747-sp
    Airbus A340-212 V8-BKH
    Gulfstream V V8-001
    Gulfstream V V8-007
    Gulfstream IV V8-SR1
    Sikorsky S-76+ V8-HB1
    Sikorsky S-76+ V8-HB2

    Burkina Faso

    Le gouvernement du Burkina Faso utilise un Boeing 727 spécial.
    Canada
    Un des 5 CC-150 Polaris Canadiens affectés au transport VIP gouvernemental.
    Le Challenger 601 Utilisé pour le transport du Premier Ministre Canadien et le Gouverneur Général.

    La Force aérienne du Canada gère cinq Airbus A310-300s (CC-150 Polaris (en)), avec des équipages de l’escadron de transport No. 437, basé sur la base BCF de Trenton, et quatre Bombardier Challenger, des avions d’affaire (CC-144), géré par l’escadron 412 d’Ottawa. Ces avions ont la charge du transport de la Famille royale canadienne, le gouverneur général du Canada, le Premier ministre du Canada et d’autres personnes gouvernementales de haut rang ou des dignitaires étrangers13,14.
    Chili

    Le transport du président du Chili est sous la responsabilité de la Fuerza Aérea de Chile, la force aérienne du Chili, qui gère différents avions :

    un Boeing 737-500 modifié
    un Beechcraft Super King Air (version anglaise)
    un Gulfstream Aerospace Gulfstream IV
    un Boeing 767-300ER. Depuis août 2008, cet avion immatriculé FAC-985 MSN 26205 C/N 474 remplace le boeing 737 pour les vols intercontinentaux. C’est le seul avion transportant des personnalités chiliennes qui présente la livrée standard de l’armée chilienne, ce qui traduit son double emploi : transport de personnalités et transport de fret.

    Chine

    Le transport aérien du président de la République populaire de Chine et des officiels du gouvernement est géré par Air China, la compagnie aérienne nationale. Un Boeing 747-400 spécifique est habituellement utilisé pour les vols longue distance, un Boeing 767 est utilisé pour les moyenne distance et un Boeing 737-800 pour les courtes distances.

    Un Boeing 767 fut acheté par le gouvernement chinois pour l’usage du président Jiang Zemin en 2000. Ce Boeing 767 était à l’origine destiné à Delta Air Lines. Un incident international intervint en 2001 lorsque le gouvernement déclara avoir découvert 27 puces électroniques d’espionnage insérées à l’intérieur de l’avion. L’avion a été rééquipé à San Antonio au Texas et est maintenant géré comme un avion commercial sur les lignes d’Air China.
    Colombie

    En 1933, la Colombie a acquis son premier avion de transport présidentiel, un Junkers Ju 52/3M, un des avions les plus avancés de l’époque. Il a servi l’ancien président colombien Enrique Olaya Herrera jusqu’à sa retraite du service, en 1950. De 1953 à 1972, un Douglas C-54 Skymaster servit comme avion présidentiel au cours de la dictature de Gustavo Rojas Pinilla.

    En 1972, un Fokker F28, nouveau modèle 1000, est devenu l’avion présidentiel, pendant le mandat de Misael Pastrana Borrero. Cet appareil est célèbre parce qu’au cours de la présidence de Ernesto Samper Pizano, le 22 septembre 1996, trois kilogrammes d’héroïne ont été trouvés cachés dans l’avion, des heures avant de repartir à New York, où le président Samper devait s’adresser à l’Assemblée générale des Nations unies. L’incident est grave parce que les États-Unis ont annulé le visa de Samper pour avoir des liens présumés avec les barons de la drogue qui financeraient sa campagne politique. Enfin, Samper s’est rendu aux États-Unis avec un visa diplomatique, dans un avion loué.

    En 2005, le nouveau président Alvaro Uribe Velez a exhorté le Congrès à acheter de nouveaux avions, pour des raisons de sécurité et de préoccupations environnementales. Après 33 ans de service, l’avion était presque obsolète et trop bruyant. Les Colombiens ont surnommé l’avion présidentiel le « pot de café ». L’avion a été sanctionné plus d’une fois pour violation des normes de décibels dans les aéroports et parfois même interdit de débarquer, également en raison de la contamination de l’environnement.

    Finalement, le Fokker a été retiré du service et en juillet 2005, la Colombie a acquis un Boeing 737-700 BBJ présidentiel pour le transport. Son nom de code est 0001 ou AEC Fuerza Aerea Colombiana 0001 (armée de l’air colombienne 0001).
    Corée du Nord

    Kim Jong-il et les hauts dignitaires du régime nord-coréen ont accès à toute la flotte de la compagnie nationale Air Koryo. Un Iliouchine Il-62M est réservé aux vols internationaux de Kim Jong-il. Cependant, ce dernier favorise le transport ferroviaire (et ses luxueux wagons blindés avec cuisine et salle de cinéma) pour ses exceptionnels voyages à l’étranger (en Chine et en Russie).
    Corée du Sud

    Actuellement le président de la République de Corée utilise un Boeing 747-400(HL7465/cn 26412/1284) par un contrat de bail avec Korean Air pour 10 ans. Les vols sont identifiés sous l’indicatif « Code One ». L’avion a été entièrement repeint pour l’occasion et des aménagements spécifiques ont été faits. Avant, le président de la République de Corée utilisait un Boeing 737-300. Mais en raison de son rayon d’action limité, il fut uniquement utilisé à l’occasion de vols courts à destination du Japon ou de la Chine. Depuis l’acquisition du Boeing 747-400, le Boeing 737-300 n’est pratiquent plus utilisé. L’hélicoptère présidentiel est un UH-60.
    Côte d’Ivoire

    Le gouvernement de Côte d’Ivoire utilise un Gulfstream IV (n° d’enregistrement TU-VAF) comme avion pour le transport de personnalités. Et depuis peu avec l’acquisition d’un Boeing 727 et d’un Boeing 747 immatriculé TU-VAO tous deux géré par l’Armée de l’air Ivoirienne.
    Croatie

    L’agence gouvernementale est responsable du transport du président, du Premier ministre et d’autres officiels croates. Elle gère un Challenger CL-604.
    Danemark

    L’Armée de l’air royale danoise gère trois Challenger CL-604 pour le transport de personnalités, en premier les membres du gouvernement et de la famille royale du Danemark. Ces avions servent également pour des contrôles de l’environnement et des pêches autour du Groenland et en mer du Nord. La famille royale dispose également d’un AgustaWestland EH101 Merlin à sa disposition.
    Équateur

    L’Équateur utilise un avion d’affaires Embraer Legacy 600 (FAE-739) ainsi qu’un Rockwell Sabreliner 40D (FAE-047) pour les besoin de transport aérien du président. Des avions de la flotte du transporteur national équatorien TAME, dont des Boeing 727, Fokker F28, et Embraer E-Jets sont aussi affrétés pour les besoins du gouvernement. L’avion utilisé pour les longs trajets est un Airbus A320 de la compagnie TAME.
    Égypte

    Le gouvernement égyptien gère un Airbus A340-200 (n° SU-GGG) pour le transport de personnalités. Le premier avion présidentiel en Égypte fut donné en cadeau par l’Arabie saoudite au président Anouar el-Sadate. Avant cela, le président égyptien, Gamal Abdel Nasser, voyageait à bord d’un avion loué à la compagnie nationale EgyptAir. En 1955, durant un voyage pour assister à la première conférence Afrique-Asie à Bandung en Indonésie, le président Nasser et son équipage utilisèrent un avion loué à la compagnie aérienne nationale indienne.
    Espagne
    Un Falcon 900 du 45e groupe à Zagreb en 2010.

    Créé en 1956, le 45e groupe des forces aériennes espagnoles (45 Grupo de Fuerzas Aéreas), dépendant de l’armée de l’air (Ejercito del Aire), gère deux Airbus A310 réaménagés, achetés à Air France en 2002 pour remplacer le Boeing 707 acquis en 1980, cinq Falcon 900 et plusieurs hélicoptères. Son rôle est d’assurer le transport aérien du roi d’Espagne, du président du gouvernement, des ministres et hauts dignitaires du gouvernement. Dans certains cas particuliers, il assure également le transport aérien de la famille royale.

    Il est implanté à la base aérienne de Torrejón de Ardoz, non loin de Madrid.
    États-Unis
    L’un des deux Boeing VC-25 de l’US Air Force utilisé par le Président et les membres du Cabinet présidentiel.
    Articles détaillés : Air Force One et Marine One.

    Le président et le vice-président des États-Unis disposent de deux Boeing 747-200B et d’un Boeing 757 spécialement aménagés, connus sous le nom d’Air Force One et Air Force Two lorsqu’ils sont respectivement à bord. Ces avions ont l’appellation militaire de Boeing VC-25A et Boeing C-32.

    Le Corps des Marines gère également plusieurs hélicoptères spécialement aménagés pour le transport du Président, le Vice-Président et les membres du Cabinet présidentiel.

    Le code de tout avion militaire transportant le président américain est désigné par l’Armée suivi par One, comme Air Force One, Marine One (ce dernier étant habituellement un hélicoptère). Jusqu’en 1976, le transport en hélicoptère du Président et du Vice-Président était partagé entre les marines et l’US Army. Le code de l’hélicoptère de l’armée américaine qui transportait le Président était alors Army One. Dans le cas où le Président voyagerait sur un avion de la Navy, le code serait Navy One (une fois avec George W. Bush, en 2003) ou un avion civil, le code serait Executive One (une fois avec Richard Nixon, en 1973).

    Le code pour tout avion militaire transportant le Vice-Président est désigné par le nom de l’Arme suivi par Two (Air Force Two, Marine Two, etc.).
    France
    Articles détaillés : COTAM, Cotam Unité, Cotam Deux et Escadron de transport 60.
    F-RARF, l’A330-200 utilisé par le Président de la République depuis novembre 2010, en entraînement autour de la BA 105.

    En France, c’est l’Escadron de transport 60 anciennement escadron de transport, d’entraînement et de calibration (ETEC 65), unité de l’Armée de l’Air, qui est chargé du transport du Président de la République, du Premier ministre et des autres membres du gouvernement. Cette unité a remplacé le GLAM, Groupe de liaisons aériennes ministérielles, dissous en 1995.
    Un des hélicoptères transportant le président Sarkozy en janvier 2009.

    Fin 201115, l’escadron dispose de :

    1 Airbus A330-200 (F-RARF) ;
    2 Falcon 7X (F-RAFA et F-FAFB) ;
    1 Falcon 2000 ;
    2 Falcon 900 (F-RAFP et F-RAFQ) ;
    1 Falcon 50 qui devrait être remplacé courant 2012 par un Falcon 2000 ;

    L’unité met également en œuvre trois hélicoptères Super Puma (F-RAFU, F-RAFY et F-RAFZ).

    Le transport des autorités gouvernementales est parfois également assuré par l’Escadron de transport 3/60 Estérel, sa mission première étant le soutien militaire aux troupes françaises. Celui-ci dispose de trois Airbus A310-300 (F-RADA, F-RADB et F-RADC) et de deux Airbus A340-200 (F-RAJA et F-RAJB).

    Depuis juillet 2009 et mai 2010, l’ETEC dispose de deux Falcon 7X, baptisés Carla One par les aviateurs de l’Armée de l’air16, en référence à l’épouse du Président Carla Bruni-Sarkozy et à l’avion présidentiel américain Air Force One. Tous deux assurent soit la desserte lors de courtes distances, soit le rôle d’avion de secours de l’appareil présidentiel principal en cas de soucis techniques17.

    Un Airbus A330-200 a été acheté en 2009 à la compagnie Air Caraïbes afin de pallier la capacité et l’autonomie jugées insuffisantes des Airbus A319 CJ, qui ont alors été revendus18,19. Le nouvel appareil présidentiel a été entièrement aménagé en vue de sa nouvelle utilisation (notamment en comprenant un espace privé pour le Président, un bureau, une salle de réunion, une salle de communication, une cuisine). Il entre en fonctions le 11 novembre 2010, à l’occasion du déplacement de Nicolas Sarkozy à Séoul, en Corée du Sud, dans le cadre du 15e sommet du G2020.

    Les vols sont identifiés sous l’indicatif COTAM « 0xy », COTAM 0001 (Cotam Unité) étant réservé au Président de la République, et COTAM 0002 (Cotam Deux) au Premier ministre.[réf. nécessaire]
    Gabon

    Depuis au moins 1986, les forces armées du Gabon utilisent un L-100-30, version civile du Lockheed C-130 Hercules, n° de série cn 382-4895, baptisé M’tem et immatriculé TR-KKD pour le transport du président et de son gouvernement21.
    Gambie
    Le président de la Gambie utilisant un Ilyushin Il-62 en août 2005.

    La Gambie utilise un Il-62 pour ses vols V.I.P..
    Grèce

    Le premier ministre grec dispose d’un Gulfstream V (variante du Gulfstream G500), placé sous le commandement opérationnel des forces aériennes grecques. Le jet a été acquis par le gouvernement de Konstantínos Simítis pour les besoins de la présidence Européenne de 2003 et en vue de la préparation des Jeux olympiques d’été de 2004. Le groupe de transport VIP des forces aériennes helléniques utilise également deux jets d’affaire Embraer.

    Irak

    Le gouvernement irakien a utilisé un Boeing 767-200. Précédemment, il utilisait un ancien avion d’Air Canada Le gouvernement utilise actuellement un Airbus A310 loué à la compagnie iranienne Mahan Air (qui appartient à Rafsandjani, ancien président iranien)
    Inde

    Le gouvernement de l’Inde utilise les avions de Air India et de Indian Airlines pour les vols internationaux des officiels du gouvernement. Le président de l’Inde utilise un avion spécial nommé VIP 1. L’avion avec l’insigne AI 001 (Air India One (en)) est un Boeing 747-437B spécial géré par Air India pour transporter le Premier ministre de l’Inde et le Président de l’Inde, avec comme autre surnom Tanjore. Les autres membres du cabinet de l’Union peuvent voyager à bord et/ou avec AI 001 avec l’accord du Premier Ministre. À l’intérieur du pays, le Premier Ministre et le Président utilisent un Boeing 737-200 (désigné aussi comme un T-43) de l’Indian Air Force. Ce Boeing a aussi transporté les chefs de l’exécutif indien dans quelques pays étrangers. Il y a aussi 5 appareils Embraer 135 ‘Legacy’ pour les trajets courts, maintenus également par le Comm Squadron de l’Indian Air Force, basée à New Delhi.

    Enfin, Le gouvernement a commandé trois Boeing Business Jet (BBJ). L’introduction de ces appareils dans la flotte VVIP permettra le transport en vol direct de 10 à 30 entre l’Inde et par exemple Londres ou Tokyo. Les appareils seront pourvus de sécurité anti-missiles. Chaque appareil devrait coûter autour de 60 millions US$. (information datant de février 2007)
    Indonésie
    Irlande
    Italie

    L’armée de l’Air italienne gère trois Airbus A319. L’un est équipé de 30 sièges est à l’usage du premier ministre ou du président, les autres ont 50 sièges et sont à l’usage des membres du gouvernement. Deux plus petits Dassault Falcon 50 et cinq Dassault Falcon 900 (3 900 EX et 3 900 EASy) sont aussi utilisés pour le transport gouvernemental. Deux hélicoptères Agusta SH-3D Sea Kings sont gérés pour l’usage du président et d’officiels du gouvernement mais également pour celui du pape. Tous ces aéronefs sont gérés par la 31e escadres aérienne basée à l’aéroport international de Rome Ciampino.

    31º Stormo
    2 hélicoptères SH 3 D/TS Sea King; MM80972 – MM80973
    2 avions Dassault Falcon 50; MM62026 – MM62243
    5 avions Dassault Falcon 900; MM62171 – MM62172 – MM62210 – MM62244 – MM62245
    3 avions Airbus A319CJ; MM62174 – MM62209 – MM62243

    Israël

    Le Gouvernement israelien utilise principalement 2 B 747-400 (immatricules IS-45 et IS 46 )destinés exclusivement aux voyages internationaux du President de la Republique du Premier Ministre des membres du gouvernemment et des membres de la Knesseth. Ces 2 avions relativement anciens et sujets a de frequentes pannes (dont une grave, depressurisation rapide de la cabine survenue en 2010 au dessus de l’Ocean Indien) sont entretenus et exploites exclusivement par l’Armee de l’Air et sont sur le point d’être remplaces par 2 B 777-300 ER specialement amenages et dotes des dernieres technologies en matiere de protection passive et d’avionique (Source gouvernementale).Pour ce qui concerne les deplacements a l’interieur du pays l’Etat met en oeuvre 2 Bombardier, un Falcon 900 et 5 helicopteres (1 CH 47 Chinnook et 4 Bell 412 ) appartenant et exploites par l’Armee de l’Air.Toute cette flotte est mise en oeuvre sur ordre du Ministre de la Defense et est basee près de Tel Aviv.
    Japon
    Japanese Air Force One à Hunter Army Airfield (en)

    Le Japon entretient deux Boeing 747-400 (20-1101 et 20-1102) principalement pour le transport du Premier ministre japonais, de l’empereur et de l’impératrice et des membres de la famille impériale. Ils sont gérés par la Force aérienne d’auto-défense. Ces avions sont officiellement appelés seifu-senyō-ki (政府専用機, littéralement « Avion exclusifs du gouvernement ») en japonais mais appelés en anglais Japanese Air Force One/Two. Ils ont aussi été utilisés pour le transport de troupes pour le maintien de la paix en Irak dans le passé et sont aussi désignés pour rapatrier des citoyens japonais de l’étranger lors de troubles politiques ou catastrophes naturelles.
    Jordanie

    Le roi de Jordanie utilise un Airbus A340-200 pour ses déplacements aériens. Les membres de la famille royale et les officiels du gouvernement disposent d’un Bombardier Challenger CL-600-2B16 (JY-ONE et JY-TWO).
    Kazakhstan
    Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
    Maroc

    Le Maroc utilise un Boeing 747-400 aux couleurs de la Royal Air Maroc pour le déplacement du roi. Il possède également 2 Boeing BBJ2 et un Gulfsream G550 fraichement acquis pour le déplacement des personnalités et de la famille royale.
    Mexique
    Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
    Niger

    Un Boeing Business Jet (737-200) aux couleurs nationales, appelé le Mont Baghzane (en), sert de moyen de transport aérien au président.
    Nigeria

    La Nigerian Air Force (en) maintient actuellement un Boeing Business Jet (737) comme moyen de transport pour le président du Nigeria. L’avion est désigné comme NAF-001. Les couleurs nationales du Nigerian Flag (Vert, Blanc, Vert), sont peintes en bandes horizontales le long de la base du fuselage, en blanc, les mots « NIGERIAN AIR FORCE » son écrits au-dessus avec le Sceau du Président du Nigeria sur la queue.
    Norvège
    Nouvelle-Zélande
    Oman

    Le sultan d’Oman et les membres de son gouvernement se déplacent en utilisant deux Boeing 747, deux Gulfstream IV et un Airbus A320.
    Pakistan
    Pérou
    Philippines
    Un Puma transportant la Presidente Corazon Aquino a la Subic Bay Naval Base (en)
    Pologne
    Le Tupolev Tu-154 présidentiel lors d’une visite officielle en Croatie en 2010 et avant son crash du 10 avril 2010

    L’aviation des Forces armées polonaises entretenait deux Tupolev Tu-154 destinés au président de la République polonaise (numéroté 101) et pour le premier ministre polonais (102).

    Le 10 avril 2010 le Tupolev 154 no 101 transportant le président polonais Lech Kaczyński et de nombreuses personnalités polonaises s’écrase lors de son atterrissage à Smolensk, faisant 96 morts. La délégation polonaise venait se recueillir à Katyń pour commémorer le soixante-dixième anniversaire du massacre de Katyń.
    Article détaillé : Accident de l’avion présidentiel polonais à Smolensk.

    Portugal
    République démocratique du Congo

    Boeing 727/30 – Le Hewa Bora (ex Ville de Lisala) – République démocratique du Congo

    À la chute de Mobutu Sese Seko en 1997, quelques mois plus tard, tous les symboles de son régime et de son pouvoir disparurent sur les parois de l’avion présidentiel. Tous les moyens de transport utilisés par l´ancien président furent débaptisés. Le bateau « Kamanyola » prit le nom de « Lemera », le Boeing « Ville de Lisala » devint « Hewa Bora » ; Laurent-Désiré Kabila, après l’avoir habillé des couleurs et des symboles de son autorité, en fit le premier avion présidentiel post-Mobutu.
    Roumanie

    La Roumanie gère un Boeing 707, YR-ABB, utilisé par le président et un BAC 1-11, YR-BRE utilisé principalement par le Premier ministre. Un hélicoptère SA-365 Dauphin est utilisé pour les transports à l’intérieur du pays.
    Royaume-Uni

    Le transport aérien du souverain britannique, des autres membres de la famille royale, du Premier Ministre et des autres ministres du gouvernement britannique, est actuellement assurée par le N ° 32 (The Royal) Squadron de la Royal Air Force (RAF), affrétant des avions civils et des vols commerciaux. Cette fonction pour le No. 32 est secondaire, en effet il est chargé prioritairement des communications et de la logistique lors des opérations militaires.

    Pour répondre aux problèmes de sécurité d’utilisation des avions commerciaux le gouvernement britannique avait annoncé l’achat de deux avions spécialisés dans le transport du gouvernement ou de la famille royale. Ces deux avions furent surnommés par la presse Blair Force One. Mais finalement ces achats ont été annulés22.
    Fédération de Russie
    Garde d’honneur face à l’Iliouchine Il-96 sur l’aéroport de Zagreb, en Croatie, durant la visite du président Russe

    La Compagnie de Transport Nationale Russe (récemment fusionnée avec Aeroflot) opère deux Ilyushin Il-96-300PU pour l’usage du Président de la Russie. En 2001, l’un des appareils a été ré-équipé pour le transport de VIP par une société britannique pour la somme de 10 millions de livres. Une photographie diffusée sur internet en 2007 décrit le luxueux aménagement, incluant une salle de bain dont les équipements sont dorés à l’or fin, des sols en marbre, et d’autres équipements et revêtements coûteux23. Des hélicoptères Mil Mi-8 équipés pour les VIP sont également utilisés par le président Russe pour les transports domestiques.
    Salvador

    L’ancien président du Salvador Antonio Saca utilisait une version luxueuse de l’hélicoptère Bell 412 pour ses vols domestiques. Il utilisait également des avions et hélicoptères militaires ainsi qu’un turbopropulseur présidentiel. Pour les vols internationaux, un Airbus A320 de la TACA avec l’indicatif d’appel « EL SALVADOR » est utilisé.
    Serbie
    Sénégal

    L’avion présidentiel sénégalais est un Airbus A319 appelé « Pointe de Sarène ».
    Singapour

    Le Premier Ministre de Singapour utilise pour ses vols des avions commerciaux, principalement un Boeing 777 de Singapore Airlines.
    Sri Lanka
    Slovaquie

    Le Service slovaque des vols gouvernementaux gère deux Tupolev Tu-154, deux Yakovlev Yak-40 et plusieurs hélicoptères pour le transport du Président, du Premier Ministre et des officiels slovaques.
    Suède
    Suisse
    Le Cessna Citation Excel de la force aérienne suisse

    Les Forces aériennes suisses gèrent une flotte de cinq petits avions d’affaires24 :

    Un Dassault Falcon 900EX (T-785) acquis d’occasion à la principauté de Monaco pour 35 millions de Francs Suisses, au printemps 201225.
    Un Dassault Falcon 50 (T-783)
    Un Cessna 560 XL Citation Excel (T-784)26.
    Un Beechcraft Model 350C Super King Air (T-721)27.
    Un Beechcraft 1900D (T-729). D’abord en location en Allemagne (sous l’immatriculation D-CBIG, il fut ensuite racheté par l’armée suisse (HB-AEN). Il fait maintenant partie des forces aériennes sous T-72928.

    Ces avions sont principalement utilisés par les membres du Conseil fédéral. L’organisation est coordonnée par le Centre des voyages gouvernementaux du département fédéral des Affaires étrangères.

    Le 6e escadron de transport aérien29 gère aussi plusieurs hélicoptères Super Puma dont certains sont configurés pour le transport de personnalités.
    Taïwan

    Le transport aérien du président et d’autres personnes de haut rang de la République de Chine est géré par la Force aérienne de la république de Chine utilisant un Boeing 737-800 aménagé, livré par Boeing en 2001. Cet avion n’a habituellement par le droit de voler dans les pays ne reconnaissant pas Taïwan. À la place, un Boeing 747 est géré par China Airlines, la compagnie nationale pour le président et son équipe.
    Tanzanie

    La TGFA (en) (Tanzania Government Flight Agency) gère un Gulfstream G550 pour les vols officiels.
    Thaïlande
    République tchèque

    Les Forces armées de l’air de la République tchèque utilisent deux Airbus A319, un Bombardier Challenger 600, deux Tupolev Tu-154, deux Yakovlev Yak-40 et un hélicoptère Mil Mi-8 pour le transport de personnalités, principalement le président de la République tchèque, le Premier ministre, les membres de son gouvernement ainsi que les parlementaires.
    Tunisie

    Le gouvernement de la Tunisie dispose d’un Airbus A340-500. Le modèle est un quadriréacteur de type Airbus A340-500, de série A340-541HGW (pour « High Gross Weight »), capable de franchir 16 700 km. Cet appareil a été livré par Airbus le 12 décembre 2009 aux autorités Tunisiennes. L’Airbus présidentiel est immatriculé TS-KRT30. Il a succédé à un Boeing 737 livré neuf en 199931.
    Turquie

    Le Premier ministre turc a à sa disposition un Airbus A319-115X CJ enregistré TC-ANA. Son indicatif d’appel est TCANA32.

    Le Premier ministre dispose également de plusieurs autres avions Boeing et Airbus maintenus par la Turkish Airlines, le transporteur national. Toute la flotte utilisée par le gouvernement est gérée et entretenue par du personnel gouvernemental ou militaire.

    Le 17 février 1959, le Premier Ministre turc Adnan Mendéres survécut à un accident d’avion lors de l’atterrissage à Gatwick (Londres), crash causé par le brouillard. L’avion était un Vickers Viscount Type 793 qui transportait la délégation du premier ministre venu signer l’acte de création de la République de Chypre. Cinq des huit membres d’équipage et neuf des seize passagers périrent dans cet accident.
    Turkménistan

    Un Boeing 767-300ER (EZ-A700) fut délivré en octobre 2004 pour les déplacements du président du Turkménistan.
    Ukraine

    L’Ukraine utilisait un Il-62 pour le président jusqu’à ce qu’il soit remplacé en 2008 par un Airbus A319. Le Premier ministre dispose quant à lui d’un Tupolev Tu-134 ainsi qu’un Yakovlev Yak-40 et un hélicoptère Mi-8 pour le trajet plus courte distance.
    Vatican
    Le président George W. Bush accueillant le pape Benoît XVI. Derrière le « Shepherd One » l’avion d’Alitalia.

    Habituellement, le pape voyage sur un avion affrété d’Alitalia, la compagnie nationale italienne. La tradition veut que le pape se rende dans le pays visité sur un avion affrété d’Alitalia pour l’occasion et retourne à Rome sur un avion d’une des compagnies nationales du pays visité. C’est ainsi que lors du passage du pape Jean-Paul II sur l’île de la Réunion le 2 mai 1989, un Concorde d’Air France (F-BTSC) fut affrété pour le transporter entre Saint-Denis de la Réunion et Lusaka via Gillot33, faisant du Pape le troisième chef d’État (après le Président français et le Président ivoirien Félix Houphouët-Boigny) à utiliser un avion supersonique pour ses déplacements.

    Le vol papal est quelquefois surnommé « Shepherd One » (« Berger One ») par la presse34. Le pape Benoît XVI est revenu de son voyage au Brésil sur un vol d’Alitalia. Lors du voyage de Benoît XVI en France, le pape est venu de Rome à Paris avec un A321 d’Alitalia, et a fait les trajets Paris-Tarbes et Tarbes-Rome avec un A321 d’Air France35.
    Venezuela

    Un Airbus A319CJ servait comme avion présidentiel pour le président Hugo Chávez 36.
    Yémen

    Le gouvernement yéménite dispose d’un Boeing 747 SP inscrit à l’inventaire de la compagnie aérienne Yemenia. Cet appareil visible sur le tarmac de l’aéroport de Sanaa n’apparait pas dans les affrètements de la compagnie en vols réguliers. Acheté en 2001, et fabriqué en 1979 pour Branif, il est aujourd’hui très ancien mais vole encore et s’est posé en avril 2010 à Orly37.
    Yougoslavie

    Josip Broz Tito, l’ancien président yougoslave, a utilisé de nombreux aéronefs comme avions présidentiels, en particulier un Douglas DC-6B, un Ilyushin Il-18D (en), une Sud-Aviation SE 210 Caravelle et un Boeing 727.

  5. Jamais on ne parle, honettement, de l’achat ou de location d’un avion présidentiel, par contre, on en veut au 1er ministre de se rendre à koulikoro en hélicoptère!

  6. Que l’Assemblée Nationale exige au Président de nous faire savoir le coût de location d’un jet ( avion) par jour, mois et an!

    C’est catastrophique, cette philosophie d’hémorragie financière du Gouvernement Version LY?

  7. un voyage presidentiel coute au contribuable malien a peu pres 300 millois de franc alors que l achat de l avion coute moins de 3 milliars,faites le compte,merci.

  8. C’est vraiment difficile de diriger en Afrique, en particulier au Mali car au Mali on aime dire au chef seulement ce qu’il veut entendre mais jamais la vérité.

    On aime chanter, louer et amuser les chefs pour juste se faire de l’argent.

    Le Mali est sans école valable. L’universitaire malien ne peut pas vendre
    son talent ailleurs.
    De grâce, qu’on laisse de côté la philosophie griotiste pour faire savoir
    la vérité à nos dirigeants. C’est un passage obligé pour qu’ils travaillent sérieusement.

    L’équipe nationale de football du Mali est à l’image de son gouvernement. On se contente seulement du peu de choses. La relève n’est jamais assurée.

  9. Qu’on arrête de se mentir!

    La priorité des priorités aujourd’hui, c’est dégager et matérialiser un projet politique capable de générer des emplois, de favoriser la formation professionnelle, de mettre l’école en adéquation avec les besoins des entreprises, de booster l’économie nationale en développant le secteur agricole.

    Au lieu de mettre en avant la location, la vente ou l’achat de Boing pour
    quoi ne pas doter les hôpitaux Gabriel TOURE et POINT G d’équipements de haute technologie? Pourquoi ne pas mettre à la disposition des malades les docteurs , les médecins bien formés? Qu’on nous parle de développement durable!

    Aujourd’hui, on est en permanence dans l’obscurité, à l’EDM c’est du n’importe quoi car ils ont compris que le manque de contrôle et l’impunité sont loin de prendre le plomb dans l’aile.

  10. BBaccus vs pensiez que le moment est approprier pour songer a l’image et surtout l’objet de cette depense serait d’aller faire le gueribou

  11. Les Maliens sont devenus si Cécile spirituellement. Entre l’achat d’un avion(quelque soit la marque) et la perte d’un président dans un pays si tourmenté comme le notre actuellement qu’est ce qui est mieux? entre l’achat d’un avion et la location qu’est ce qui est mieux Mrs les financiers? Tous les maliens savaient que les présidents ATT et Dioncounda n’ont jamais utilisé cet avion régulièrement. ATT faisait régulièrement l’avion-stop de ces homologues à telle enseigne que nos voisins nous prennent tous avec mépris et dédain. Pour le développement, l’image compte surtout celle du 1er d’entre nous. Qu’on arrête de nous gonfler avec des sujets de diversion.

  12. j’aime des jeunes comme camara qui donner des explication simple et claire vraiment le président IBK à bien fait de choisir mr Camara car tout le monde était flou à ce sujet d’avion voila que ce claire et nette merci encore Mr Camara et chaque foi si il ya des informations sur la présidence il vite informe le peuple c’est très important moi je suis au marché ici on dit tout ici tu comprend un peu ce que je veux dire bonne chance à vous

  13. Ce Sieur CAMARA,se moque de notre intelligence ou quoi?Il va pas nous faire croire que la “réparation” de l’actuel avion présidentiel sera plus chère que l’achat d’un nouvel.

  14. Ce CAMARA soi-disant directeur de cabinet est tout simplement insensé.

    On ne comprend pas pourquoi le Président a opté à voyager présentement avec un avion loué tout en refusant d’utiliser le Boing u’empruntaient Dioncounda et ATT sous prétexte que ce Boing n’est pas en bon état.

    Le pire est que M. CAMARA précise que l’état s’apprête à vendre le Boing d’ATT et d’acheter un nouveau Boing pour IBK.

    Location Boing – Vente Boing – Achat Boing. Et aucun projet cohérent de développement durable. C’est abominable et écœurant.
    Ces gens se moquent de nos misères. Un pays économiquement agenouillé. Sans écoles adaptées , sans hôpitaux en plus d’une insuffisance notoires d’unités industrielles pour résorber le chômage. C’est aberrant!

  15. Moi, à la place des bailleurs de fonds, je gèlerai les prêts et les aides en cours dans le cas d’un achat d’avion présidentiel!

    Il est IM-PEN-SA-BLE que la CEE notamment nous envoie des centaines de milliards pour aider le Mali à se reconstruire après la période désastreuse qu’il a connu, et la “priorité” de notre président, c’est d’engloutir 20 MILLIARDS dans ……………. du tape-à-l’oeil et du “standing”! 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

    Les routes sont dans un état pitoyable, les rues de bamako aussi! La capitale croûle sous ses propres ordures, le chômage des jeunes atteint des sommets, l’éducation et la santé sont catastrophiques, le pouvoir d’achat est devenu invivable, et Sa Majesté, après avoir propulsé sa petite famille “là où il faut”, s’inquiète maintenant de SOIGNER SON IMAGE avec un zoli n’avion! 😥 😥 😥 😥 😥

    Depuis 6 mois, l’avion qu’il utilise est LOUE!!! QUE L’ETAT AIT LE COURAGE DE DIRE AU PEUPLE CE QUE COUTE LA LOCATION D’UN JET! 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

  16. Je suis désolé que souvent Maliweb ne se gêne pas à supprimer les messages de critique même si cela est dans l’intérêt général de nos populations.

    C’est frustrant

    • Lamartine

      Tout à fait! Surtout que des fois, on a l’impression que les censures sont faites tout à fait “au hasard”… 😯 😯 😯

  17. Les jeunes doivent se révolter contre de telles dépenses inutiles.

    Avion avion avion, aucun projet pour les jeunes. C’est la sommité du gâchis de budget d’état

  18. Ce CAMARA, soit-disant directeur de cabinet est tout simplement insensé. Pourquoi vendre l’avion que ATT utilisait ?
    CAMARA précise que présentement l’avion à bord duquel IBK voyage est loué.

    Imaginez, quel gâchis? Location d’avion actuel pour IBK – future vente du Boiing qu’empruntaient ATT et DIONCOUNDA – Futur achat de Boing pour IBK.

    Des charges énormes, *************** pour l’Etat.

    Ces ********* se moquent de nous. Ce Camara est tout décevant et *****.
    IBK est tout simplement budgétivore. Il est excessivement cher et largement inopportun.

  19. IL N’EST PAS INSENSÉ D’ESTIMER QUE LE BOEING 727 ACTUELLEMENT UTILISE PAR L’ETAT MALIEN SOIT AU SEUIL DE SA VIE UTILE

    CAR L’AVION ACTUELLEMENT DÉTENU PAR L’ETAT MALIEN EST UN BOEING 727 ET NON 737
    CELUI-CI SE DISTINGUE PAR LE 3EME MOTEUR AU NIVEAU DE LA QUEUE DE L’AVION
    ALORS QUE LE BOEING 737 BEAUCOUP PLUS RÉCENT NE DISPOSE QUE D’UN MOTEUR SOUS CHAQUE AILE
    CECI DIT, 20MDS FCFA POUR UN AVION DE LA TAILLE D’UN FALCON AURAIT ÉTÉ TRÈS CHER PAYE POUR UN PAYS COMME LE MALI

    A MON AVIS, LE PRÉSIDENT IBK VA SUIVRE LE MODÈLE DE SON HOMOLOGUE ABDEL AZIZ DE MAURITANIE QUI UTILISE LES APPAREILS DE MAURITANIA AIRLINES POUR SES DÉPLACEMENTS OFFICIELS.

    MON SENTIMENT EST QUE LE BOEING (SUREMENT 737-700)QUE LE MALI VA ACQUERIR SERVIRA TOUT A LA FOIS AU TRAFIC COMMERCIAL DE LA NOUVELLE SAHEL AIRLINES EN GESTATION AINSI QU’AUX VOYAGES PRESIDENTIELS

  20. Mes chers frères Ibk incarne les institutions du Mali .il doit faire tout pour soigner l image du Mali qui était à terre . Quoi de plus fier que d avoir son propre avion . Après 50 ans d indépendance c est une honte . Ibk fais ce que tu as à faire .le strict nécessaire 😆 pour la dignité et l honneur du Mali qui gagne .

  21. ……..Je ne vois aucun mal le fait que le président de la république voyage dans un avion confortable et sure. L’argent détourner tous les jours par les directeurs, certains grandes entreprises et commerçants qui ne payent pas leurs impôts couvrent largement cette dépense.Le président est comme un chef d’entreprise qui est amené à se déplacer partout au monde pour rapporter des affaires à son pays. Pour cela, rien de mal à avoir un avion qui tient la route et sans compter le risque d’accident. C’est dans l’intérêt de notre pays et pour son retour sur la seine internationale.

  22. Vraiment l’achat d’un boeing à plusieurs milliards de FCFA ne doit pas être à l’ordre du jour. c’est vraiment insensé!

    Nos dirigeants se sont toujours préoccupés de leur propre bien-être pendant que 90% de la population malienne tire le diable par la queue.

    Rien n’est fait et ne doit être fait au MALI tant que le BIEN-MANGER et le MIEUX-VIVRE n’est pas garanti.
    Au Mali, la nourriture, la santé, l’hygiène, la sécurité doivent être les priorités de toutes les autres priorités pendant au moins 30 ans. Tout programme gouvernemental ou politique qui ne s’appuiera pas sur lesdites priorités n’est que poudre aux yeux.

    Il est intolérable et inadmissible d’avoir autres priorités que celles mentionnées plus haut.

    Le vrai combat qui doit être mené au Mali est celui du changement radical et irréversible de mentalité.
    Ce n’est pas avec une telle mentalité qu’on fera du Mali un pays émergent, qu’on se sortira de cette pauvreté nauséabonde et étouffante.

  23. Mais sur quels critere IBK a-t-il pris ce Camara comme chef ou directeur de cabinet.

    Un avion qui n’est pas bon pour les voyages presidentiels est donc bon pour les voyages des autres citoyens.

    LA vie du president est plus precieuse que celle des autres etres humains? a tes yeux ou aux yeux de Dieu, Camara.

    Vendre un avion defectueux n’est pas une mauvaise chose car s’il reste cloue au sol le degat ne fera qu’aller cresciendo, mais ne parle pas de risque pour le president. En tout cas ATT a tjours voyage avec cet avion.
    Qui sait? nous les africains et nos supertitions! Peut etre que le marabout de IBK lui a dit de n’est pas utiliser l’avion qu’utilisait ATT.

  24. hé allAh, ayez la crainte de Dieu….et ayez pitié de ce peuple et de ce pays. Aw ni Alla tiè cela doit meme etre quelque chose à l’ordre du jour dans le Mali d’aujourdhui? 😯 😯

  25. Le problème du Mali ce sont les maliens!

    Le problème des maliens ce sont leurs désirs incontrôlés pour le matériel mal acquis.

    Si tu diriges un pays pauvre comme le Mali, tu n’as droit ni à un avion présidentiel ni à une belle maison ni à une voiture de luxe ni à un palais de luxe.

    Tu dois vivre très modestement comme pour répliquer la réalité quotidienne des millions de maliens qui réfléchissent par deux pour savoir qu’est-ce qu’ils vont manger et comment faire pour se soigner ou comment faire pour avoir un emploi et un revenu garanti.

    L’emploi et le revenu dans un pays découlent de l’investissement.

    L’investissement est soit privé ou public.

    Avec la sous dotation du pays en infrastructures économiques et sociales de bases (pas de routes, pas d’électricité, pas d’écoles, pas d’hôpitaux, pas de télécommunication, pas d’eau potable, etc) il est très difficile pour les investisseurs privés de s’installer au Mali car ils cherchent le profit.

    Et dans un pays où il y a un déficit d’infrastructures et une main d’œuvre non qualifiée même si elle est bon marché comme au Mali, les coûts d’opportunité des facteurs de production (travail, capital et technologie) sont élevés de telle sorte qu’ils ne permettent pas de dégager une rentabilité suffisante pour les investisseurs privées.

    Les quelques rares opérateurs économiques privés nationaux qui investissent sont soient obligés de tricher (fraude fiscale, abus des travailleurs, comptabilité non régulière, qualité médiocre des produits, prix exorbitants,…) ou soit vivre au crochet de l’État malien (exonérations de toute sorte ou subventions publics).

    Pour combler le trou du manque d’investissement privé au Mali, il faut un très vaste programme d’investissement public, pour rattraper le retard monstre du pays en matière d’infrastructures économiques et sociales de bases et créer les conditions d’un décollage économique du Mali.

    C’est la seule manière de créer durablement de vrais emplois salariés et bien rémunérateurs et réduire ainsi l’énorme pauvreté des maliens.

    Pour que l’État puisse investir , il faut deux conditions:

    1. Il faut que l’Etat gagne de l’argent,

    2. Il faut qu’il utilise cet argent pour des investissements productifs générateurs d’emplois et de revenus futurs dans le pays.

    MAIS AU MALI, L’ÉTAT GAGNE PEUT ET DÉPENSE MAL.

    Les dirigeants n’ont pas la compétence nécessaire pour accroître les recettes de l’État et ils sont au sommet de l’État pour satisfaire leurs propres désirs de matériel mal acquis et non pour permettre à l’État malien d’investir massivement dans les secteurs porteurs de croissance économique.

    Des conneries de belles maisons ou de belles voitures ou d’avion présidentiel auxquelles s’accrochent nos dirigeants dans une ville sous poussière permanente et d’eau usée comme Bamako est une aberration sans nom!

    “N’ma gnogon ko yé”!

    Wa salam!

    • Il faut simplement dire que les sentiers de la croissance ce pays passent par l’univers des autres bien que notre sous sol gorge de ressources abondantes non (et/ou) mal exploitées suite à la mauvaise gestion ou gouvernance de nos dirigeants, ces “robber barons”.

  26. M. Camara a précisé que cet appareil a fait l’objet d’une visite technique en septembre dernier, laquelle visite, à ses dires, a signalé l’état de l’avion très risqué et non approprié aux voyages présidentiels. Par ailleurs l’appareil sera bientôt mis en vente, a précisé M. Camara.

    ce quidam, farouche adepte de la théorie de Goebells, prend vraiment les Maliens pour des idiots. mais pour sa gouverne de paumé propagandiste, qu’il sache qu’en matière de sécurité aérienne, il n’y a pas d’approximation. un avion qui n’est pas bon pour “les voyages présidentiels”, n’est tout simplement bon à rien. en tout cas pas pour voler. et le président est d’abord un humain parmi d’autres. alors, dire que c’est pas bon “techniquement” et vouloir vendre en même temps, il y a anguille sous roche… oh, quels médiocres communicants !

    • Goebbels dans sa propagande Nazie avait au moins le mérite d’être un homme de terrain.

      Le comble c’est que ce matamore de Camara débite ses niaiseries étant à chaque fois cloitré dans ses bureaux de Koulouba.

      Et il croit dur comme fer qu’il suffit d’être charlatan de la 25ème heure pour diriger un pays et le conduire vers des jours meilleurs.

      Ces genres d’hommes liges de la nullité crasse des pouvoirs africains font florès au Mali.

      C’est pour cela que la situation du Mali est très inquiétante.

    • Merci rebel. je ne sais pas ou est-ce que IBK qui n’ a meme pas de programme est allé chercher ce cancre, mais punaise …..qu’il est plat!!!! Vraiment il faut particulièrement se debrouiller pour etre aussi plat que ce camara. A chaque sortie, c’est la catastrophe… quand il n’est pas entrain d’essayer de defendre un statut d’ancien president pour sanogo, pour apres demander qu’on retire l’article, il est entrain d’enfonce son patron à travers des interviews à la c.on

    • Chers amis Rebel & Kassin, que voulez vous? On rien vu encore avec ce beau parleur et le pire est a venir avec lui et son clan qui seront pires que les predecesseurs.
      Le pays est dans le gouffre avec beaucoup de problemes sociaux economiques et ce machin de inchallah va depenser nos milliards dans Un autre Avion presidentiel qui sera d’ailleurs usagé, pas neuf, pour 10ans et un machin de politicard viendra et fera la même chose et ainsi de suite. Ils ne veulent pas asseoir leur fesses sur refait ou quoi? Est ce d’avoir actuel ne peut pas être refait a moindre cout pour servir encore 10ans? Ou bien ce cout est trop élevé raison pour laquelle ladji bourama veut un autre? Uniquement cela peut être comprehensible. De toute manière ladji bourama n’a rien montré ni prouvé jusqu’a date jusque des belles paroles et humilié ses propres collabotateurs.

Comments are closed.