Attentat contre Ould Meydou : Les pistes d’un acte criminel

3
Colonel Ould Meydou
Colonel Ould Meydou

Les faits : Dans la nuit du lundi au mardi dernier, le Général Meydou regagne son domicile à Bamako. Devant son domicile, deux individus attendaient sur une moto. Ils ouvrent le feu sur l’officier supérieur. Celui-ci est sérieusement blessé, pendant que ses agresseurs disparaissaient dans la nature. Transporté à l’hôpital, le Général Meydou reçoit actuellement des soins. Cet attentat illustre le degré d’insécurité qui prévaut actuellement à Bamako et pose un certain nombre d’interrogations. En effet, comment des individus mal intentionnés peuvent-ils commettre dans la capitale un tel acte (gravissime), puis disparaître (aussi facilement) dans la nature ? Comment un homme comme Meydou qui, ces dix dernières années, s’est fait beaucoup d’ennemis sur différents théâtres d’opérations au nord, peut-être une proie facile pour n’importe quel malfrat? Bénéficie-t-il d’une protection?

Autre question : Qui sont les commanditaires de cet attentat ? Des pistes sont évoquées. Mais Meydou et Gamou, lui aussi a été victime d’un attentat à Niamey (Niger) en 2012, sont deux officiers intégrés dans l’armée à la faveur du Pacte national signé en 1992. Ils ont tous les deux suffisamment apporté la preuve de leur sens patriotique et leur bravoure. Les deux officiers ont constamment été présents sur les théâtres des opérations à Kidal, Gao et Tombouctou.

En 2006, lorsque Ibrahim Ag Bahanga, sous l’instigation de Iyad Ag Ghaly, a attaqué les garnisons militaires de Kidal, il a fallu de peu pour éviter l’embrasement de tout le nord. Le pire fut alors évité grâce à la clairvoyance du président Amadou Toumani Touré qui, parallèlement à une intense action politique, a confié la gestion militaire à des officiers de valeur. Il s’agit, entre autres, des colonels (à l’époque) Didier Dacko, Ould Meydou, El Hadj Gamou et Abdoulaye Coulibaly.

Ce quatuor de combattants engagés a mis en échec le plan diabolique de Bahanga qui avait le sinistre dessein de mettre tout le nord à feu et à sang. En 2008, l’opération «Djiguitougou» initiée par le commandement militaire a définitivement mis fin à l’insurrection de Bahanga. Ould Meydou était un des artisans de cette opération.

En 2012, à l’éclatement de la rébellion orchestrée par le régime de Sarkozy avec la complicité du putschiste de Nouakchott, Abdel Aziz( pour déstabiliser le régime d’ATT), le nord (à partir de Ménaka) s’est vite enflammé.  ATT fit à nouveau appel aux mêmes officiers pour mener les opérations. Ould Meydou avait en charge la zone de Gao, alors que Gamou et ses hommes étaient à Kidal. Les deux officiers étaient constamment dans le viseur de Iyad Ag Ghaly.

C’est ainsi que Meydou échappa de peu à une embuscade entre Kidal et Aguel Hock, lorsqu’il avait été chargé d’apporter du renfort aux soldats assiégés dans cette dernière localité (Aguel Hock). Il faut préciser que n’eut été cette embuscade, il n’y aurait jamais eu les tueries commises contre les militaires, à Aguel Hock.

C.H. Sylla

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. ok pas de precision mais je suis temoigne ils(bandits du nord) ont tente de le tuer quand il etait a kati il ya de cela 15 ou 16 ans……….il faut proteger le general merci d’avance :mrgreen:

  2. C’est vrai que dans l’article en question, il n’y a pas eu de précision sur les causes réelles de cet acte criminel contre le général Ould Meydou, mais nous sommes tous des maliens et des témoins de l’évolution de la situation dans notre pays pendant les dernières années. A ce titre, il est évident que la question ne doit même pas ne chercher ces précisions, car il saute à l’œil que ce valeureux officier de l’armée malienne gène les centres de décisions des terroristes et autres narcos du MLNLA/HCUA et autres Iyad. C’est bien ces gens là qui vont toujours chercher à éliminer des officiers de sa catégorie quelque soit leur origine ethnique ou autre!
    Mais moi je pense que franchement, il n’est pas admissible qu’un coup de ce genre puisse réussir en pleine ville de Bamako à l’endroit d’un officier général de l’armée malienne à cette période de grands périls que notre pays travers! Les responsabilités doivent être établies dans cette affaire! Car, je reste convaincu qu’une garde rapprochée doit être assurée à ces officiers parce qu’ils constituent des enjeux majeurs par les temps qui courent!
    C’est cela ma contribution à ce débat! Tous les grands officiers qui se sont montrés aussi rattachés à la cause nationale du Mali Un et Indivisible, pendant cette période de crise, doivent être strictement protégés par la nation, sans même ils le sentent!

    Salut militant et patriotique!
    Bamananké
    Merci!

  3. vraiment aucune précision n’a été donné sur les causes de cet acte crapuleux. mr le journaliste tu ne fais que retracer les grds moments du temps d’ATT

Comments are closed.